ARCHIVAGE THEMATIQUE DES MESSAGES DU FORUM HYGIENE

Page mise à jour : 30/01/10

Page d’accueil de l’archivage thématique avec moteur de recherche

Accès au formulaire d'inscription à la liste de discussion HYGIENE

Page d’accueil du site HYGIENE ALIMENTAIRE

 

 

Liens vérifiés 20070112

 

THEME

Pages d’archives connexes

L'HACCP  

La coiffe

La décontamination des chaussures

Le débat obligation de moyens - obligation de résultats  

Le maquillage en agro-alimentaire

Les bijoux en agro-alimentaire

Les gants en cuisine  

Les guides de bonnes pratiques, videos et autres ouvrages  

Les lunettes et lentilles en agro-alimentaire

Les phtalates  

La tenue en agro-alimentaire

 

 

P.BEAUR jeudi 19 octobre 2000 08:41


Je suis à la recherche des obligations (si elles existent) concernant les vêtements de travail pour la restauration collective....

Plus en terme de composition (nature du tissu) et sécurité (Coton ou pas..., chaussures de sécurité ou pas....), sachant que l'AM du 29/09/97 dit seulement "propre et adapté"  et plus loin pour le personnel de cuisine "de couleur claire"


 

Catherine Dagorn-Scaviner mardi 24 octobre 2000 20:28

Je ne connais que les vêtements recommandés pour l'industrie agro-alimentaire. A ma connaissance il n'y a pas d'obligation, les vêtement de la restauration collective peuvent s'inspirer de l'industrie soit :
- une blouse sans poche extérieure qui couvre les vêtements ou un ensemble veste pantalon en général de couleur blanche et en tissu inflammable
- le port de gants pour toucher les matières à nu qui restent crues
- des chaussures antidérapantes si le sol est humide
- dans l'industrie on ajoute une charlotte voir un masque en particulier si la personne est malade (rhume ...)
Je pense que l'hygiène est un paramètre encore plus important : lavage des mains en particulier.
Cordialement
Catherine

 

CEFAQ jeudi 26 octobre 2000 07:24

Suite au différentes réponses que vous avez soumises à propos des vêtements de travail...

Je souscrit entièrement à vos propos.
je ne parle pas :

>De gants, de charlottes, de chaussures car c'est très clair dans le texte
du 29/09/97.

>Du fait qu'il y ait des poches ou pas (à éviter quand on veut éviter les
risques de contamination physique)


Mais je parle de la NATURE des tissus employés, car je conseille évidemment le coton, sur une base de logique et de bon sens, mais qu'en est-il réglementairement de la nature des tissus c'est pour cela que je demandais :

>Plus en terme de composition (nature du tissu) et sécurité (Coton ou
> pas...,
> > chaussures de sécurité ou pas....)

ma question n'a pas à voir directement avec le texte hygiène.

mais je crois que là on a rien (peut-être du coté de l'inspection du travail en terme de sécurité).

 

david VERDY jeudi 17 mai 2001 13:27

Je recherche des informations sur les tenues vestimentaires du personnel d'un laboratoire de microbiologie en industrie alimentaire.
Existe-t-il des textes de référence en ce qui concerne le port de la charlotte, des bijoux (colliers, bracelets, montre, boucles d'oreilles...).
Existe-t-il des recommandations sur les blouses? (ex: pas de poches à l'extérieur pour ne pas les surcharger...)


 

Estelle Hamard jeudi 17 mai 2001 13:46

Il existe des exigences dans le programme 59 du COFRAC (disponible sur le site du COFRAC), ainsi que dans la norme NF ISO 7218 - Règles générales pour les examens microbiologiques.

(Port de vêtements clairs limitant les risques d'inflammabilité).

Le port de charlotte me paraît un peu dangereux compte tenu du travail à proximité de flamme.

Cordialement.

Estelle HAMARD
Responsable Qualité
SOPRAT Père Dodu

 

   

beatrice.fernane jeudi 26 septembre 2002 11:56

Lorsque j'ai cherché une liste sur l'hygiène, je ne cherchais par rapport à l'alimentaire. Je souhaite raconter en effet une histoire qui m'est arrivé et qui concerne la tenue vestimentaire des personnes et puis à la réflexion, je me suis dit que cela peut interesser les restaurants et tous les fournisseurs de l'alimentation. Aussi, je vous demande d'avance de m'excuser si vous considérer que mon message ne vous concerne pas.

A paris, hier, 26 septembre 2002, j'étais derrière une personne qui semblait être habillée correctement et même bien (veste de costume). En montant les escaliers de la station de métro, j'ai été obligée de constater que la personne portait un pantalon avec une découpe de couturière en forme de triangle très échantrée et n'avait pas de sous-vétement dessous.

Cela peut poser la question d'hygiène dans les restaurants ou autres, avec les risques de sida : contamination peut-être possible si l'on s'asseoit sur le siège précedemment occupé par une telle personne.

Je vous remercie pour l'attention que vous voudrez bien accorder à mon message.

 

Mkorolev jeudi 26 septembre 2002 12:07

Je vais régulièrement, pour des raisons pratiques d'horaires que nombre d'entre vous doivent comprendre, dans des boulangeries "industrielles". Là, on voit des opérateurs fabriquant viennoiseries ou autres qui ne portent aucun vêtement de travail ou de coiffes, qui (lorsque ce sont des femmes la plupart du temps) sont couverts de bijoux aux mains, et autour desquels on ne voit aucun lavabo ou système de nettoyage des mains d'aucune sorte.
Sans parler d'HACCP, quels sont les organismes qui contrôlent l'hygiène de ces lieux ou des centaines de gens s'approvisionnent ?

 

fp verpillot jeudi 26 septembre 2002 06:15

CUL NU.
Attraper le SIDA de cette manière pourrait donner des idées à des personnes qui n'ont pas encore trouvé de bonnes raisons à faire valoir à leur conjoint.
Soyons sérieux.
Le virus du Sida ne se contracte pas comme la grippe sinon nous serions tous morts. Il faut frotter dur pour le faire passer les parois, excusez l'expression.
Cette image  du pantalon échancré avec rien dessous qui s'assoit sur le plastique d'un vieux wc dégoutant au fond d'un café miteux m'a un peu coupé l'appétit.

Trève de plaisanterie il existe de nombreuses solutions pour éviter le contact avec des fesses encore chaudes.
Ainsi des papiers détachables qui s'appliquent sur la cuvette.

 

Roger GAURAND mardi 28 janvier 2003 18:47

Etant une entreprise Agro, je suis à la recherche de fournisseur de lave semelles (lave-bottes) et de fournisseur pour un analyseur d'oxygène résiduel, utilisé pour les produits conditionnés sous-atmosphère.

 

Jppieroni mardi 25 mars 2003 11:15

Je travaille actuellement à la reconstruction d'un hypermarché. La question des tenues de travail se pose dès à présent et j'aimerais connaitre votre sentiment sur les éléments nécessaires en surface de vente.
Nous pensons très sérieusement à nous procurer des visières pour remplacer les serre tête qui, s'ils sont utilisés, sont mal portés. Ceci pour éviter la charlotte en surface de vente... Auriez vous des noms de sites capables de répondre à une telle demande (visières entièrement en plastique)? Que pensez vous de ce type d'équipement?

Autre sujet: le port des bijoux et montres peut devenir un problème et nous pensons à les interdire même en surface de vente. Est-ce nécessaire?

Les gbph en grande distribution ont-il été validés et édités?

 

Myriam BENISSAD mardi 25 mars 2003 11:24

pour la restauration rapide et pour le personnel de ce service qui est affecté à la vente des sandwiches ou autres denrées le personnel a des visières tissu (mises à laver le soir) mais qui malgré tout autorisent les coiffures parfois trop originales et débordantes

pour le port des bijoux, quelque que soit le personnel (cuisine ,service en salle distribution.....)
nous n'autorisons qu'une seule bague au total (alliance)
pas de bracelet
pas de montre (qui peut être rangée dans la pochette fournie)
pas de vernis à ongles ni durcisseur

c'est souvent mal vécu au début mais nous restons fermes et cela finit par être accepté

 

jppieroni mardi 25 mars 2003 11:50

Merci pour votre réponse mais votre fonctionnement implique t-il que le nettoyage soit fait par la structure ou par le personnel?

 

Myriam BENISSAD mardi 25 mars 2003 11:51

c'est le personnel qui nettoye ses matériel et locaux

 

 

jnigeon mardi 25 mars 2003 14:23

Il y a actuellement 5 guides de bonnes pratiques hygiéniques pour les grandes et moyennes surfaces disponibles

Rayon fromage à la coupe
Rayon charcuterie à la coupe
Rayon marée
Rayon viandes
Rayon pâtisserie et viennoiserie

Ces guides répondrons à toutes vos questions sur le sujet

Vous pouvez vous les procurer sur le site du JORF
www.journal-officiel.gouv.fr

 

 

BRUN RHODANIENNE Friday, April 25, 2003 2:54 PM
 
Mes opérateurs de conditionnement travaillent avec des manches courtes (en T-shirt). Existe-t-il une réglementation l'interdisant?
Vu l'activité de mon entreprise (embouteillage de vin), cela peut-t-il poser des problèmes vis-à-vis du produit ou peut-être sur un autre point?

 

Gabrielle BARMA lundi 28 avril 2003 09:53

Il me semble que le travail en manches courtes est le bon choix du point de vue sécurité (pas de risque d'accrocher sa manche sur une machine) et hygiène. C'est la méthode pratiquée à travers l'agro alimentaire avec en + l'interdiction de porter des bijoux en dehors de l'alliance aussi pour problèmes hygiène & sécurité.

 

 

Laurent Vonwiller jeudi 14 août 2003 20:04

Bonsoir Une question me vient toujours à l'esprit quand  je lis les contributions sur les cheveux et les coiffes: Que fait-on avec les barbes ?(les standards BRC et IFS demandent en principe le port d'une résille
 -  en tant qu'auditeur je n'ai insisté là dessus que pour les barbes longues et toléré dans les réglements d'hygiène qu'on ne fasse par porter de résilles au porteurs de barbes courtes, colliers et moustaches....)

 

Hervé LUCIEN-BRUN vendredi 15 août 2003 00:16

Ici au Brésil, les autorités de donnent pas d'instructions spéciales concernant le port du masque par le personnel dans un atelier de congélation de crevettes d'élevage.  Ils ont même un position négative disant qu'il n'y a aucun risques de contamination d'un produit cru par les voies bucco nasales du personnel (ce qui ne serait pas le cas si on traitait des produits cuits).

 
Par expériences, les clients préfèrent voir le personnel avec des masques.
Cependant, n'ayant pas d'avis objectif particulier sur ce point quelqu'un pourrait-il me confirmer ce que dit la législation française et/ou européenne sur ce point ?

Aline LACAUD lundi 23 février 2004 15:20

Je recherche des informations sur les pratiques d'hygiène imposées à des entreprises extérieures intervenant sur un site agroalimentaire.

Myriam BENISSAD lundi 23 février 2004 15:23

Ils interviennent pour la partie fabrication ou maintenance des appareils ?

Aline Lacaud lundi 23 février 2004 15:56

Ces entreprises interviennent auprès des lignes de fabrication, maintenance des machines et travaux neufs.
La plus part du temps les lignes de prod sont arrêtés mais le service qualité nous demande de faire protéger les lignes.

 

Myriam BENISSAD lundi 23 février 2004 16:00

Que ce soit pour des interventions dans nos restaurants ou dans les autres parties du parc
Toute entreprise extérieure intervenant dans une entreprise doit avoir rempli et signé un Plan de Prévention qui récapitule vos exigences en matière de sécurité pour le personnel de vos prestataires
Exemple : consignation des alimentations électriques si intervention sur des machines électriques, port d'un harnais de sécurité pour intervention au delà de 3m de hauteur etc..
Vous pouvez tout à fait intégrer la partie " hygiène " à ce plan de prévention
Exemple : enfiler une combinaison jetable propre pour l'entrée dans les ateliers de production, se mettre en tenue civile pour aller déjeuner ......

doos24 lundi 7 juin 2004 09:55

j'aurais aimé avoir votre avis concernant le port du masque en IAA, pour moi qui travaille en patisserie industrielle, j'estime qu'il n'est pas indispensable d'imposer aux opérateurs le port du masque lors de l'emballage des patisserie surgelées, en effet il me semble que le risque lié au S. aureus est relativement faible si la prévention et la formation du personnel est suffisante, de plus de nombreux documents prouvent que la transmission du S. aureus se fait principalement par les mains ( le port des gants est donc suffisant!).

Le s. aureus est un Cocci à Gram + de la famille des Micrococcaceae, immobiles, non sporulés dont l'habitat peut être: cavités nasales,
vagin, peau et région axillaire de l'humain.
Il vit à des températures variant de 20 à 45 °C mais son développement est optimal à 37 °C. Or mes patisseries surgelées étant à -18°c, il me semble peu probable que les éventuels staphylocoques puissent survivre ( de plus il semblerait que la staph ne sporule pas!).Enfin l'entérotoxine B responsable des TIA est produite si l'aliment est laissé plusieurs heures à température ambiante.

Pour ma part toutes ces raisons m'aménent à penser que le port du masque n'est pas indispensable dans le cas présent.
J'attends vos réactions
Merci de votre participation

 

Emmanuelle GIRARD lundi 7 juin 2004 10:19

Je suis de votre avis concernant le port du masque dans ce contexte, à l'exception des personnes enrhumées avec en plus des consignes très
rigoureuses concernant le lavage des mains après mouchage, éternuement...

Une remarque : la congélation ou la surgélation ne "tue" pas les germes.

aline lacaud lundi 7 juin 2004 10:20

De nombreuses IAA n'obligent pas le port du masque. J'ai eu l'occasion de travailler dans des IAA en pâtisseries industrielles et aucunes n'obligent le port du masque. Toutefois un contrôle médicale est nécessaire plusieurs fois par an.
Pour beaucoup le port des gants est obligatoires et il me semble nécessaire.
En ce qui concerne le masque, je ne le trouve pas forcément nécessaire.

 

Elodie Garel lundi 7 juin 2004 15:11

Les expérience que j'ai eu en agro alimentaire mon montrer que le ports des masques comme des gants nécessite certaine condition d'hygiène
 
dans votre cas le masque est très mal vécu par le personnel très désagréable et pour nous qualiticien
si il n'est pas changé régulièrement puisque c'est un nid à bactérie virus...tout ce que nous eliminons par la respiration ce concentre dans le masque il faut donc prendre certaine précosion qu'en on l'enlève
Par contre comme il a déja été dit les bactéries ne meurent pas à ses températures , elles sont simplement endormies et se réveilleront sans problème lors de la décongelation du produit.
 
Je ne sais plus les exactements mais pour détruire une bactérie à une température basse il faut un temps de congélation assez important.

Jean-Denis JDT. TOTTI mardi 8 juin 2004 11:33

le raisonnement se tient en partie, mais avez vous pensé au consommateur qui recevra un produit potentiellement contaminé, car je crois savoir que les germes ne sont pas détruits par le froid (hibernation).

Pensez également aux mouvements réflexes comme se gratter le nez avec les gants ...

De plus, une décongélation mal conduite chez le consommateur peut amener un développement dans des pâtisserie à consommer sans cuisson. Et si votre plat témoin de lot est contaminé, il faudra argumenter pour dégager votre responsabilité.

Virginie Labarre mardi 22 juin 2004 13:17

Pourriez vous me dire les raisons pour lesquelles il est interdit de porter du parfum et de l'aftershave en agroalimentaire (d'après les exigences du BRC)?

M.AUDIC mardi 22 juin 2004 13:56
je pense que la principale raison est que les odeurs peuvent se "transmettre" aux aliments en préparation.

peut être y a t'il aussi une question d'interactions entre le produit cosmétique déposé sur la peau et certains produits de nettoyage?

Magali ABRANTES jeudi 12 août 2004 16:41

Je recherche des fournisseurs de kit visiteurs, combinaisons bleues et blouses jetables à de bonnes conditions Qualité prix
Si vous avez quelques coordonnée sous la main ça me serait bien utile

Myriam BENISSAD jeudi 12 août 2004 16:40

SDHE ADISCO
Herblay
Tel 01.34.50.03.48
Fax 01.34.50.82.85

 

ECS France bschonthaler@armen.fr vendredi 13 août 2004 12:24

Nous sommes fabricants de vêtements professionnels pour l'agro-alimentaire.
Nous faisons des blouses visiteurs en tissus polyester-coton, à entretenir en lavage industriel avec les vêtements professionels de la production.

Céline GLEIZE jeudi 30 septembre 2004 14:14

Je suis sur le point de rencontrer le commercial de notre société de nettoyage pour mettre en place mon jeu de tenues (en location). Pour info, je travaille dans une PMI alimentaire (biscuiterie).
 
Étant donné qu'il y a beaucoup de resp. qualité en IA sur ce forum, j'aimerai bien avoir votre avis : vaut-il mieux une blouse à porter
sur ses vêtements, ou un ensemble pantalon/tunique ?

dairin frédéric jeudi 30 septembre 2004 14:24

La biscuterie est un domaine où les régles de sécurité alimentaire ne sont "pas trop" draconienne. Le port d'une blouse peut être suffisant sauf si vous passez tout votre temps en production. Seul le coût fera la différence à mon avis

Hugues JOURDAN jeudi 30 septembre 2004 15:58

Tout dépend de la façon dont tu veux être perçu par les employés de la production et quelle est ta position sur ce point là.
La blouse est plus facile à mettre, mais n'oublie pas les chaussures de sécurité qui vont avec.

Mais pour certains travaux, tu peux aussi apprécier d'être habillé pantalon Marinière/Blouson dans le cas d'intervention dans des ambiances de farine ou de sucre ainsi que dans les fondoirs  à chocolat s'il y en a dans ton unité de production.

Lorsque j'étais RAQ en industrie j'avais les deux types de tenue à disposition qui me servaient en fonctions des besoins.

En ce qui concerne les tailles choisi bien pour pouvoir éventuellement porter la tenue par dessus un pull over bien qu'à la sortie du four, la température est plutôt tropicale. Mais dans le stock en plein hiver, il fait parfois froids même si on est en Provence.

Enfin en ce qui concerne le nombre de tenue, il faut penser à tjs avoir un change minimum pour pouvoir remmettre une tenue impeccable dans le cas d'une visite d'un client.

ECS France jeudi 30 septembre 2004 17:55

Vous pouvez lui demander une baisse substantielle des tarifs de location annuelle.
Pour info, la marge après impôts des loueurs de linge est de 15 à 17%.. Comparez avec celles de l'agro.

Hubert BAZIN jeudi 30 septembre 2004 19:46

"La biscuterie est un domaine où les régles de sécurité alimentaire ne sont "pas trop" draconienne. " ai-je pu lire...

Eh bien essayez un audit impromptu de l'American Institute of Baking (3 jours complets avec McGyver qui vérifie l'absence de poussières de biscuit sous les capots moteurs des machines en marche, et l'absence de tribolliums (les biscuitiers reconnaîtront)  dans les armoires électriques) et vous changerez d'avis ...

Mais il est vrai que chacun voit midi à sa porte !

S.E.A.M. lundi 4 octobre 2004 09:08

Les RAQ sont des agents de terrain il devrait être habillé de la même façon que les ouvriers de production. Cela facilitera l'intégration et cela n'empêche pas l'autorité.

 

TAREK Sun, 19 Dec 2004 20:31:39 +0100 (CET)

Consultant et formateur en hygiène alimentaire dans le secteur de la restauration collective, je trouve inadmissible que messieurs les grands chefs de cuisine, qu’ils soient meilleur chef du siècle ou de l’année, décorés par tel Président de la République ou par telle académie, se permettent de se « pavaner » en cuisine dans des émissions télévisées diffusées sur des chaînes regardées à l’échelles mondiale, les cheveux en l’air, montre et/ou bracelets en main, goûtant à différents plats en utilisant la même cuillère si ce n’est en se servant de leur doigt

Je trouve frustrant que ces même chefs se permettent que, dans ces émissions faites pour vanter leur art, admettent qu’apparaissent à l’écran et en leur compagnie du personnel féminin aux cheveux longs retenu en queue de cheval ou du personnel étranger à la cuisine en tenue civile

On me dira certainement que ces émissions n’ont d’autre ambition que de faire de l’audimat ou de hausser la cote boursière de leurs multinationales Je ne suis pas contre, je dirais même que ces émissions contribuent à la prospérité de mon activité mais je demanderais à ces messieurs de me dire comment je devrais m’y prendre avec les chefs du cuisine et les cuisiniers « indigènes » qui pratiquent en leur nom et sous leur label aux différents coins du monde quand ils me disent « regarde telle émission quotidienne ou tel autre documentaire… ».


Sommes-nous, en tant qu’hygiénistes et scientifiques, entrain de crier au loup rien que pour nous trouver du boulot ou est-ce que ces Messieurs dénigrent notre activité dont l’objet n’est autre que de leur éviter de perdre du chiffre d’affaires si ce n’est de se voir fermer des commerces pour conditions d’hygiène insuffisantes pour ne pas dire pour intoxication alimentaire collective ?

Je ne demande pas à ces Messieurs de faire de leurs émissions télévisées des cours de BPH, mais au moins de s’abstenir de donner le mauvais exemple

euqilegnal Mon, 20 Dec 2004 07:28:20 +0100

je suis tout à fait d'accord avec vous
RQ dans une charcuterie, les ouvriers m'ont déjà souvent dit : "tu as vu l'émission hier à la Télé, ils ne portaient pas de couvre chef alors qu'il s'agit de grand cuistot et nous tu nous embètent dés qu'on oublie notre casquette !"
la seule chose que j'ai pu répondre c'est que les contraintes n'étaient pas les même car il s'agit de remise directe aux consommateur" !

Francois.Linossier Mon, 20 Dec 2004 09:27:37 +0100

Bonjour, je suis tout à fait d'accord avec vous
Je pense que l'on pourrais même utiliser une cassette avec des séquences de ces émissions pour faire rechercher les erreurs aux stagiaires lors de formation !
Ces émission sont un concentré de ce qu'il ne faut pas faire !

Josette Daix Mon, 20 Dec 2004 11:06:53 +0100

votre réaction me parait tout à fait légitime
j'ai également vu cette séquence télévisée et j'ai réagi de la meme facon étant inf en hygiene hospitalière, j'essaye chaque jour d'expliquer les principes d'hygiene de base et notamment en cuisine,
comment vais-je maintenant argumenter mes demandes comme le port du calot recouvrant intérieurement la chevelure, l'interdiction de toute personne en civil dans la cuisine etc
les médias sont de dangereux diffuseurs d information ou (désinformation), nos TV veulent faire du people scientifique et ca devient du n'importe quoi

les informations sur les MRSA entre autres ...quels dégats .
mais oui..... quand allons nous réagir et défendre notre "savoir"........
nous devrions via le net, demander qques explications à ce grand argentier de la cuisine et expliquer à ces riches gouteurs que le repas festif risque en effet de ne pas le rester tres longtemps.....

Jean-Pierre Henri MOREAU  Mon, 20 Dec 2004 22:34:25 +0100 

Vaste problème...cela fait des siècles, des millénaires et peut-être même quelques millions d'années, que cela dure.. 

""Faites ce que je dis, et pas (uniquement) ce que je fais...et ne me regardez pas "" 

Certains appellent cela l'évolution programmée ...dont on ne saisit pas toujours les aspects positifs à notre échelle humaine. 

Pour parler plus sérieusement, comment intégrer efficacement les connaissances récentes (certains disent scientifiques) aux traditions, de quelque obédiance soient-elles ? Les tayebs (et autres enseignants, laïcs ou non ) fraichement émoulus peuvent-ils se réferer à la fois aux ancêtres (les anciens) et aux modernes (les spécialistes)....Ceci dit ....(sans jeu de mot)....faut-il aussi tenir compte de l'aspect mercantile, l'audimat plus fort que l'hygiène //....Un bonnet..ou tout autre interface canalisée...suivez mon regard.., cela passe plutôt mal à la télé-réalité.. 

Sans rancune ...et la baraka allaoufik (que Dieu soit avec vous) ou mieux encore "allaoufikoum", pour que tout le monde en profite 

 

TAREK Fri, 31 Dec 2004 02:11:40 +0100 (CET)

Que dire d’un(e) chef étoilé(e) passant au journal de 13h sur une chaîne nationale française, regardée un peu partout dans le monde quand on l’admire utiliser une cuillère (c’est déjà bien) et son majeur (ce qui l’est déjà moins) pour dresser du caviar sur un canapé ?

Et, comme le meilleur est toujours pour la fin, il(elle) fini par se lècher le doigt avant de passer au suivant

Bonne et heureuse année (et surtout beaucoup de courage) aux formateurs en milieu de la restauration collective

Joulain sébastien Fri, 31 Dec 2004 09:12:22 +0100

Merci TAREK TAREK de nous souhaitez bon courage
Mais du courage nous en avons, le manque d'information, ça, il y en a moins
La profession ne fait pas beaucoup d'effort pour ce genre de communication, surtout en restauration traditionnelle

 

HP Fri, 31 Dec 2004 12:47:35 +0100

Le passage préalable au maniluve et au languiluve à l'eau de Javel a été supprimé au montage de cette séquence

jean-pierre henri moreau Fri, 31 Dec 2004 12:47:35 +0100

Il est vrai que le pédiluve est réservé aux vignerons-vendangeurs-fouleurs-propriétaires-récoltants

Et pour gagner une étoile, ne pas oublier de laisser reposer trois ou quatre heures au réfrigérateur bien ventilé pour éliminer le goût de chlore !

 

euqilegnal Wed, 12 Jan 2005 09:29:19 +0100

je voudrais savoir si il existe un texte (arrété, GBPH,..)qui mentionne clairement que le personnel doit être "rasé deprés" ou si cela découle du principe d'hygiène général du personnel.

Claude Colardelle 12 Jan 2005 11:57:10 +0100

A ma connaissance, aucun texte officiel à ce sujet....

 

Francois.Linossier Wed, 12 Jan 2005 15:59:06 +0100

à ma connaissance il n'existe pas de texte précisant qu'un cuisinier doit être rasé de près.
Le texte de référence est l'arrêté du 29 septembre 1997 .
L'article 27 stipule "... toute personne travaillant dans une zone de manipulation de denrées alimentaires doit respecter un niveau élevé de propreté corporel ....."

Cependant même s'il n'est pas écrit expréssement que le personnel doit être"rasé de près"
pour l'image du restaurant ou de la société c'est quand même préférable ! ....

 

Alexia Thu, 13 Jan 2005 05:16:01 +0100

Je ne pense pas qu'il existe un texte qu'il le précise, mais cela fait partie de l'hygiène corporelle. De plus, s'il existe un réglement intérieur ou des bonnes pratiques vous pouvez l'inclure.Si l'opérateur ne s'applique pas équipe le d'un masque adapté pour la barbe.Alexia

 

Dubois Jeremy Fri, 4 Feb 2005 08:04:36 +0100 (CET)

Abattoir de volaille nous fournissons à nos employés une tenue de travail par jour (soit 5 ou 6 tenues par employé) le netoyage est pour le moment à leur charge mais nous aimerions savoir si il existe un texte législatif qui nous oblige a avoir une unité de lavage ou à soutraiter le lavage des vétements.

 

Myriam BENISSAD Fri, 4 Feb 2005 08:18:08 +0100

de mémoire, si le personnel lave son proproe linge de travail (oui mais à quelle température réellement, avec quellelessive etc..) l'entreprise doit verser une indemnité correspondante à ses salariés 

Albert AMGAR Fri, 04 Feb 2005 08:45:52 +0100

Bien entendu il n'existe pas de texte législatif.
Globalement, il n'y a pas de différence entre le lavage chez soi et le lavage industriel. Cela étant, dans le cas d¹un lavage chez soi, il faut surtout s'assurer du port d'une tenue propre à la fréquence définie par l'entreprise et aussi, ce qui est plus difficile, faire attention à la non utilisation du vêtement de travail chez soi à différentes fins.
Dans cette attente, sincères salutations

Alexia Mon, 7 Feb 2005 09:12:47 +0100

Le problème est de n'avoir aucune garantie sur le "bon" nettoyage des tenues c'est donc une source de contamination extérieure relativement importante..
Dans quelle conditon les tenues sont elles lavés, quelle fréquence, quel produit, comment sont elles stockés...
Si le nettoyage par des sociétés externes adaptés vous semble avoir un coût trop élevé vous pouvez essayer de vous le faire, nous nous le sommes fait pendant de très nombreuses années.Cordialement alexia

 


Charlotte Mon, 2 May 2005 14:09:35 +0200

Je suis actuellement stagiaire dans une industrie de découpe de viandes, et je voulais savoir s'il existe une réglementation, un arreté, une loi sur la tenue de travail des opérateurs de découpe.
Merci par avance de vos réponses

 

Dominique BEMER Mon, 02 May 2005 12:59:26 -0000

Voir l'article 7 ("hygiène du personnel") de l'arrêté du 17 mars 1992 modifié, relatif aux conditions auxquelles doivent satisfaire les établissements se livrant à la préparation et à la msie sur le marché de viandes d'animaux de boucherie découpées, désossées ou non (Journal officiel du 29/03/92). Attention, ce texte ayant fait l'objet de diverses modifications, veillez à vous procurer la version consolidée.

Emmanuelle Aime Mon, 2 May 2005 15:14:49 +0200

arrété du 19 novembre 1993, chapitre II, article 15:
" Le personnel manipulant des viandes fraîches [...] doit porter des coiffures et des chaussures propres, faciles à nettoyer, des vêtements de travail de couleur claire ou d'autres vêtements de protection."

Attention, l'arrêté du 19 novembre 1993 a été abrogé par l'Arrêté du 18 décembre 2009 relatif aux règles sanitaires applicables aux produits d'origine animale et aux denrées alimentaires en contenant



Charlotte Mon, 2 May 2005 15:39:01 +0200

Merci pour les réponses que vous m'avez donné concernant la réglementation sur la tenue de travail des opérateurs de découpe de viandes, mais je voudrais savoir si il y a des tenues de protections obligatoires comme le tablier en cotes de mailles, le gants de mailles... et où je pourrais trouver ces renseignements car les arrétés ne précisent rien là dessus.

 

Myriam BENISSAD Mon, 2 May 2005 16:34:15 +0200

cela ne concerne pas l'hygiène, mais plutot les recommandations visant la sécurité au travail.

voir avec votre CRAM par exemple

qualibreizh Mon, 2 May 2005 22:28:46 +0200 (CEST)

Renseignez vous auprès de la médecine du travail et / ou consultez le site de l'inrs.

 

Alexia Mardi 3, Mai 2005 5:34

L'employeur a l'obligation de mettre en oeuvre des actions pour protéger la santé et la sécurité des opérateurs au travail. Pour cela, il n'existe pas de réglement à respect mais vous devez créer un Document Unique décret 2001-1016
WQuelques spécifiques filière viande, découpe
http://www.inrs.fr/INRS-PUB/inrs01.nsf/IntranetObject-accesParReference/ED+850/$File/ed850.pdf

http://www.inrs.fr/htm/l_approche_participative_par_branche_filiere.html

http://www.inrs.fr/htm/evaluer_risques_professionnels_en_abattoir_atelier.html



Francois.Linossier Mardi 3, Mai 2005 8:59

voir le lien suivant , page 7

http://www.inrs.fr/htm/les_tabliers_de_protection_en_dix_questions.html



charlottequalite Friday, May 27, 2005 1:25 PM

Je travaillais auparavant pour un groupe important - à présent je suis responsable qualité d'une PMI de 200 personnes et je me rends compte que les relations avec nos différents prestataires n'est pas toujours évidentes étant donné que nous ne pesons pas toujours lourd en terme de négo en comparaison avec groupes comme Nestlé ou Danone.

Dans le but d'avoir un peu plus d'influence, j'aimerais utiliser ce forum (si les administrateurs sont ok - s'ils ne le sont pas, je pense que mon message sera à jamais perdu !!) pour parler sereinement de nos prestataires (laboratoire, société de nettoyage, de location et entretien du linges...)- ainsi, quand nous aurons à renégocier des contrats, nous pourrons déja avoir une première idée des sociétés qui existent sur le marché et aussi des retours d'expériences qui pourront être bons comme mauvais - le but n'est surtout pas de casser du sucres sur le dos des prestataires car il y en a des très sérieux (heureusement)

Si cela vous dit, je vous propose de commencer par les prestataires de location et entretien du linges de travail.

 

ECSINFO Wed, 1 Jun 2005 10:02:37 +0200

Concernant votre demande sur la prestation location de linge, il existe une solution moins onéreuse et plus souple : le lavage interne et l'achat direct des vêtements, en respectant les normes d'hygiène et de traçabilité des vêtements.

QUALITE Alexia Fri, 3 Jun 2005 06:09:06 +0200 (CEST)

Nous avons lavé le linge de 30 salariés depuis toujours et depuis 5 ans nous sommes passé par un prestataire de service.
Car après avoir réglé les problèmes organisationnels : emploi d'une personne à temps partiel, ses congès et maladies, achat du linge, machine, lessive, entretien des machines, géré les stocks...
Nous avons estimé le cout annuel légèrement plus faible que le prestataire mais on ne s'occupe de pas grand chose et on a des garanties sur la désinfection des vêtements.

 

ECSINFO Mon, 6 Jun 2005 11:32:49 +0200

Un fabricant international de matériel de lavage industriel a un logiciel  qui permet sans aucun engagement, de donner le coût exact de la prestation,  par site.

Les grosses unités à un change/jour ayant optée pour internaliser le lavage des vêtements, ne souhaitent pas revenir à la location.

 

roulantmichael Thu, 10 Nov 2005 10:56:06 -0000

Nous venons d'effectuer une étude comparative de prix entre des tabliers en tissus blancs nettoyés en blanchisserie et des tabliers
jetables en Polypro.non tissé.
La différence de prix entre les deux est énorme et à l'avantage du jetable.De nombreux avantages en terme d'hygiène sont également constatés.
Une question nous vient donc à l'esprit, pourquoi les autres sociétés utilisent- elles du lavables?


Y a t'il une contre indication ( hormis le facteur écologique que nous avons pris en compte)?
Avez-vous tentez une expérience du genre?
Bien à vous et merci d'avance pour vos réactions.

 

DEBOLO NINA Thu, 10 Nov 2005 14:16:21 +0100 (CET)

De mon point de vue, il semblerait que les tabliers en tissus soient plus rentables, sur du long terme. Les tabliers jetables necessitent non seulement, qu'on les change assez régulièrement mais également qu'on en achète souvent. Ce qui génère plus de dépenses. Alors que les autres sont plus résistants et donc peuvent s'utiliser sur du long terme; s'ils sont bien entretenus bien évidemment.

 

christelle girard-reydet Fri, 17 Mar 2006 16:21:56 +0100 (CET)

Nos techniciens de maintenance interviennent régulièrement dans notre laboratoire de production de produits alimentaires (viennoiserie, pâtisserie, traiteur), ils ne font que des interventions ponctuelles et sont amenés à intervenir sur d'autres sites. Ceux-ci entrent alors dans notre labo en combinaisons jetables (plus pratiques que des blouses). Y-a-t-il une
réglementation spécifique à ce sujet ? Des combinaisons "toutes simples" suffisent-elles ? (Car mon fournisseur m'a parlé de combinaisons en Vteck de classe 3 / fiche de sécurité... qui me paraissent inappropriées dans notre cas).

 

Michèle BOUN Fri, 17 Mar 2006 17:19:44 +0100 (CET)

en laiterie, nos agents de maintenance revetaient également une combinaison "simple" jetable (type visiteur) avec charlotte lorsqu'ils intervenaient en zone de production. C'était suffisant. Je trouve également que les combinaisons qui vous sont proposées sont inappropriées...


A+

aziz fazi Wed, 17 May 2006 11:18:07 +0200

----- Original Message -----
From: "rania bennis" <rania_bennis@yahoo.fr>
To: <hygiene@yahoogroupes.fr>
Sent: Wednesday, May 17, 2006 12:37 PM
Subject: [hygiene] Haccp (vêtements de travail)


Bonjour,

je travailles dans une entreprise agro, les vêtements de travail sont
lavés à la charge des employés.

On est dans une démarche HACCP, est ce que c est une exigence d'avoir une
laverie en interne.

MERCI


Ce n'est pas une exigence mais c'est très éfficace d'avoir une laverie en interne
c'est le cas pour notre entreprise , nous avons une laverie avec 3 machines à laver
Au matin l'équipe du jour passe à cette salle pour récupérer leurs blouses avant d'accèder aux vestiaires et en fin d'équipe ils remettent les blouses et pontalon à la laverie et ansi de suite
Comme ca vous avez un nettoyage éfficace et permanent et deuxièment vous allez respècter la fréquence du nettoyage des vêtement de travail.

Bon courage

F.Aziz Resp qualité

fred b Wed, 17 May 2006 14:43:05 +0200 (CEST)

je serai plus nuance sur une reponse qui a ete faite: la laverie en interne n'est pas obligatoire du tout: il faut trouver la place pour l'installer + personnel pour gerer + assurer la gestion.... ce que des prestataires exterieurs peuvent tout a fait realiser et qui sont "censés" etre professionnel à ce niveau.

jourdan.hugues Wed, 17 May 2006 22:52:40 +0200

Pourquoi mobiliser le salaire d'une lingerie alors que des société de service peuvent fournir des tenues propres sans soucis.

Contract à négocier mais il est possible d'avoir par exemple un change par jour changé toute les semaines...

Constant Depièreux Wed, 17 May 2006 22:59:41 +0200

En complément à la réponse précédente, je voudrais également mentionner que la problématique de l'entretien des vêtements de travail ne se limite pas au simple lavage, mais qu'il s'agit aussi souvent de désinfection, de décontamination, de stérilisation et d'élimination, traitement et recyclage des effluents de laverie et de sous-produits des actions de désinfection, décontamination, stérilisation, ...

Tout celà pour dire que l'entretien des vêtements de travail est une activité qui se professionnalise à grande vitesse et que la plupart des sociétés optent pour l'externalisation de ces services au bénéfice d'entreprises spécialisées (voir par exemple http:// www.mewa.fr/mewa/presentation/content.php, http://www.depairon.be/fr/societe.htm ...)

 

Constant Depièreux Wed, 17 May 2006 22:45:15 +0200

La réponse ci-après doit se lire dans le cadre législatif belge, mais je vous la communique à titre informatif.

L'arrêté royal du 06-07-04 (MB 03-08-04) relatif aux vêtements de travail transfère les articles 103bis1 à 103bis3 du Règlement Général pour la Protection du Travail vers le Code sur le bien-être au travail, en actualisant les anciennes dispositions.

Dans la définition du vêtement de travail, sa finalité est décrite afin qu'il ne soit pas confondu avec un équipement de protection individuelle : le seul but est d'éviter que le travailleur se salisse.

Le concept de l'analyse des risques est introduit, dans l'obligation de porter ou non un vêtement de travail, ce qui rend les exceptions moins limitatives que dans le RGPT. Le port du vêtement de travail est obligatoire sauf si l'analyse des risques en a démontré l'inutilité, c'est-à-dire si elle a démontré que l'activité n'était pas salissante, et sauf si les travailleurs doivent déjà porter un uniforme ou un vêtement de travail standardisé. La formulation du champ d'application est plus claire qu'auparavant : à côté de l'uniforme, est mentionné le vêtement de travail standardisé qui est actuellement souvent imposé dans certains secteurs.Les conditions auxquelles le vêtement de travail doit répondre sont
fixées, et plus adaptées à la vie actuelle.

L'employeur fournit gratuitement les vêtements de travail et veille à leur nettoyage et autre entretien. Ce principe insiste sur le fait que cette obligation incombe personnellement à l'employeur et qu'il est interdit à ce dernier d'octroyer une prime ou une indemnité aux travailleurs pour que ceux-ci s'en chargent, ce qui était souvent auparavant le cas en pratique, et pouvait mener à un manque d'uniformité dans l'application correcte de la réglementation, ou même à sa non-application.

C'est pourquoi aussi une nouvelle disposition a été créée qui interdit d'emporter le vêtement de travail à domicile, sauf si des conditions précises sont rencontrées.

Pour des raisons pratiques ou du fait de la corpulence d'un travailleur, il est prévu de pouvoir réserver un vêtement de travail qui lui convient, à ce même travailleur.

 

Hélène44 mercredi 31 mai 2006 15:18

Nous avons une demande particulière de nos clients anglais, j'aimerais savoir si vous êtes confrontés à ce problème et si oui si quelle solution avez-vous mis en place

Nos clients veulent que les personnes enlèvent leur tenue de travail pour aller aux toilettes

Notre souci est que le personnel est vetu d'un pantalon et d'un T- shirt ou marinière, ils n'ont donc pas grand-chose à enlever J'ai proposé de réaliser des contrôles bactériologiques des tenues, car la
solution d'ajouter une blouse au dessus de leur tenue au vu de la chaleur dans l'usine ne sera pas facile à mettre en place

Blandine Mirabaud Wed, 31 May 2006 17:56:57 +0200

nous avons eu la même demande d'un très gros client
Nos tenues sont constituées d'un pantalon et d'une veste Ils enlèvent donc la veste pour aller aux toilettes (les opérateurs portent un tee-shirt en
dessous). Par contre ils gardent leurs pantalons!!!
Nous avons donc mis en place des portes manteaux dans le couloir sur le mur en face de chaque porte conduisant dans les toilettes hommes et femmes

Martin CAMUS Thu, 01 Jun 2006 04:06:27 -0000

Moi je comprends tout à fait cette demande dans la mesure où les toilettes sont un endroit fortement contaminé

Dans notre entreprise de boulangerie-pâtisserie, les employés enlèvent leur tablier pour y aller, nous avons aussi des porte-manteaux devant les toilettes Pour ce qui est des vestes, nous ne le faisons pas encore

 

Jessica MAGNIER mardi 6 juin 2006 10:36

sans réponse précédemment...je me permet de vous reposer les2 questions...:
J'ai 2 petites questions relatives à la tenue en agroalimentaire:
D'abord concernant la tenue: lorsque les opérateurs ne portent que la blouses, sont-ils obligés de porter un pantalon ou un pantacourt ou short peut etre autorisé
Concernant les chaussures de sécurité : sont elles obligatoirement fermées sur le talon des opératrices travaillent en position statique
sur sol non glissant, elles pourraient porter des chaussures type sabots mais est ce réglementaire

Merci pour vos réponses car je n'ai pas trouver ces réponses dans les archives

Aurélie TENG Tue, 6 Jun 2006 11:19:20 +0400

Je travaille dans une entreprise agroalimentaire située à l'ile de la Réunion Chez nous, c'est quasiment toujours l'été et les employés portent quasiment tous des blouses à manches courtes Certaines femmes portent des pantacourts, rarement des shorts mais pas toujours des pantalons

Quant aux chaussures, les employés qui travaillent dans l'usine de conditionnement d'épices ont des sabots Ceux qui travaillent sur le site où il y a potentiellement des risques d'écrasement des pieds ont des chaussures fermées et ceux qui travaillent sur le site où il y a beaucoup d'eau (lavage de fruits) portent des bottes

A ma connaissance, il y a peu d'entreprises à la Réunion qui imposent de porter des blouses à manches longues et des chaussures fermées lorsque cela n'est pas nécessaire




jourdan.hugues Wed, 7 Jun 2006 00:56:24 +0200

Je pense qu'il faut adapter la tenue et les chaussures à la production et au poste de travail..

Mais en ce qui concerne les chaussure de sécurité, il existe des sabots coqués, des chaussures fermés, des bottes coquées ainsi que des chaussures avec des semelles de sécurité Quels est le risque
Mais pourquoi changer de chaussures en été. Même en atmosphère chaude on supporte les chaussure de sécurité sans pbs. Par contre il faut que quiconque entre en zone de production porte les EPI ( Equipements de Protection Indiciduel). L'enseignement pro est basé sur ce système mais il est difficile de faire comprendre aux parents l'interet de la tenue qui induira le comportement de la tenue pendant la carrière de l'élève Surtout quand on évalue le montant de la tenue

Ce paramêtre doit aussi être prise en compte par les industriels qui doivent mettre à disposition les équipements de protection

En ce qui concerne la tenue, je suis partisan des manches courtes pour favoriser les mains propres plutôt que les gants sales Perso je suis en pantalon et marinière été comme hiver Mais à certains postes ( exp expéditions réceptions) il est possible de modifier la tenue pour apporter des vêtement Temps Froids

D'une base commune il faut adpater au poste mais ne pas transiger sur les éléments essentiels Attention aux projections de produits d'entretien et de produits en cours de fabrications

 

 

Downloadz Wed, 5 Jul 2006 19:32:37 +0200

Pour ce qui est de la barbe est de la moustache vous avez deux solutions
d?EPI

Soit vous etes en zones classées et la effectivement tout le monde porte un masque

Soit vous etes en zone non classée et la vous avez les charlottes pour le personnel sans barbe et des cagoules jetable intégrales ( ex : http://www.techni-contact.com/produits/101-5845669-cagoules-jetables.htm

l ) qui maque carement le visage pour les barbus et les mals rasés et la Oui « on » y arrive car on parle d?hygiène et de risque de corps étrangers sur le produits ( cheveux / poils )

Le tout en polypropylène ou polyvet

En zone cru le port de la cagoule est bien sur plus « agréable » pour le personnel q?un Masque ..

Hubert BAZIN Wed, 5 Jul 2006 22:31:41 +0200

les britanniques (en tous cas ceux des usines que j'ai visitées) portent couramment des cache-barbes, ce qui ne semble pas leur poser de problème.

 

Bertrand CARLIER Thu, 27 Jul 2006 10:17:24 +0200

vous devriez aller dans un abattoir lors d'abattage cacher, je n'ai jamais vu le Cohanim ( qui est un des qualificateurs ) protéger sa barbe :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Kasher

http://fr.wikipedia.org/wiki/Cohen_%28juda%C3%AFsme%29

Généralités

À l'époque antique, l'abattage était centralisé dans le Temple par les prêtres (Cohanim). Le texte biblique ne donne aucune justification au décret de la cacheroute

 

Constant Depièreux Thu, 27 Jul 2006 10:43:56 +0200

Un de mes parents, boucher aujourd'hui retraité depuis plus de vingt ans, a toujours servi ses clients bras nus malgré une pilosité plus qu'abondante. Cela n'a jamais à l'époque choqué la moindre personne.

A cette même époque, le comptoir frigorifique n'existait pas et il passait son temps à entrer et sortir d'un frigo dont la température ne satisfaisait presque jamais les exigences de température en cas de
forte affluence.

Essayez par contre d'acheter de nos jours du fromage ou de la charcuterie dans une grande surface et observez la réaction des clients si d'aventure le personnel a oublié de mettre ses gants avant
de prélever dans les plats de service. Ce même client dont la réaction est différente lorsqu'il fait ses achats sur les marchés ou l'hygiène et la chaine de froid sont trop souvent absentes.

Dans le même ordre d'esprit, trouvez-vous normal que votre dentiste ne porte pas de gants pour travailler dans votre bouche (pratique inconnue il y a trente ans), que votre chirurgien vous opère à main nue?

L'usage de bonnes pratiques (d'hygiène) est un long combat qui se heurte aux habitudes, aux préjugés, à l'obscurantisme (religieux ou autre).

Puisque vous faites références aux pratiques kasher, rappelez-vous l'histoire de la société TNUVA, leader sur le marché israélien des produits laitiers, qui à l'époque de Jurassic park, avait décidé de
lancer une campagne promotionnelle avec des produits décorés de dinosaures et a dû retirer ses produits du marché parce que le dinosaure n'est pas kasher ...

Les produits en question étaient-ils dangereux?

 

Bertrand CARLIER Thu, 27 Jul 2006 10:52:41 +0200

je souhaitais juste pondérer certains propos , on sait par exemple et vous le savez très bien vu votre expérience pro que la charlotte a un certain usage , mais on n'entre pas par exemple dans une salle blanche avec . Il me semble que les actions se doivent d'être cohérentes, mais que ce qui doit être le guide c'est les résultats.

 

AQUIMPER Thu, 27 Jul 2006 10:36:14 +0200

Dans mon ancienne entreprise, ça arrivait de faire des fabrications casher et comme tu dis : rien pour protéger la barbe par contre il faut tout "cashériser" : c'est surprenant!!!

 

Constant Depièreux Thu, 27 Jul 2006 11:15:22 +0200

Les GMPs ont été au début partiellement utilisé pour supporter un certain protectionnisme économique (dans une des sociétés ou je travaillais, et aux yeux des mêmes inspecteurs du DHSS, les mêmes
procédures appliquées avec la même rigueur étaient acceptables en Angleterre mais pas en Belgique, ce qui résulta dans le transfert de la production en Angleterre, j'ai vécu d'autres exemples en France dans d'autres sociétés ).

De là ma question : Quelle est la part de protectionnisme économique tant dans la pratique de la gestion des risques, que dans les pratiques KASHER ou HALAL?




Bertrand CARLIER Dimanche 17. Décembre 2006  13:13


- vos clients sont-ils prêt à admettre le principe d'un cadre d'inspection commun privé et public qui a pour vrai but d'alimenter des data-bases et donc des calculs statistiques permettant de décrire la
réalité de façon neutre ?

- les acteurs français sont -ils prêt à admettre la valeur de l' auto critique?

un exemple très concret :

lister les fautes d'hygiène filmées dans les émissions éducatives qui passent sur les chaînes de télévision.

j'ai particulièrement apprécié:

- lors de la dernière émission de chef *la recette sur M6 le port des bagues et autres bijoux par plus d'un, c'est donc normal, puisque vu à la télé, en présence d'un chef

- l'usage de tenues de couleur différente incluant le noir

- le fait qu' à aucun moment il n'est indiqué que le plan de cette cuisine ne peut être un plan réel: principe de la marche en avant

- la présence des fleurs dans le décor

- le fait qu'à aucun moment on ne voit quelqu'un se laver les mains, cela ne doit servir à rien ...

http://www.m6.fr/html/emissions/chef/index.shtml



 

Jean Claude DAUDY Dimanche 17. Décembre 2006  18:16

Le 17/12/2006 - 17:40:16
Correspondance à : ,

Bonjour,

- vos clients sont-ils prêt à admettre le principe d'un cadre d'inspection commun privé et public .. ?
Je pense que non seulement ils peuvent l'admettre mais qu'ils apprécieraient également que le cadre d'inspection soit écrit et toujours identique aussi bien dans le cadre privé que public. Pourquoi cela devrait il changer selon que l'on a affaire aux différents services de l'administration ou à un prestataire ?

.. Qui a pour vrai but d'alimenter des data-bases et donc des calculs statistiques permettant de décrire la réalité de façon neutre ?
Ceci est une question différente à laquelle il ne m'est pas possible de répondre pour mes clients.
Cordialement,

Bertrand CARLIER Jeudi 21. Décembre 2006  19:57

si je n'ai pas la réponse à votre question, j'ai bien quelques idées, mais il me semble que les restaurateurs français de cette liste se doivent de vous éclairer.

ps: en cherchant je suis tombé sur ceci :

CHARTE DE LA TENUE PROFESSIONNELLE EN HÔTELLERIE RESTAURATION
http://www.ac-creteil.fr/Lycees/77/acaremesavigny/hot/charte.pdf



MARDI 15 MAI 2007 


LUXEMBOURG - Fiches informatives hygiène et sécurité alimentaire
http://www.securite-alimentaire.public.lu/professionnel/denrees_alimentaires/hygiene_alim/fiches_info/index.html

L'hygiène du personnel (PDF, 148 Ko);


VENDREDI 20 JUILLET 2007

INTERTECH - Antimicrobials in plastic and textile applications
http://www.intertechusa.com/pdf/AntimicrobialsUS.pdf

Pierre Falgayrac Vendredi 3. Août 2007 14:00

--- Dans hygiene@yahoogroupes.fr, "Laurie Lerda" <laurie.lerda@...> a écrit :

> Un de mes clients se pose la question suivante :

> Nous sommes un PME de 50 personnes et nous rencontrons des difficultés dans la gestion des équipements de sécurité mis à disposition des salariés pour le nettoyage des machines , cuves et environnement de travail : gants, masque, lunette de sécurité, tablier..... qui deviennent des consommables jetables quasi toutes les semaines, ce qui représente un budget exorbitant pour notre structure.

> Ces équipements concernent une vingtaine de personnes et la réponse classique est "cela a disparu" . Avez rencontré ce type de problème ?

> Quelles solutions sont possibles ?

> J'ai pensé leur mettre à disposition un casier nominatif pour ranger leur affaire mais cela est coûteux et nécessite de la place.

> Avez vous d'autres idées ?

> Merci par avance

> Cordialement,

> Laurie Lerda

Bonjour

Le casier nominatif est la moins mauvaise des solutions pour limiter les "oublis" de vos salariés, MAIS....

Il faut penser au séchage des tabliers, bottes et gants, cela implique donc effectivement un grand local aménagé en conséquence.

Sinon, la situation que vous évoquez est caractéristique des problèmes de management des activités de propreté.

Cela peut faire partie des responsabilités d'un chef d'équipe de vérifier, à la fin du travail, que tous ses subordonnés ont bien nettoyé et ranger leurs équipements là où c'est prévu. Prévoir des sanctions en cas de manquements avérés

Cordialement

Pierre Falgayrac

www.hyform.com



Constant Depièreux Vendredi 3. Août 2007 14:19

Etablissez, en tenant compte du "droit à l'erreur" un inventaire de l'équipement que doit avoir chaque fonction et remettez à chacun :

1. un jeu d'équipement complet personnalisé (contre reçu signé)

2. une procédure détaillée d'entretien

3. un budget annuel de remplacement

4. un exemplaire du règlement de travail imposant l'usage de ces équipements

Les points 2, 3 et 4 doit être approuvés pour réception par chaque membre de votre personnel.

Etablissez un budget "large", c'est-à-dire supérieur à vos estimations (20%) et communiquez à chacun que le solde sera acquis à chaque collaborateur en fin d'exercice.

Par droit à l'erreur, j'entends que la maladresse (raisonnable) est humaine et que l'usure d'un équipement utilisé même correctement est normale.

Malgré le surcoût apparent, le budget large est - d'expérience - moins élevé que votre pratique actuelle.

Un dernier point très important : la loi (du moins en Belgique) décrit les responsabilités de l'employeur dans la fourniture de ces équipements (et de leur non utilisation). Veuillez dès lors à ne pas vous mettre en marge de la loi dans les divers documents et règles que vous édictez (à developper de préférence en accord avec les partenaires sociaux).

Constant Depièreux

Managing Director

Applied Quality Technologies Europe sprl

Mobile:+32 (0)475 555 818

Site: http://www.aqte-consulting.eu



noel TIEMELE Vendredi 3. Août 2007 19:09

bonjour! je rejoinds Mr Pierre pour dire qu'il faut prevoir des sanction pour rafraichir les mémoires.faire des programmations pour le temps d'utilisation du matériel. ex tout coupable est améné au remboursement en leur expliquant la charge budgetaire imputable à ces équipements.

Mr Tiémélé



Maud SALAÜN Vendredi 28. Septembre 2007 3:45

Je me permets de vous demander un petit conseil:

Comment avez vous géré le port de la tenue de la maintenance (compatibilité avec les tenues du personnel agroalimentaire)?

Doivent ils avoir la même tenue que le personnel de production? Une tenue simple en bleue suffit elle avec une charlotte?



Hugues JOURDAN Vendredi 28. Septembre 2007 5:53

Leur prévoir une tenue de travail spécifique pour pouvoir les reconnaitre. Mais la charlotte est impérative...

Mais avec peu être un peu plus de change si on veut les voir propre . Leur demander ce qu'il désire

Lors d'intervention en zone propre, leur fournir des blouses jetables en non tissé.

De façon générale, ne pas oublier que se sont des personnages clefs dans les équipes.



Benjamin BOULANGER Vendredi 28. Septembre 2007 6:31

Nos techniciens de maintenance sont soumis à la règle suivante:

- port d'une tenue bleue de travail sur site

- port d'une veste jetable + charlotte + masque lors des interventions en atelier



qualité-LST Vendredi 28. Septembre 2007 13:04

Les tenues de maintenance en agro doivent répondre à plusieurs critères :

- confort du personnel

- sécurité

- hygiène

Les techniciens portent des charlottes comme tout le reste du personnel et des chaussures de sécurité spécifiques : montantes à lacets avec semelle anti perforation.

Par ailleurs nous louons des combinaisons à notre fournisseur de vêtements de travail :

Celles-ci sont en coton/polyester 65/35 (norme anti feu)

Elles comportent des genouillères avec carré de mousse amovible (prévention des TMS)

Les poches poitrines extérieures ont été supprimées et remplacées des poches poitrines intérieures (prévention du risque corps étranger)

La poche-mètre a été supprimée et le port d'outils dans les poches des combinaisons a été interdit et il leur a été fourni une ceinture porte-outils (prévention risque accident du travail)

Pour faire accepter ces contraintes, il faut les définir en collaboration avec les personnes concernées.

Bon courage



atelierduvieuxpuits Friday, September 28, 2007 11:15 PM

Il m'a bien semblé, à la lecture des GBPH restauration, que l'on ne devait pas entrer en cuisine avec ses habits civils et donc que le personnel devait disposer de vestiaires et de tenues professionnelles réservées à son activité.

Or, il semble que certains CFA autorisent les apprentis à arriver le matin déjà en tenue, avec tous les risques décrits dans les sus-dits guides...

Si quelqu'un veut bien m'expliquer la différence de dangers entre l'école et le restaurant...



christ.thonier Samedi 29. Septembre 2007 9:58

Je me fais aussi toujours cette remarque lorsque dans pratiquement toutes les émissions TV de cuisine, le chef n'a JAMAIS de coiffe alors que la valetaille est en général correctement vêtue.

Un chef est-il moins polluant ?



LUNDI 05 NOVEMBRE 2007

CCLINOUEST - Hygiène et prévention du risque infectieux dans les établissements d'hébergement pour personnes âgées
http://www.cclinouest.com/pages/maisons_retraite.htm
Au sommaire:
Hygiène du personnel

TERRASSES ET BISTROTS DE PROVENCE. Au sommaire:
http://www.terrasses-et-bistrots-de-provence.com/sommaire-guide-fournisseurs-chr.php
# Réglementation de l'hygiène
# Hygiène du personnel
L'hygiène, une affaire de professionnels




Bernard Pichetto Mardi 6. Novembre 2007 16:57

Ah ! si tous les cours d'hygiène ressemblaient à ceux de Mr Corpet !!!

http://fcorpet.free.fr/Denis/W/Cours07Hygiene.pdf

Donc, dans le principe, pas de maquillage ; pas de bijoux, donc pas d'alliance...

Mais, effectivement, qui définie la frontière entre embellissement (maquillage dans le sens commun) et soins corporels (produits de santé...? Et quid des produits à la frontière qui mélent anti-rides et maquillage, par exemple ?

Par contre rien sur les lunettes, ni sur les lentilles.



hblmgfrance Mardi 6. Novembre 2007 17:17

Le port des bijoux est effectivement interdit mais certains posent problèmes

En premier lieu l’alliance de par son caractère sacré et plus terre à terre par rapport à sa difficulté à l’ôter (le pb est identique pour des bagues)

Les piercings eux aussi posent problèmes

Si on se réfère au pack hygiène l’obligation de résultat est prépondérante

Donc prenons des mesures par rapport à un danger que l’on ne peut éliminer

Bagues ou alliances : un simple pansement étanche ou un doigtier ou le port de gants (à changer selon les besoins) RAPPEL : le port de l’alliance est toléré

Piercings : un pansement étanche (à changer selon les besoins)

Concernant les lentilles : si la personne conduit un véhicule, la loi oblige à détenir une paire de lunettes de vue dans son véhicule donc pourquoi pas la même chose dans les activités alimentaires

Concernant le port de lunettes seul la détermination d’un risque réel pourrait contraindre à des mesures



mpcreance mardi 5 février 2008 10:09

je viens de lire un rapport DSV (en restauration collective )indiquant qu'il est obligatoire que l'établissement gere l'entretien des tenues du personnel dans le cadre de l'obtension de l'agrement sanitaire eu (a ce jour les personnels lavent eux même leur vetements). ou lit on ça? est ce vrai? je ne trouve rien nul part.

Merci de vos réponses



P. Béaur Mardi 12. Février 2008 8:16

Encore une obligation de moyen imposée par les services vétérinaires :-(

Soit ils n’ont rien compris, soit il n’ont pas lu les nouveaux règlements… et même pas la directive 93/43 abrogée… mais cette obligation de résultat et non de moyen est signalée depuis 1993.

Ne continuez pas à chercher, vous ne trouverez rien sur cette obligation, mais lutter contre ces agents qui abusent de leur pouvoir.

Prouvez que vous avez mis en place une procédure de lavage, une protection dans les transports des vêtements, voire de contrôles….

C’est désolant et cela me met une fois de plus en colère. :-(



Cabinet HBL MG France Mardi 12. Février 2008 8:29

Nous avons rencontré ce type d’attitudes des services officiels dans d’autres établissements

Nous avons donc conseillé notre client de demander par courrier auprès du service concerné les textes de références des obligations de moyens cités dans le rapport

A ce jour toujours pas de réponse (il y a déjà 3 mois)

Pourtant il me semblait que le pack hygiène intégrait aussi un règlement sur les bonnes pratiques des services de contrôle et sur la qualité de leurs prestations ?

Oui cela est irritant



yazid becheur Mardi 12. Février 2008 13:40

Ayant déjà travaillé aux services vétérinaires, je peux vous dire tout simplement qu 'il y a une obligation de résultat. Dans votre cas il s'agit de l'hygiène de votre personnel, bien sûr cela sous entend la tenue de travaille, les mains.....Donc il suffit de mettre en place une procédure de contrôle ou de maîtrise avec un enregistrement (Hygiène du personnel) et tout cela après une formation d'hygiene pour le personnel (c'est un minimun)



Hubert BAZIN Mercredi 20. Février 2008 17:05

Ah ! l'hygiène dans la lingerie... (et honni soit qui mal y pense)

maîtrise du risque dans le nettoyage du linge : un réflexe utile : RABC

http://www.afhor.com/rabc.php?nav=decouvrir&btnRub=Creation&btnSRub=5





Cabinet HBL MG France Mercredi 20. Février 2008 18:14

Le RABC est à la gestion du linge ce que l’HACCP est aux bonnes pratiques d’hygiène alimentaire

Vous y trouverez la même philosophie

Il est clair que dans le cadre d’une gestion de collectivité cette méthode doit être mise en œuvre (les hôtels gérant leur blanchisserie sont aussi impliqués)



cqfd.formation Mercredi 20. Février 2008 19:31

En effet, la maîtrise des risques est déclinée aussi en blanchisserie… sous le nom de RABC

http://www.cqfd-formation.fr/pdf/CQFD_HB_blanchisserie.pdf



DIMANCHE 02 MARS 2008

Sélection d'articles issus du Brazilian Journal of Microbiology (année 2006-2007)
http://www.scielo.br/scielo.php?script=sci_issues&pid=1517-8382&lng=en&nrm=iso

Brazilian Journal of Microbiology
Braz. J. Microbiol. vol.37 no.3 São Paulo July/Sept. 2006
http://www.scielo.br/scielo.php?script=sci_issuetoc&pid=1517-838220060003&lng=en&nrm=iso
Hygiene monitoring of textiles used in the food industry


NORD ECLAIR 29/02/08 Le textile contre les infections nosocomiales
http://www.nordeclair.fr/journal/NE/2008/02/29/REGION/ART295450.phtml



Assistante Qualité Vendredi 4. Juillet 2008 10:49

Un de nos client exige que notre personnel n'entre pas dans la salle de pause avec les vêtement de travail.

si d'autres sont dans le même cas, comment avez vous répondu à cette exigence ?

Sachant que le 1/4 d'heure de pause est déjà un peu short pour manger pour nos ouvriers, nous ne pouvons pas encore leur demander de prendre sur ce temps pour se changer.

La solution suivante a été envisagée : mettre à leur disposition des blouses jetables à l'entrée de la salle de pause qu'ils enfile pour protéger les vêtement de travail pendant la pause. Mais cette solution n'est ni économique, ni écologique sachant que notre site compte prés de 500 personnes.

Merci d'avance à ceux qui voudront bien me répondre.



Delphine FRANCESCHINIS Vendredi 4. Juillet 2008 11:23

Il est logique de ne pas aller en pause avec les vêtements de travail. Chez nous, le personnel a 40mn de pause, le temps du déshabillage n'est pas un problème. Le minimum de temps de pause étant 20mn, mais la majorité du temps, tout le monde prend ses 40mn. Par contre la pause n'est pas comptée comme du temps de travail, peut être que chez vous c'est la cas.



qualitesud Vendredi 4. Juillet 2008 12:12

Je suis completement d'accord, cependant les temps d'habillage et de deshabillage doivent etre pris en compte dans le temps de travail (voir code du travail, j'ai pas le numero de l'article en tete).

Dans notre entreprise, pour regler ce probleme nous avons limité le nombre des pauses. Avant, les gens prenaient plusieurs fois dans la journée des petites pauses, en dehors du fait qu'ils ne retiraient pas leurs vetements pour sortir fumer ou manger, ceci genait l'organisation de la production. Maintenant ils ont une pause de 20 à 30 minutes par jour (pause non comptée dans le temps de travail) et ils doivent obligatoirement retirer leurs vetements de travail.

Le temps de deshabillage reste a la charge de l'entreprise mais nous sommes gagnants en productivité.

Nous avons un autre probleme : la gestion du passage aux toilettes, surtout que nos operateurs portent des combinaisons. Nous avons instauré un deshabillage obligatoire mais la perte de temps est vraiment importante. Si vous avez des solutions, je suis preneuse.



Delphine FRANCESCHINIS Vendredi 4. Juillet 2008 12:40

Le déshabillage n'est pas forcément pris en compte dans le temps de travail, par contre notre personnel bénéficie d'une prime d'habillage. Le code du travail doit prévoir les deux possibilités.



qualiseb Vendredi 4. Juillet 2008 14:56

Que deviennent les vêtements de travail pendant la pause ?



qualiseb Vendredi 4. Juillet 2008 14:59

Pour le passage aux toilettes, un vêtement comportant un pantalon peut être envisagé en remplacement des combinaisons.



Delphine FRANCESCHINIS Vendredi 4. Juillet 2008 17:05

Il y a des portants dans les vestiaires, dédiés aux tenues pendant les pauses, les vêtements personnels étant rangés dans les casiers personnels.



CQFD Vendredi 4. Juillet 2008 11:32

Si le problème est économique et écologique, pourquoi utiliser des blouses jetables ?

Vous pourriez avoir des blouses en tissus que porteraient votre personnel qui sort de la production et qui protégeraient ainsi leur tenue de travail…



Assistante Qualité Vendredi 4. Juillet 2008 13:39

Le problème avec les blouse en tissus est qu'elle ne sont pas "taille unique". Il faudrait donc en commander plusieurs taille. ça me semble assez difficile à gérer.

en + coté économique, ce n'est pas la panacée non plus si on compte l'achat + l'entretien (réalisé par une firme extérieure).

Pour répondre à Delphine, concernant le temps de pause, il n'est pas compté non plus dans le temps de travail. Mais je pense qu'il est aussi réduit pour répondre aux contraintes d'organisation du travail (travail à la chaîne)



Delphine FRANCESCHINIS Vendredi 4. Juillet 2008 13:57

Peut-être que l'organisation peut évoluer.... C'est peut être pas facile, mais il y aura sûrement des possibilités. Enlever et remettre sa tenue ne prend pas non plus 10mn. Peut être que 5mn de pause en plus serait suffisant. Voyez ce que vous pouvez obtenir en étudiant le problème en interne, avec les responsables concernés (production, qualité, direction...).



Hennquin Angélique Vendredi 4. Juillet 2008 15:57

Nous ne sommes pas situés en france donc pas soumis aux exigences du code du travail.

Chez nous le temps de déshabillage n'est pas pris sur le temps de travail. La pointeuse est situé entre la sortie des vestiaire et l'entrée de la production



odile dumand Vendredi 4. Juillet 2008 16:08

dans notre cas nous avons opté pour la solution suivante: mise à disposition de blouses en coton de couleur à l'entrée de la salle de pause et 2 solutions possibles pour le personnel lors de la pause:

enlever le haut de la tenue de travail pour être en tenue civile pour manger ou revêtir la blouse de couleur ce qui permet de ne pas enlever le haut de la tenue de travail.

Un affichage a été disposé à l'entrée de la salle de pause et les blouses en coton sont lavées par une société extérieure qui est notre prestataire pour le lavage des tenues de travail.

Cela me semble être un bon compromis et cela permet aux salariés de choisir l'option qui leur convient le mieux. La meilleure preuve est que cela est appliqué par le personnel.

Nous avons passé plusieurs audits BRC avec ce système (et avec des auditeurs différents) sans que cela ne pose problème.

En espérant vous avoir aidé



rimmarseille Mardi 29. Juillet 2008 0:29

Je suis responsable qualité dans une société de fabrication de marrons glacés. Dans le cadre de la mise en place de l'IFS, un point KO concerne l'hygiène du personnel. L'activité étant très saisonnière, le personnel de production est essentiellement constitué d'intérimaires.

Comment imposer une tenue irréprochable avec des fréquences de change raisonnables suivant l'analyse des risques (2 par semaine)sachant qu'en moyenne entre 60 et 100 intérimaires sont présent chaque semaine. Investissement trop important et déchets imporatants dans le cas de blouses jetables!



Jean-Marc Varin Mardi 29. Juillet 2008 9:23

Lorsqu'un problème apparaît il faut en mesurer dans toute son amplitude son "environnement", qu'est-ce qu'un personnel intérimaire dans votre entreprise, est-il acueilli voire managé comme les autres? Quel idée avez-vous, au sein de votre culture d'entreprise, de ce type de "contrat de travail"?

Si vous créez un système où, durant leur temps de travail, les "intérimaires"sont au centre de vos préoccupations il y a alors fort à parier que les problèmes seront moins prégnants (attention je ne parle pas de résolution de problème, je ne suis pas Mandrake le Magicien).

Soyez bienveillants, et fermes, envers vos équipes, prévoyez les écueils et affrontez-les, ce sont à mon sens les sources d'un bon management.



jourdan hugues Mardi 29. Juillet 2008 11:01

Voir aussi du coté de la location de tenues auprès des entreprises du marché...

Après étude des besoins, il est possible de fournir autant de tenue que nécessaire,



mohamad karnib Mardi 26. Août 2008 16:57

J'ai une question à vous demander. Fin septembre on passe l'audit IFS niv. Sup par contre j'ai un petit souci concernant la tenue vestimentaire et la cache barbe.

En fait, je travaille dans une usine qui fabrique les gâteaux moelleux, la salle de pause se trouve dans l'atelier de production dans un coin loin de la chaine de fabrication, les opérateurs ont une tenue vestimentaire pantalon et T-Shirt donc pas possible d'enlever la blouse à chaque fois ils veulent manger ou fumer. Mais l'IFS exige d'enlever la tenue vestimentaire quand on mange ou on fume. Donc je ne sais pas si vous pouvez m'aider à trouver une solution pour ce problème surtout que l'hygiéme de personnel est un KO dans l'IFS v5.

J'ai une deuxiéme question concernant la barbe comment on peut maîtriser ce danger?



Pascal Rudeaux Mardi 26. Août 2008 17:18

Pour la barbe la reponse est 3.2.2.2.

Il existe des toques qui ne laissent apparaitrent que les yeux: voir votre fournisseur de vêtements de travail

Quand a l'exigence que vous indiquez "l'IFS exige d'enlever la tenue vestimentaire quand on mange ou on fume" merci d'indiquer le point associé de la Norme

Le chapitre 3.2 et 3.4 n'en fait pas mention si je ne me trompe pas.



Assistante Qualité Mercredi 27. Août 2008 11:22

petite précision, il me semble qu'il n'y a plus de niveau supérieur dans la version 5 de IFS.

Je n'ai rien lu dans cette version concernant l'exigence d'enlever la tenue vestimentaire quand on mange ou on fume.

Nous sommes certifier IFS depuis plusieurs années (version 5 en juin dernier) et chez nous les gens n'enlève pas leur tenue de travail pour aller manger

Concernat la barbe, les personnes qui en ont une doivent travailler avec un cache barbe



Jean-Marc Kevelaer Mercredi 27. Août 2008 18:30

Sans vouloir vous contrarier, il y a bien un niveau supérieur dans l'IFSv5.

Si la note est supérieure à 75 %, c'est le niveau de base.

Si la note est supérieure à 95 % , c'est le niveau supérieur..

Par contre, il est vrai qu'il n'y a plus de distinction entre des exigences de niveau de base et des exigences de niveau supérieur, elle sont toutes les mêmes. Seuls, les KOsont particuliers. Je pense que le point KO 3.2.1.2. sur l'hygiène du personnel, concerne plutot l'hygiène corporel (les mains, les ongles, les bijoux, etc... ainsi que le tabac et les boissons et la nouriture). Le KO insiste essentiellement sur le respect des exigences du paragraphe précedent et des deux paragraphes suivants. Les vêtements sont abordé au point 3.2.2.

Pour ma part, les gens n'enlève pas leurs vêtements, chez nous, pour manger et nous avons eu notre renouvellement IFSv5 en avril. Mais il est vrai aussi que nous travaillons avec un produit très peu sensible au point de vue microbiologique.

Pour la charlotte ou le cache, il serait préférable de le changer a chaque entrée dans l'atelier même si la norme iFSv5 ne l'impose pas clairement. Par contre pour les autres vêtement, je n'ai pas vu dans la norme qu'il soit imposé de les changer systématiquement.

Jean-Marc Kevelaer

Chargé de Mission Qualité.



Pascal Rudeaux Mercredi 27. Août 2008 19:11

Le point 5.8 de la norme

2 niveaux comme indiqué si dessous



Assistante Qualité Jeudi 28. Août 2008 10:13

Ne vous inquiétez pas. Vous ne m'avez pas contrarié. O:)

Je n'étais pas sure de moi c'est pour cette raison que j'ai écris "il me semble"..

Et la liste est faite pour apprendre...

Merci à tous ceux qui nous font partager leurs connaissances et leur expérience



charlene.tanguy Jeudi 28. Août 2008 15:39

Pour moi, l'intérêt d'enlever sa tenue pour manger est non seulement microbiologique mais aussi lié au risque allergène. Un personne qui consomme des biscuits ou du pain à sa pause ou lors de son déjeuner est susceptible de se mettre des miettes sur ses vêtements et donc de contaminer le produit avec du gluten par exemple.



AQ Mercredi 10. Décembre 2008 5:42

--- Dans hygiene@yahoogroupe s.fr, Fab Hygiene <fab_hygiene@ ...> a écrit :

>

> Bonjour à tous,

>

> le secteur de la viande est bien représenté sur le forum. Peut-être pourrez-vous m'aider.

> Nous travaillons des carcasses de porcs et bovins. Au sujet de la tenue de travail, la règle actuelle est de porter une combinaison blanche, un tablier mailles et un tablier PVC (ou plastique jetable bleu).

> Aujourd'hui, certains employés contestent le tablier PVC et veulent le supprimer.

> J'en suis venue à me poser la question qu'elle est le rôle de ce tablier plastique ? Est-il obligatoire ?

> Pour ma part, je trouve qu'il protège l'opérateur de l'humidité, du sang. Les combinaisons en tissus sont un peu moins sales ensuite et donc plus facile à laver.

> Mais d'un point de vue production, y-a-t'il un impératif ?

>

> Merci beaucoup de votre aide !

>

> Bonne journée

>

Bonjour,

En abattoir la quasi totalité des salariés de chaine et du nettoyage portent un tablier PVC. Nous travaillons dans un endroit très salisant et sans ces tabliers nous serions mouillés durant toutes l'activité. Nos salariés ne s'en sépareraient pour rien au monde et le change au moindre trou.

Il vous savoir pourquoi ils ne souhaitent plus le mettre. Il est vrai que les salariés travaillent avec 2,5 à 2,8 kg d'Equipement de Protection Individuel.





Fab Hygiene Mercredi 10. Décembre 2008 14:12

les 2 se pratiquent.

Quand le tablier PVC est au dessus du tablier maille, en contact avec la table de découpe et le produit, il est vite abimé (coup de couteau). Mais ça a l'avantage de moins salir le tablier maille plus difficile à laver que le tablier PVC.

Quand le tablier PVC est en dessous du tablier maille, il s'use moins vite mais il faut prendre plus de temps pour laver le tablier maille en fin de poste.

Y-a-t'il une règle particulière à ce sujet ?

A savoir, nous travaillons avec des tacherons. Leur équipement est donc fourni par la société qui les emploie et leur responsable rechigne à changer les tabliers en raison du coût que ça représente.

Nous avons essayés les tabliers à usage unique bleus, plus léger, mais ils se déchirent trop facilement et les morceaux de plastique peuvent se retrouver dans la marchandise. Ce n'est donc pas une solution idéale.

Si le rôle du tablier PVC est "juste" de les protéger de l'humidité, peut-on leur imposer de le porter au même titre que le tablier maille ? ou bien doit-on leur laisser le choix de travailler ou non dans une combinaison mouillée ?



qualiseb Mercredi 10. Décembre 2008 21:16

A le porter au dessus, il y a un réel risque corps étrangers...prenez le temps de laver les tabliers de mailles, les tabliers plastiques sont pour moi inutile...d'autant qu'à des postes aussi physique, l'humidité vient aussi de l'intérieur...

Tout dépend également du tablier de maille, en inox OK, en alu, ils noircissent les combinaisons...



Florence Maillet Lundi 12. Janvier 2009 13:38

Je suis actuellement en charge des aspects réglementaires, pour la société Aplix basée au Cellier(44)et spécialisée dans les systèmes d'auto-agrippant.

Nous travaillons sur un projet de fermeture de sac impliquant le secteur des emballages en matière plastique destinés à rentrer en contact avec les denrées alimentaires.

Etant nouveau sur ce marché, nous voulons être conformes au réglement 2023/2006 relatif aux Bonnes Pratiques de Fabrication (BPF)

Quels sont les critères pour le personnel en terme d'habillement et de protection individuelle, sachant qu'on ne conditione pas?

En faite on ne sait pas trop s'il faut envisager la charlotte et l'habillement de la tête au pieds, ou simplement une tenue de travail (blouse, gants, chaussure).

Je vous remercie par avance de vos réponses



Aurore BEAUJOUAN Jeudi 15. Janvier 2009 8:00

Etant fabricant d'emballages au contact des denrées alimentaires certifié BRC/IoP, je me permets de vous donner mon avis sur la question. Bien entendu, une certification BRC/IoP est plus contraignante que l'application de ce règlement (qui d'ailleurs n'est pas une volonté de l'entreprise mais une obligation dès lors que l'on est concerné par le champ d'application) et donc ce qui est en place chez nous, ne doit pas forcément l'être chez vous.

La question n'est pas de savoir quelle va être la nouvelle tenue du personnel mais quels risque doit elle "empêcher".

L'article 7 du règlement donne quelques pistes de réflexions avec un léger soupçon d'HACCP là-dessous (à mon avis et selon mon ressenti).

Je vous conseille donc de partir de votre diagramme de production de ces fameux systèmes de fermetures et de voir à chaque étape les risques qui y sont liés en matières de sécurité alimentaire (selon la méthode des 5M), les solutions que vous avez déjà mises en place ou que vous pourriez mettre en place pour limiter ces risques. De là, vous aurez déjà une bonne idée des changements vestimentaires qui pourraient en découler.

S'il existe, vous pouvez aussi vous aider du guide de bonnes pratiques lié à votre activité.





formateurs-cafa mercredi 24 juin 2009 12:55


Est -il obligatoire pour une personne en remplacement en cuisine de collectivité de porter des chaussures de sécurité ou existe t-il une tolérance??



Patrick BéAUR Vendredi 26. Juin 2009 8:28


Aucun texte à ma connaissance ne décrit une liste de postes pour lesquels les chaussures de sécurité sont obligatoires ou pas.


Donc trois origines des obligations « sécurité » :


- Le rapport de la médecine du travail qui « impose » ou plutôt « demande » que l’on porte les chaussures de sécurité. Elle ne peut pas

l’imposer s’il n’y a pas de texte de référence mais au vue de son expertise, cela ne pardonnerait pas en cas d’accident si ses préconisations ne sont pas respectées.


- Votre analyse dans le cadre de l’évaluation des risques professionnel (avec rappelons le l’obligation de mettre en place un document unique). Cette analyse vous permettra de justifier en interne les consignes de sécurité. Rappelons aussi que la responsabilité de la

sécurité du personnel est confiée au gestionnaire (ou un délégué dûment mandaté). Bonne occasion d’aller voir sur

http://www.risquepro.fr/risquepro.php


- Le respect des consignes données par le fabriquant mais cela concerne plutôt les matériels les produits utilisés.


Si on parle de remplaçant d’un poste qui nécessite un EPI (Equipement de Protection Individuel)… bien sur que oui, il doit le porter. Pourquoi

ferait on supporter, sans la protection définie, le risque à un remplaçant qui est moins habitué au poste.


Rigueur et Bon sens


Bien cordialement. Patrick BéAUR



Constant Depièreux Vendredi 26. Juin 2009 9:49


Pour les compatriotes belges de la liste :


"Sécurité et santé des travailleurs intérimaires


Les travailleurs intérimaires doivent bénéficier de la part de l'utilisateur du même niveau de protection de leur sécurité et de leur santé que les propres travailleurs de l'utilisateur. Afin d'éviter les risques de sécurité et de santé spécifiques à l'entreprise et au poste de travail, l'utilisateur doit veiller à fournir les informations, la formation et les instructions nécessaires. L'entreprise de travail intérimaire doit notamment informer le travailleur intérimaire quant aux risques du travail, l'exposition à des substances et préparations dangereuses, une éventuelle surveillance de santé liée à ces risques, les équipements de protection individuelle à utiliser et le port de vêtements de travail, qui sont fournis par l'utilisateur.

L'utilisateur doit communiquer ces informations à l'entreprise de travail intérimaire, via une fiche de poste de travail.


Pour les travailleurs intérimaires qui exercent une fonction à vigilance accrue, une fonction de sécurité, une activité comportant des risques bien déterminés ou une activité liée à des denrées alimentaires, la surveillance de santé est obligatoire et une fiche de poste de travail doit être établie par l'utilisateur. Celle-ci contient des informations sur les tâches à effectuer, la nature des risques qui y sont liés, et les obligations auxquelles le travailleur intérimaire est soumis. L'utilisateur doit fournir la fiche de poste de travail à l'entreprise de travail intérimaire.

L'entreprise de travail intérimaire se charge de l'évaluation de santé préalable et contrôle la validité de l'aptitude au travail du travailleur intérimaire lors de chaque mise au travail.

Pour chaque travailleur intérimaire qui est soumis à la surveillance de santé, un dossier médical centralisé doit également être établi.


Certaines activités sont interdites aux travailleurs intérimaires, notamment les travaux de démolition ou de retrait d'amiante."


Extrait de :


http://www.emploi.belgique.be/detailA_Z.aspx?id=1350



forumhygiene89 Jeudi 2. Juillet 2009 10:47


Nous avons l'objectif de gérer l'entretien du linge de production en interne. Pour cela nous souhaitons créer une blanchisserie.

Je ne connais pas ce secteur, j'aimerais prendre contact avec un connaisseur. Devons nous avoir un agrément, quelle est la marche à suivre pour réaliser ce projet dans les meilleures conditions?

Merci par avance


Albert Amgar Jeudi 2. Juillet 2009 11:50


A ma connaissance il n'y a pas d'agrément à demander. vous pouvez

vous appuyer sur les documents suivants et payants :

- GA G07-224. Décembre 2004. Textiles traités en blanchisserie -

Guide d'application de la norme NF EN 14065:2003 - Système de

maîtrise de la biocontamination.

- NF EN ISO 10472-1. - Exigences de sécurité pour les machines de

blanchisserie industrielle. - Partie 1 : prescriptions communes

(indice de classement : G45-100).

- NF EN ISO 10472-3. - Exigences de sécurité pour les machines de

blanchisserie industrielle. - Partie 3 : trains de lavage incluant

les machines composantes (indice de classement : G45-101).

- NF EN ISO 10472-2. - Exigences de sécurité pour les machines de

blanchisserie industrielle. - Partie 2 : machines à laver et

laveuses-essoreuses (indice de classement : G45-103).

- NF EN ISO 10472-4. - Exigences de sécurité pour les machines de

blanchisserie industrielle. - Partie 4 : séchoirs à air (indice de

classement : G45-107).


Cordialement

Albert Amgar



tressens corinne Jeudi 13. Août 2009 15:41


Lors d'un audit, un de nos clients nous a demandé de mettre en place des tests de surface sur les tenues de travail

Nous transformons des fruits secs à coque. Nos produits sont donc peu sensibles par rapport à ceux du secteur de la viande, de la pâtisserie par exemple et le nettoyae de nos tenues de travail est sous traité par une entreprise spécialisée.

Nous nous posons la question quant à l'utilité d'une telle mise en place ?

Est ce que une telle pratique peut nous apporter quelque chose ?

Avez vous déjà réalisé des tests des surface sur vos vêtements de travail, si oui avez vous déjà eu des résultats non conformes ?

Quel type de germes rechercher ?

Vous remerciant par avance




Hélène PILLET Jeudi 13. Août 2009 16:08


Pour notre part, nous demandons les analyses à notre sous-traitant.


Il en fait une fois par trimestre.


Il analyse la flore totale et ses résultats sont satisfaisants.


En règle générale en présentant ce système aucun auditeur ne nous a demandé d'en mettre en place nous même.


Nous travaillons avec un des grands intervenants dans le domaine et c'est quelque chose qu'il fait depuis longtemps pour ses clients agroalimentaire...



Jean-Yves François Jeudi 13. Août 2009 16:14


dans ce contexte, que veut dire satisfaisant ? Quels sont les critères définis et par qui ?


Je suis curieux,



Hélène PILLET Jeudi 13. Août 2009 16:28


Alors notre sous-traitant travaille avec un laboratoire qui réalise le dénombrement avec des boîtes rodac.

En souhaitant répondre à cette question sur la liste, j'ai demandé les résultats au service qualité (et oui je suis au développement...) et là surprise, pas de critère!!!!!

C'est, dans ce cas (et je suis d'accord avec vous), facile d'être satisfaisant.

Néanmoins à titre d'information, les résultats envoyés sont souvent de 0 ou 1 et parfois de 4 / 5 maximum....

Mais suite à cette remarque notre service qualité va questionner notre prestataire pour qu'il fixe une limite si ce n'est déjà fait et le fasse indiquer sur ses bulletins d'analyse...

Je suppose que le seuil sera défini entre le prestataire et ses clients, sous conseil du labo.



C. MARTIN Jeudi 13. Août 2009 16:34


notre prestataire de nettoyage des tenues de travail nous communique tous les mois les rapports d'analyse des prélèvements réalisés sur les tenues sortie usine(écouvillonnage avec recherche de Flore totale à 30°C - Coliformes totaux - coliformes thermotolérants basée sur NF V 08-051)




G. DUBUISSON Vendredi 21. Août 2009 15:04


Je ne connais pas les applications que votre client fait de vos produits.

Mais, sauf si ces applications nécessitent une débactérisation (EOG, radiations), il est certain que vos fruits à coque seront plus contaminés

que les tenues de vos opérateurs à la sortie de l’entreprise qui assure le nettoyage.


Vous devez demander à cette entreprise si elle applique la méthode RABC (qui est l’équivalent de l’AMDEC, HACCP ) pour la blanchisserie.




adresseergo Mardi 8. Septembre 2009 16:50


Je voudrais savoir quelle est la procédure à suivre pour la désinfection des tabliers ou chasubles en cotte de mailles ?

Existe-il des machines qui peuvent s'en charger ?



Constant Depièreux Mardi 8. Septembre 2009 16:56


Ils devraient être autoclavables à la vapeur (voir par exemple http://www.chainexglove.com/upload/chainex/Chainextwo_fr.pdf)



Albert Amgar Mardi 8. Septembre 2009 17:41



Peut-être faudrait-il commencer par les nettoyer et généralement avec une brosse à main, un détergent et de l'huile de coude !



jourdan hugues Mardi 8. Septembre 2009 19:48


En ensuite on les fait tremper dans une solution détergente désinfectante qui n'attaque pas l'inox...



Albert Amgar Mardi 8. Septembre 2009 21:40


Je suis étonné de votre message, faut-il utiliser des produits deux en un ou bien nettoyer rincer puis le cas échéant désinfecter.



DIMANCHE 13 SEPTEMBRE 2009

Voici le(s) dernier(s) post(s) paru(s) dans le blog d'Albert Amgar,
http://amgar.blog.processalimentaire.com/
- L’hygiène à toutes les sauces …,
http://amgar.blog.processalimentaire.com/?p=1615



Albert Amgar Mercredi 14. Octobre 2009 19:50



Le 14 oct. 09 à 14:56, Stéphanie Bertouille a écrit :


>

> Bonjour,

>

> Je travail dans une entreprise agroalimentaire, nous voulons mettre

> en place une tenue vestimentaire adéquate. existe-il une

> réglementation, es-ce que le blanc est obligatoire dans

> l'alimentaire, sachant que nous fabriquons des dragées et chocolat,

> le blanc risque de ne plus le rester très longtemps!! Pouvez-vous

> me donner des idées sur une tenue adéquate par rapport à notre

> milieux. De plus le personnel porte un calot, mais celui-ci ne

> recouvre pas totalement les cheveux, y a t'il des obligations par

> rapport à cela?? existe-il des charlottes coton aérées ??

> Merci pour vos réponses

>

>

> Stéphanie Bertouille



Bonjour,


Selon le règlement (CE) 852, Toute personne travaillant dans une zone de manutention de denrées alimentaires doit respecter un niveau élevé

de propreté personnelle et porter des tenues adaptées et propres assurant, si cela est nécessaire, sa protection.

La couleur ne fait pas la propreté. Toutefois un consensus semble se faire avec des vêtement de couleur claire, blanc, bleu clair, vert

clair, etc. Si des tâches sont salissantes, il existe des tabliers.

Le calot est de l'ordre du symbole, optez pour une coiffe de type charlotte à usage unique qui recouvre l'ensemble de la chevelure.

Cheveux cachés, charlotte bien portée ! N'omettez pas le cache-barbe sur les postes de conditionnement en boîte.



Eric KALINOWSKI Mercredi 14. Octobre 2009 20:16


"Vêtement clair fait le consensus" dixit ... dans un autre secteur comme la Boulangerie où justement les pantalons pro sont de plus en plus noirs (CQFD)!



Emmanuelle Gheenens Jeudi 7. Janvier 2010 16:45


Je travaille dans une margarinerie. Dans une entreprise alimentaire, y-a-t-il une obligation légale à faire porter un protège-barbe? Si oui, dans quelles conditions?

Doit-on l'imposer dans le cas d'une "barbe de 2 jours"?

Doit-on imposer le rasage de près?

Quelqu'un peut-il me répondre ou me donner une législation (belge et/ou européenne) qui en parle?

Merci d'avance à tous.

Emmanuelle


Constant Depièreux Jeudi 7. Janvier 2010 16:57


Un petit coup d'oeil sur les guides de bonnes pratiques et d'auto-contr€ ôle applicables € à votre activit€ é s'impose pour commencer.


Pour info :


http://www.torayplastics.eu/download/bonnes-pratiques-hygiene.pdf


Un exemple de fournisseur beaucoup plus conscient des dangers que nombre de ses clients?



O. Cerf Vendredi 8. Janvier 2010 10:11


Un poil de barbe ou un cheveu dans un aliment est un corps étranger indésirable, un danger au sens de la législation européenne. Selon le poste de travail, il existe ou pas une possibilité qu'un poil tombe dans l'aliment. Après mise en place des bonnes pratiques d'hygiène, l'analyse des dangers vous montrera si ce danger précis doit être pris en compte, et entraîner le port d'un protège-barbe.



sandrine_llopis Le 6 mars 2012 à 13:51, sandrine_llopis


Savez-vous si l'utilisation des services d'une blanchisserie pour le nettoyage des blouses est obligatoire en hygiène alimentaire.

Toute petite IAA, nous n'utilisons que très peu de blouses par semaine et nous réfléchissons à investir dans une machine à laver.

Avez vous des éléments de réponse à ce sujet ?


merci d'avance


Albert AMGAR Mardi 6. Mars 2012 16:01

Il n'est pas obligatoire d'utiliser les services d'une blanchisserie pour le nettoyage de vos blouses. Vous pouvez les faire nettoyer dans une machine à laver de bonne qualité avec des cycles de lavage adaptés.

Cela étant, le rangement de blouses doit faire l'objet d'une attention particulière afin d'éviter de les recontaminer après nettoyage.

Enfin, selon le code du travail, et éventuellement son interprétation, ces blouses sont-elles oui ou non des équipements de protection individuelle, et si c'est le cas, L'employeur informe de manière appropriée les travailleurs chargés de l'utilisation ou de la maintenance des équipements de travail de leurs conditions d'utilisation ou de maintenance.

Voir aussi Qui doit prendre en charge l'entretien des vêtements de travail ?




rachel.prigent Mardi 27. Mars 2012 10:53


je me penche sur un sujet que je n'ai pas l'occasion de traiter jusqu'alors: la qualité bactériologique du linge qui est lavé par une blanchisserie extérieure.


Comment contrôlez-vous cette qualité bactériologique? la vérification de la propreté visuelle n'est pas suffisante... que mettez-vous en place? est-ce vous ou bien avez vous des exigences envers votre blanchisserie? quels germes cherchez-vous? quelle limite?


Votre expérience servira à réfléchir à notre propre plan de contrôle de notre linge... merci d'avance




Albert Amgar Mardi 27. Mars 2012 11:48


Voir la norme NF EN 14065 Mai 2003. Textiles - Textiles traités en blanchisserie - Système de maîtrise de la biocontamination.


Jean Claude DAUDY Mardi 27. Mars 2012 16:38


Voir aussi le référentiel BP G 07-223 sur les bonnes pratiques liées à la qualité microbiologique des textiles à appliquer dans les blanchisseries s'adressant aux secteurs spécifiques.


Et le guide GA G07-224 - Textiles traités en blanchisserie - Guide d'application de la norme NF EN 14065:2003 - Système de maîtrise de la biocontamination



Jean Claude DAUDY Mardi 27. Mars 2012 16:44


Par ailleurs les germes recherchés sont habituellement la flore totale.

Il me semble que le seuil est de 12 UFC pour 25 cm².



Albert Amgar Mardi 27. Mars 2012 17:01


Le seuil importe peu, tout dépend du nombre de réduction décimale que l'on se fixe … veut-on 5 ou 3 log de réduction décimale ou bien des vêtements dits stériles


Jean Claude DAUDY Mardi 27. Mars 2012 17:42


Tout dépend le secteur auquel est destiné le linge effectivement.


Je vous signale par ailleurs l'existence d'un projet de Norme Européenne portant la référence française NF EN 1632 - 3 - Méthodes d'analyse et de mesurage de la biocontamination des surfaces dans les zones à risques.


Elle donne des seuils en fonction des risques.


Albert Amgar Mardi 27. Mars 2012 17:56


Sauf erreur, ce projet de norme ne me parait pas avoir abouti … mais peut-être a-t-il pris un autre nom ?





Hubert BAZIN Vendredi 28. Décembre 2012 18:01


pourriez-vous m'aider à remettre à jour mes connaissances sur les vêtements de travail dans un site de production agro-alimentaire ?


Je pense notamment aux notes de service (s'il y en a ), qui exigeraient pantalons et/ou tabliers, et si cela existe, des recommandations sur les tenues elles-mêmes (matériau).






richard.bonne Samedi 29. Décembre 2012 10:28


Dans le même domaine, je suis choqué par la mode actuelle, probablement venue d'Asie, du port de la veste noire par le personnel de cuisine des restaurants !!!

....................... Et vous ???.


Pas très réglementaire (il y a obligation, il me semble, du port d'une tenue claire) et de plus pas vraiment hygiénique.


Bon réveillon à tous en attendant les traditionnels voeux de début d'année !




Gilles TIXIER Samedi 29. Décembre 2012 10:51


Bonne réception de cette info associée


http://www.netpme.fr/question-internaute/412-qui-doit-prendre-en-charge-entretien-vetements-travail.html




Hubert BAZIN Samedi 29. Décembre 2012 11:10


merci de ce lien


Je cite le préambule : "lorsque le port du vêtement de travail est obligatoire et qu'il est inhérent à l'emploi, etc." . La question reste posée : quel texte stipule quel type de vêtement est obligatoire dans les IAA ? Je ne parle pas des PRP et des guides de pratiques, je parle de texte de loi. S'il s'agit d'EPI - c'est à dire de protection du travailleur, pas de souci : le code du travail est en effet prolixe.

Mais quand il s'agit de protéger le produit ?


merci de vos lumières


cordialement


Hubert BAZIN



Lorsque le port du vêtement de travail est obligatoire et qu'il est inhérent à l'emploi,


En application du code de la propriété intellectuelle, toute reproduction totale ou partielle est strictement interdite sans autorisation écrite de NetPME.

Lorsque le port du vêtement de travail est obligatoire et qu'il est inhérent à l'emploi


En application du code de la propriété intellectuelle, toute reproduction totale ou partielle est strictement interdite sans autorisation écrite de NetPME.

Lorsque le port du vêtement de travail est obligatoire et qu'il est inhérent à l'emploi


En application du code de la propriété intellectuelle, toute reproduction totale ou partielle est strictement interdite sans autorisation écrite de NetPME...





jourdan hugues Mardi 1. Janvier 2013 23:05


Qu'importe la couleur de la tenue à partir du moment où elle répond à la sécurité et que l'entreprise a déterminé que la matière répond aux besoins d hygiène et sécurité en production et mis en place une rotation et un lavage des tenues.


Je travaille personnellement en noir ou en blanc pour des raisons pédagogiques mais je change et entretiens les tenues de la même façon.


dans le secteur médical, il y a maintenant des tenues vertes, rose, mauves etc etc

...



 ARCHIVAGE THEMATIQUE DES MESSAGES DU FORUM HYGIENE (fin de document)

FIN DU DOCUMENT

Page d’accueil de l’archivage thématique avec moteur de recherche

Accès au formulaire d'inscription à la liste de discussion HYGIENE

Page d’accueil du site HYGIENE ALIMENTAIRE