ARCHIVAGE THEMATIQUE DES MESSAGES DU FORUM HYGIENE

Page mise à jour : 01/11/11

Page d’accueil de l’archivage thématique avec moteur de recherche

Accès au formulaire d'inscription à la liste de discussion HYGIENE

Page d’accueil du site HYGIENE ALIMENTAIRE

 

 

 86 liens vérifiés 20061214

THEME  : les analyses microbiologiques et les nouvelles techniques, ainsi que leur interprétation dans la gestion du risque (+ autres problèmes de laboratoires).

Pages d’archives connexes

La microbiologie prévisionnelle

Les plats-témoins

Les méthodes d’analyse PCR et ELISA

La cytométrie de flux

La microbiologie moléculaire

 

L’interprétation des résultats d’analyses

Les réseaux d'intercomparaison

Kits de détection des bactéries, prélèvements de surface et autres kits de dosage

L'analyse chimique

La normalisation des méthodes d'analyses

La résonance magnétique nucléaire

La normalisation concernant la flore anaérobie

La chromatographie

Prélèvements effectués sur les mains

L’analyse et la détection des OGM, ainsi que les seuils de tolérance

La sécurité biologique en laboratoire

Les nez électroniques

Les tests de contamination de l’eau

Les équipements de laboratoires

Méthodes de détection des allergènes

L’analyse de la radioactivité

La flore aérobie

La bioluminescence

Les coliformes thermotolérants

Les logiciels de laboratoires 

Les milieux de culture

Détection des produits ionisés

Méthodes de dosage des hormones

Les moisissures 

Méthodes de détection de plomb

 

Choix d'un prestataire de services en matière d'analyse en matière de coût

 

L’incertitude dans l’interprétation des résultats d’analyses microbiologiques

 

 



ARCHIVES 1999-2005 – A PARTIR DE 2006 (voir ci-dessous)

mehdi makhlouf Thu, 12 Jan 2006 09:17:46 +0100 (CET)

Je suis étudiant en microbilogie à l'ESIL.
Je recherche des informations sur les bactéries viables non cultivables au niveau de leur détection et au niveau législation.
Merci pour le coup de main.
Medy

 

pfouillard Thu, 12 Jan 2006 11:01:08 +0100

Une des solutions de détection des bactéries viables non cultivables est de faire un marquage par un marqueur fluorescent ( il existe des kits, qd j'ai travaillé dessus il y a 7 ans, il s'agissait de CHEMUNEX) et d'ensuite observer sous microscopie électronique.

 

fadouakhallaf Wednesday, February 15, 2006 1:17 PM

je cherche des publications récentes ou bien des articles récents qui parlent des nouvelles méthodes de détection rapides des dangers microbiologiques au cours de la fabrication de la crème pâtissère. c'est à dire: comment peut on évaluer ou faire une analyse rapide pour détecter la présence d'une salmonnelle ou d'une listéria dans un
produit au cour de sa fabrication. svp aidez moi
merci
bonne réception

 

Nicolas BUJAUD Mon, 20 Feb 2006 17:17:22 +0100

Je ne peux pas vous aider sur l'aspect spécifique de la crème pâtissière.

Cependant, dans un contexte général, il existe des outils d'analyses plus ou moins rapides qui peuvent vous permettre de répondre à votre attente (boite précédé d'un enrichissement, test ELISA, biologie moléculaire, cytométrie.).

Toutefois, je pense que la notion de rapidité, pour la recherche de pathogène, prend son sens dès lors que le résultat arrive à J+1 maximum. Et là, il y a beaucoup moins de technique à votre disposition. J'en vois deux :

- la biologie moléculaire (PCR)

- la cytométrie

En plus, dans votre question, il manque une notion importante. Souhaitez vous réaliser vous-même l'analyse (donc besoin de s'équiper) ou préférez-vous sous-traiter cette analyse (on rajoute alors le tempsd'acheminement de l'échantillon jusqu'au labo prestataire) ?

Enfin, dans le cas où vous souhaiteriez vous équiper, il faut voir les aspects liés à l'environnement (présence d'un local type laboratoire interne ou non), la difficulté de réaliser le test (la technicité du procédé d'analyse),

le prix.

Je pense que lorsque vous aurez répondu à ces différentes choses, vous aurez fait une bonne partie du travail. Le choix de la technologie se fera alors relativement simplement.


Nicolas BUJAUD
MêTiS Biotechnologies
ESTER Technopole
BP 6936
87069 LIMOGES cedex
Tél : +33 (0)5 55 42 67 00
Fax : +33 (0)5 55 42 67 01

NB : pour finir, la technologie que je maîtrise (cytométrie) permet sans aucun problème de traiter des matrices du type crème pâtissière avec des résultats assez rapides (Listeria spp ou mono 22-26 heures, Salmonella en 12 à 26 heures)


MERCREDI 01 MARS 2006

LA CUISINE COLLECTIVE FEVRIER 2006 Le forum du Professeur Rozier. Au sommaire:
Analyses bactériologiques.
http://www.la-cuisine-collective.fr/dossier/haccp/articles.asp?id=88



LA CUISINE COLLECTIVE DECEMBRE 2005 Les analyses de votre laboratoire accrédité
http://www.la-cuisine-collective.fr/dossier/haccp/articles.asp?id=82

JEUDI 09 MARS 2006

LAB TECHNOLOGIST 08/03/06 Microbiologists meet to discuss role in fighting disease
http://www.labtechnologist.com/news/ng.asp?n=66293-microbiologists-e-coli-avian-influenza



Hubert BAZIN Thu, 31 Aug 2006 16:59:19 +0200

---- Original Message -----
From: "leau60"
To: <hygiene@yahoogroupes.fr>
Sent: Thursday, August 31, 2006 1:16 PM
Subject: [hygiene] protocoles d'analyses


bonjour à tous

je sais que beaucoup (toutes?) d'analyses microbiologiques et chimique
sont dorénavant réalisées selon des normes AFNOR.

mais avant leur normalisation, existe t'il un site sur lequel on puisse
trouver ces protocoles ?

merci beaucoup


toutes les analyses bactério ne sont pas réalisées selon les normes AFNOR,
et loin de là !
Tout dépend en fait de ce que vous voulez faire de vos résultats :

un suivi de votre process ? Vous faites ce que vous voulez, en adaptant si besoin des méthodes normalisées.
une analyse demandée par un client ? Vous utilisez la méthode du client. Si c'est un américain, ce sera souvent les méthodes du BAM (le bacteriological analytical manual de la FDA)
une analyse destinée à prouver quelque chose aux autorités sanitaires françaises : alors vous avez intérêt à utiliser les méthodes normalisées Afnor, les autres méthodes éveillant toujours la suspicion.

Vous êtes un labo d'analyses : même chose : tout dépend de votre client et de son besoin. Les analyses Afnor ne sont pas toujours si au top que ça (voir mes interventions dans les archives)
Et votre personnel pourra être beaucoup plus performant avec une manip qu'il meîtrise parfaitement, même si elle n'est pas Afnor, qu'avec une manip normalisée mais inconnue.

cordialement

Hubert BAZIN



marie.couvrand Wed, 20 Sep 2006 09:47:22 +0100


HACCP NEWS

La lettre d'information sur la sécurité alimentaire

N° 2

septembre /octobre 2006


L'édito


Pour un usage raisonné des analyses microbioSuite
http://www.haccp.fr/article.php?id_article=1



qualiseb Vendredi, 13. Octobre 2006 19:15

--- Dans hygiene@yahoogroupes.fr, christelle girard-reydet
<cgirardreydet@y...> a écrit
>
> Bonjour,
>
> Dans notre entreprise, nous avons un laboratoire de production
et les produits sont dispachés dans nos magasins de vente.
> Les produits que nous faisons analyser sont prélevés au
laboratoire car, en cas de résultats non-satisfaisants, il est plus
aisé d'en trouver les causes. De temps en temps, nous faisons
prélever dans nos magasins des produits fabriqués par les magasins
(type sandwich).
> Au niveau de la loi, la DGCCRF ou la DSV peuvent-elles nous
obliger à faire des prélèvements mensuels dans les magasins, sachant
que nos produits sont de tout manière analysés ?
> Merci d'avance pour vos réponses
>


Si les critères et fréquences des contrôles de vos produits ne sont pas fixé par le paquet hygiène ( et cela doit être le cas des sandwichs ), personne ne peut vous obliger de de faire des contrôles bactério.

Tous l'esprit de la nouvelle règlementation respose , à mon humble avis, sur le principe qu'il vos mieux maîtriser "hygièniquement" les procédé de fabrication au travers de formation, d'indicateurs plutôt que de se baser sur un plan de contrôle bactério, qui ne vaut que pour les échantillons analysés.

L'analyse bactériologique est un simple indicateur au milieu de beaucoup d'autres.

 

Helene Soubelet Vendredi, 13. Octobre 2006 22:52

oui, on peut voir cela comme ça mais en tant que contrôleurs, nous devons vérifier que le PMS (Plan de Maitrise sanitaire : voir AM du 8 juin dernier) est en place dans les entreprises agro-alimentaires (dans un premier temps nous nous concentrerons sur les entreprises agréées). Or le PMS doit être validé et l'un des moyens pour le valider est de faire pratiquer ou de pratiquer des autocontrôles bactériologiques. Vous aurez du mal à justifier de la pertinence de votre maîtrise si vous n'avez pas de système de vérification en place.
Par contre nous ne vous obligerons pas à faire des contrôles mensuels.

Ce sera à vous d'en déterminer la fréquence ... et de nous prouver que votre fréquence est pertinente. Le maitre mot du ministère en ce moment est "recommandations". Nous vous recommenderont donc si la fréquence nous semble inadaptée, de faire plus d'autocontrôles ... c'est tout....

qualiseb Vendredi, 13. Octobre 2006 23:10

C'est justement pour ce dégager des responsabilités qu'il assumait jusquà lors que l'Etat ne fait plus que des recommandations ( mais doit rester un garde fou ). Cela me parait normal, chacun est responsable de ce qu'il fait. Mais à aujourd'hui, quelle est la "dangerosité" d'un produit tel que la viande hachée ??? Ou sont les chiffres ??? Quel est le niveau acceptable ??? Faut'il arrêter sa fabrication ???

 

 

Duez Christine lun. 16/10/2006 11:34

Quelqu'un a t il un avis sur l'intérêt réel que représente le dénombrement d'ASR dans la viande.

ON me conseille de la faire malgré le fait que cela ne soit pas un critère imposé aujourd'hui, les ASR s retrouvant parfois dans la viande à coeur.
Mon raisonnement est que comme partout, par souci d'économie, les analyse se font très rarement sur un rotî entier, permettant une analyse à coeur, mais plutôt sue des côtes, un steak assez fin,...
AUssi, dans ces conditions, je doute de la représentativité du critère
ASR conforme...

 

Dr Mohamed Dayi Lundi, 16. Octobre 2006 16:28

Pour répondre à cette question pertinente,vous pouvez vous référer à l'avis de la Commission pour l'Evaluation de la Qualité Microbienne des Aliments (CEQMA);qui propose pour les viandes des animaux de boucherie de rechercher les germes:
-pathogènes:Salmonelles,L.monocytogenes,Staphylocoques (coagulase +),C.perfringes,et E.coli
-d'altération:Pseudomonas,et B.Thermosphacta
-technologiques;Enterobactéries,bactéries lactiques.
NB:Les ASR regroupent les C.perfringes,et Bacillus spp (germes banaux,donc non pathogènes,c'est un critère imprécis.
Ces critères ne sont pas réglementaires en vertu du CE 2073,mais sont pertinents pour l'auto-controle (historique microbio pour révéler éventuellemnt une rupture de la chîne du froid,ou une erreur de manipulation.

Eric Kalinowski Lundi, 16. Octobre 2006 19:59

D'après Jouve Coord (1996: Qualité microbio des aliments, Partie 3 Vdes et Pdts de Vdes), il indique les Cl. perfringens comme critère impératif (plan à trois classes).

 


JEUDI 02 NOVEMBRE 2006


LA CUISINE COLLECTIVE NOV 2006 Le forum de l'HACCP. Au sommaire:
http://www.la-cuisine-collective.fr/dossier/haccp/articles.asp?id=111

Durée de conservation des échantillons au labo.


JEUDI 25 JANVIER 2007

SANTE CANADA - Compendium de méthodes microbiologiques
- Volume 1 Méthodes officielles pour l'analyse microbiologique des aliments
- Volume 2 Méthodes de la DGPS pour l'analyse microbiologique des aliments
- Volume 3 Procédures de laboratoire concernant l'analyse microbiologique des aliments
- Volume 4 Détection des matières étrangères dans les aliments
- Volume 5 Methodes d'analyse des parasites, virus et autres agents pathogènes d'origine alimentaire
http://www.hc-sc.gc.ca/fn-an/res-rech/analy-meth/microbio/index_f.html

SANTE CANADA - Méthodes chimiques - Compendium de méthodes d'analyse chimique des aliments
http://www.hc-sc.gc.ca/fn-an/res-rech/analy-meth/chem/index_f.html

 

Romain BOYER Lundi 5. Février 2007  9:23

Combase regroupe des données intéressantes sur la multiplication des micro-organismes dans des conditions différentes (notamment aux températures de surgélation) pour des milieux liquides mais surtout pour de véritables matrices alimentaires. Les données sont toujours associées à une publication.
http://combase.arserrc.gov/BrowserHome/SearchOptions/Search.aspx

 

Bertrand CARLIER Lundi 19. Février 2007 14:04


suite sujet: additif abordé, il y a peu , sur cette liste, il me semble important de visiter cette page

http://www.foodstandards.gov.au/thecode/assistanceforindustry/userguides/index.cfm

donc

User Guide - Methods of Analysis for Foods

http://www.foodstandards.gov.au/thecode/assistanceforindustry/userguides/methodsofanalysisfor1411.cfm




MARDI 27 FEVRIER 2007


INDE 26/02/07 MANUALS OF METHODS OF ANALYSIS OF FOOD COMPILED BY THE
DIRECTORATE GENERAL OF HEALTH SERVICES
http://www.mohfw.nic.in/manmethod.htm

Au sommaire:
1. MILK AND MILK PRODUCTS
2. OILS AND FATS
3. CEREAL AND CEREAL PRODUCTS
4. BEVERAGES (COFFEE, TEA, COCOA, CHICORY) SUGAR AND SUGAR PRODUCTS AND
CONFECTIONERY PRODUCTS
5. FRUIT AND VEGETABLE PRODUCTS
6. MEAT AND MEAT PRODUCTS AND FISH AND FISH PRODUCTS
7. MYCOTOXINS
8. FOOD ADDITIVES
9. METALS
10. PESTICIDE RESIDUES ANALYSIS OF FOOD COMMODITIES
11. ANALYSIS OF FOOD (SPICES AND CONDIMENTS)

 

 

MERCREDI 14 MARS 2007

UNIVERSITE DE LIEGE 15/09/06 Onzième Conférence de microbiologie des aliments Gand,
http://www.mdaoa.ulg.ac.be/000_conf_2006/FR/actes.htm

Au sommaire:

Methodes / Méthodes

Les méthodes validées alternatives dans le cadre des méthodes reconnues par l'AFSCA
Exigences pour le laboratoire et choix des méthodes dans le cadre des analyses de routine

 

darje35 Dimanche 15. Avril 2007  20:38

Je viens de prendre un poste qualité dans une société d'importation de produits alimentaires pour les populations africaines (produits spécifiques à leur habitudes alimentaires).

Je dois mettre en place un planning d'analyses afin de de suivre la qualité des produits de nos fournisseurs. Avant mon arrivée des analyses étaient réalisées, mais pas franchement adaptées aux produits.

Je suis à la recherche de documents pouvant me guider dans le choix des analyses physico chimique et bactério, en fonction du risque des produits.

Connaissez vous des liens ou des livres interessant sur ce sujet?

guillaumethomas2002 Mercredi 18. Avril 2007  10:29

Pour choisir des analyses pertinentes, ainsi qu'une fréquence adaptée, il y a plusieurs paramètres à prendre en compte : La législation du pays concerné, puis, si, comme je le pense, cette dernière laisse une large part à l'interprétation,
Les risques majeurs liés aux aliments, puis leur fréquence de rotation dans votre structure.

Je laisse les colistiers plus au courant compléter votre pêche aux infos, et pour que vous ayez une petite idée, vous transmet un lien :

http://www.idecq.fr/nos_dossiers/rapports/haccp/fiches_outils/Fiche%20double%20entree%20aliments%20microbes.pdf

ça ne traite que des µorgs, c'est mieux que rien!

espérant que ça pourra vous être d'une quelconque utilité,

Isabelle Damour Mercredi 18. Avril 2007  11:19

Comme l'a indiqué le mail précédent cela dépend de vos produits.
- pour ce qui est des critères microbiologiques reportez vous à la législation (Réglement 2073/2005/ce). le problème de ce nouveau réglement est qu'il n'etudie que les pathogenes et non la flore de dégradation. Pour compléter vous pouvez vous reporter aux fiches techniques de vos fournisseurs, eux vous indiquent normalement les
germes pertinents pour chaque produit.
bien sur il reste les sources d'informations que sont les BPF et les syndicats de votre branche.
- pour les analyses physico-chimiques, là aussi ce sont vos fiches techniques et votre application qui doivent vous guider dans ce qui est important. Pour exemple, nous recevons des sucres liquides. La fiche techniques mentionnent leur viscosité mais ce qui nous intéresse pour la fabrication c la valeur du degré Brix. Donc nous n'analysons pas la viscosité.

cordialement

Bertrand CARLIER Mercredi 18. Avril 2007  10:51

sur le même site une belle page

*/Méthodologie pour devenir auditeur/*_*/
http://www.idecq.fr/nos_dossiers/dossiers/auditeur.htm

 

darje35 Mercredi 18. Avril 2007  20:26

Merci pour vos renseignements, j'ai pensé à récupérer la reglementation microbio (Réglement 2073/2005/ce).
La 2nd étape, je pense va etre de batailler pour avoir toutes ces fiches techniques bien pratiques! Cela peut sembler très anormale que des entreprises n'est pas encore ces fiches, mais a mon gand regret ca tombe sur moi ! Ils ne savent pas ce qu'ils vendent j'ai bien l'impession !
En attendant je vais essayer peut etre de me baser sur ce que je touve et en paticulier les critères pourquoi pas présent sur d'autres fiches techniques plus facile d'accès !

 

Cécile MARTIN Jeudi 26. Avril 2007  12:08

Je dois mettre en place un cahier des charges avec un de mes fournisseurs de pâtes feuilletée et brisée prêtes à cuire et, au niveau des critères microbiologiques, je bloque car il n'existe aucun
critères réglementaires pour ces produits. Etant donné que ces produits ne sont pas consommés en l'état, pouvez-vous me donner vos avis ?

Anne Laure Abisse Jeudi 26. Avril 2007  12:18
Pour avoir travaillé dans une usine de pate feuilletées ,je pense qu'il faut vous baser sur l'arreté 1979 d'avant, en partant du principe que ce sont des produits crus, car ils sont vendus crus, et "peuvent" etre consommés en l'état, rien ne l'interdit.

Hugues JOURDAN Mardi 22. Mai 2007  11:52

Conception des laboratoires d'analyses biologiques

Ce guide a pour but d'aider les personnes chargées de la conception ou de la rénovation d'un laboratoire d'analyses biologiques à réaliser leur projet dans le respect des mesures de prévention des risques, plus particulièrement des risques biologiques.
Différents types de laboratoires d'analyses biologiques sont évoqués : les laboratoires d'analyses de biologie médicale, les cabinets ou laboratoires effectuant des actes d'anatomie et de cytologie pathologiques, les laboratoires d'analyses vétérinaires et les laboratoires d'analyses industrielles.
Ce document a été conçu comme un cahier des charges. Il dépeint les activités des laboratoires et décrit les fonctionnalités, les aménagements et les exigences de conception spécifiques à chaque pièce.

Edition INRS
Référence : ED 999
Année de publication : 2007
Pagination : 112 pages
Prix de la version papier : 12,20 EUR net
Comment se procurer le document original

Consultez les documents INRS sur les mêmes thèmes
Risque biologique
Conception des lieux et situations de travail

MERCREDI 23 MAI 2007

IFSQN 18/05/07 Au sommaire:

EMSL Analytical Introduces Food Testing Programs
http://www.ifsqn.com/newsdesk_info.php?newsdesk_id=356&osCsid=fe25763238253bcc5b6ed4c4d3d07c18&t=EMSL+Analytical+Introduces+Food+Testing+Programs



LUNDI 28 MAI 2007


BIBLIOTHEQUE FUSAGX - 2004 - Au sommaire:
Analytical methods for feed focusing on the detection of banned meat and bone meal
Overview of current and alternative slaughter practices
http://www.bib.fsagx.ac.be/library/base/content/v8n4.html



damienduchaussoy Thursday, October 04, 2007 4:06 PM

je souhaiterais faire réaliser mes analyses microbiologiques chez un prestataire apparu récemment sur le marché. Celui ci doit il disposer d'un agrément ou d'une autorisation particulière pour réaliser lesdites analyses dans le cadre d'autocontrôles ?



Florence Humbert Vendredi 5. Octobre 2007 13:31

Un laboratoire c'est toujours en principe "plus sur" lorsqu'il est accrédité COFRAC pour les lignes analytiques que vous lui demandez. Voir le site du COFRAC http://www.cofrac.fr/ dans à gauche recherche d'organismes, puis à droite par N° de programme d'accréditation (si vous savez dans quel programme sont les analyses que vous voulez faire réaliser : programme 59 pour les analyses microbio).

Sinon à recherche sur le site du COFRAC également.

Dans le cadre d'auto-contrôles, ça n'est pas très simple parceque ces laboratoires doivent être "reconnus" : cf. Décret no 2006-7 du 4 janvier 2006 relatif aux laboratoires nationaux de référence, ainsi qu'à l'agrément et à la reconnaissance des laboratoires d'analyses dans le domaine de la santé publique vétérinaire et de la protection des végétaux, et modifiant le code rural (NOR : AGRX0500214D), paru au JO du 5 janvier 2006 et légérement modifié depuis, je crois (mais pas fondamentalement en ce qui concerne votre question).

Il est dit que les labos devront être accrédités pour :

"les analyses d'autocontrôles dont la liste est fixée par Arrêté du MA, au regard du risque lié à l'objet des analyses d'autocontrôles considérées"

Je n'ai pas vu d'AM sur ce sujet depuis mais j'avoue ne pas epplucher le JO tous les jours.

Les pros de la législation pourraient ils confirmer Marc ou d'autres ?



Marc Kieny Vendredi 5. Octobre 2007 15:29

Je n'ai pas trouvé d'arrêté pour l'application de cette disposition.

Toutefois, je précise que ma recherche est une recherche a posteriori menée ce jour avec les outils disponibles sur Legifrance.

Je n'avais pas relevé, par ailleurs, la parution d'un tel arrêté.

J'ajouterai en outre qu'une des difficultés pour retrouver un éventuel arrêté d'application réside dans le fait que le décret n° 2006-7 que vous citez ne fait, formellement, que modifier d'autres textes : il n'est, lui-même, porteur d'aucune mesure qui supposerait d'être mise en application par un arrêté...

En effet, ce décret :

1. Modifie le code rural (il ajoute les articles R. 202-1 à R. 202-34) ; la disposition citée est celle de l'article R. 202-22 :

=====

"Section 4 - Laboratoires reconnus

Sous-section 1 - Réalisation des analyses d'autocontrôle

Art. R. 202-22. - Seuls les laboratoires reconnus peuvent réaliser les analyses d'autocontrôle dont la liste est fixée par arrêté du ministre chargé de l'agriculture, dans les limites du domaine analytique pour lequel ils sont reconnus.

Cette liste est établie au regard, notamment, du risque lié à l'objet des analyses d'autocontrôle considérées."

=====

2. Modifie le décret n° 97-1202 du 19 décembre 1997 pris pour l'application au ministre de l'agriculture et de la pêche du 1° de l'article 2 du décret n° 97-34 du 15 janvier 1997 relatif à la déconcentration des décisions administratives individuelles, (disposition que je ne relève ici que pour mémoire).

Et, donc, l'arrêté d'application recherché serait un arrêté pris pour l'application.. de l'article R. 202-22 du code rural (à moins qu'il ne soit numéroté autrement dans l'intervalle - ce n'est pas encore le cas, mais ça arrive fréquemment avec les codes...), et en aucun cas pour l'application du décret n° 2006-7 (qui ne faisait qu'introduire ledit article, parmi d'autres, dans le code rural).

Ce mécanisme de codification, certainement fort utile pour faciliter la compréhension d'un ensemble de règles, présente toutefois un inconvénient fâcheux en ce qui concerne les recherches sur Legifrance : on peut en effet espérer trouver la référence d'un arrêté d'application en cherchant sous la rubrique "textes d'application" disponible dans la rubrique "résumé" du texte de base (si celle-ci existe) ; ce "champ" semble constitué de l'ensemble des références aux textes mentionnés dans les visas de l'acte source. Et comme, en principe, un arrêté d'application devrait, au moins, viser l'acte qu'il met en oeuvre, on pourrait ainsi retracer le lien. Même si, compte tenu du fréquent laisser-aller dans la rédaction de la réglementation hexagonale, une telle démarche ne saurait prétendre à l'exactitude ni à l'exhaustivité, elle permet souvent de trouver des informations utiles.

Malheureusement, lorsque la disposition de base est un article dans un code, la référence à cet article dans les visas portés dans le texte d'application est déjà beaucoup plus aléatoire ; il n'est pas rare de rencontrer des "vu le code rural," (!)... Mais, en admettant même que l'article (ici : R.220-22) soit effectivement visé, il n'existe pas de rubrique "résumé" pour les articles des codes, où un champ "textes d'application" pourrait être consulté...

Et donc, sauf à annoter vous-même votre texte de base dès que vous voyez passer un texte d'application (ou d'avoir recours aux produits d'un éditeur spécialisé..), il n'est guère aisé de retrouver, a posteriori, un texte non codifié pris pour la mise en œuvre d'une disposition codifiée.

On peut, bien sûr, tenter des recherches non formelles avec des termes clé, sur des moteurs de recherche sur internet. Résultat, par définition, très aléatoire - mais on a quelquefois d'heureuses surprises. Pour autant, s'agissant de textes normatifs, je ne recommande absolument pas cet exercice, vu le risque considérable d'erreur qu'il génère.



VENDREDI 05 OCTOBRE 2007

COFRAC SEPT 2007 Au sommaire:
Trois questions à Florence Simonutti… - Responsable du pôle Biologie-Biochimie au sein de la section Laboratoires du Cofrac
Inspection - Coup d'envoi pour le contrôle BPE
http://cofrac.fr/fr/documentation/Lettres/Lettre_cofrac_27.pdf


Lundi 15. Octobre 2007 11:36


FOOD SAFETY MAGAZINE - Archives 2004 à 2007 Au sommaire:
http://www.foodsafetymagazine.com/archive.asp

December 2005/January 2006
http://www.foodsafetymagazine.com/issueindex.asp?iss=12/1/2005&sub=sub1
- Proficiency Testing: A Laboratory Guide for Confirming Results



DIMANCHE 11 NOVEMBRE 2007

Oléagineux, Corps Gras, Lipides. Volume 7, Numéro 5, Septembre - Octobre
2000
Role of the central R&D laboratories of an international group in the field of Food-Feed Safety
http://www.john-libbey-eurotext.fr/fr/revues/agro_biotech/ocl/e-docs/00/03/36/90/article.md


anneflorencepiguet Mercredi 5. Décembre 2007 17:31
Les petits abattoirs suisses sont confrontés à une nouvelle exigence découlant du paquet d'hygiène: l'obligation d'effectuer des analyses microbiologiques de surfaces des carcasses. La méthode destructive implique d'utiliser un emporte-pièce de 5 cm2 qui soit facile d'entretien et stérilisable. Certaines entreprises utilisent des instruments bricolés "maison" qui rouillent rapidement et ne sont pas pratiques.
Existe-t-il sur le marché des fabricants d'emporte-piéce adéquats et pouvez-vous me transmettre l'adresse de ces fournisseurs?
Merci d'avance de votre aide et cordiales salutations. Anne-Florence
Piguet Dr med vet


darje35 Mercredi 16. Janvier 2008 15:59
je souhaiterais savoir quelle sont les fréquences d'analyses microbiologique dans un établissement de production et de transformation de viande?


aqcfjulien Mercredi 16. Janvier 2008 16:46
Il n'y a pas à ma connaissance de fréquence imposée,
On demande juste a ce que des analyses soient effectuées,
Pour vous donner tout de même un ordre d'idée, nous prélevons chez nos clients toutes les semaines voir tous les 15 jours (pour les ateliers de production ou de découpe de viande).


qualiseb Wednesday, January 23, 2008 9:58 PM
"Comment réagissez vous lorsque l'on vous demande vos bulletins d'analyses ?"
Consultables sur place. Une analyse est un indicateur comme un autre, les entreprises devraient' elles communiquer l'enregistrement de tous leurs indicateurs à leur 50, 100, 150, etc... clients ??? Bien souvent les contrôles portes sur des lots, qui peuvent concerner plusieurs clients, plusieurs marques...
Peut être existe t'il un système qui permet de mettre en commun des indicateurs, de la fourche à la fourchette ??? En attendant, il peut aussi s'agir d'une simple notion de propriété...




Hubert BAZIN Jeudi 24. Janvier 2008 7:30
Je connais une entreprise à capitaux US, leader sur son marché, intervenant sur le monde entier, qui exige de ses fournisseurs qu'ils réalisent un prélèvement toutes les 4 heures sur lequel sont recherchées la flore aérobie mésophile totale et les salmonelles.
Quand on parle de "toutes les 4 heures", ce n'est pas pendant les 7 ou 8 heures consacrées chaque mois à travailler pour ce client. Non, c'est toutes les 4 heures, du 1er janvier au 23 décembre !
L'exigence semble énorme et disproportionnée. A l'usage c'est au contraire un excellent indicateur du niveau de maîtrise que l'on a de ses installations. Et lorsque le client (celui dont je parle, ou n'importe quel autre) vient parler sécurité alimentaire, on a des données fiables à lui montrer. Données obtenues sur tout type de produit. Et c'est logique : les micro organismes n echoisissent généralement pas le client !
cordialement
Hubert BAZIN
La boîte dans laquelle je travaillais à l'époque produisait un additif sous forme sèche, utilisé à moins de 1% dans le produit fini du client en question. Ce n'était donc pas l'ingrédient majeur ni le plus porteur de risque.


suzannejalenques Mardi 13. Mai 2008 19:16
Je recherche des informations concernant les Bonnes Pratiques du Laboratoire (Good Laboratory Practice); est-ce que cela fait autorité ou est-ce simplement des directives?
Plus largement, est-ce que l'on se dirige vers une réglementation stricte des procédures d'analyses dans les laboratoires?
Je ne travaille pas dans un laboratoire mais pour les laboratoires puisque je m'occupe de toute la partie rédaction de la société INTERSCIENCE qui fabrique du matériel de laboratoire. C'est pour cela que j'essaye d'y voir plus clair.
Par ailleurs, on m'a parlé de D.A.R (Deutsche Accreditation Rat) et GOST (norme russe)
merci pour tous les éclairages!


Hubert BAZIN Mardi 13. Mai 2008 19:45
les BPL sont des directives ... qui font autorité. Mais ça ne s'applique qu'à la partie conception / organisation des études longues en chimie. Pas un mot sur les méthodes d'analyse...
http://www.olis.oecd.org/olis/1998doc.nsf/LinkTo/NT00000C5A/$FILE/03F80081.PDF
pour les labos, voyez plutôt l'ISO 17025
GOST est en effet l'"ISO" de l'URSS (ça date un peu). Tout y passe : de la qualité des pétroles raffinés aux procédures comptables. Il n'y a plus grand'monde qui les utilise (à ma connaissance, mais je veux bien lire). On les retrouve en Russie, en Estonie, Lettonie, Lithuanie, mais aussi ... en Syrie et au Liban.


MARDI 13 MAI 2008

THE PACKER 09/05/08 Food testing 'not solution, only a tool'
http://www.thepacker.com/icms/_dtaa2/content/wrapper.asp?alink=2008-143112-674.asp&stype=topnews&fb=rt1&eblastid=0512e
(source Bernard PICHETTO)


ANONYME 4. Juin 2008 11:02
Doit-on justifier de toutes les analyses microbiologiques réalisées dans les études HACCP?
En effet, de mon côté je reste "vague" en mettant par exemple dans l'analyse des dangers "danger: contamination par l'air et en moyen de maitrise et de surveillance: plan de contrôle microbiologique" mais ma chef ne pense pas de la même façon: elle veut que toutes les analyses réalisées apparaissent d'une façon ou d'une autre dans l'analyse des dangers. Qu'en pensez-vous? Pour moi, il s'agit d'une redite du plan de contrôle et qui alourdit énormement l'analyse des dangers.


Remi Michalowski Mercredi 4. Juin 2008 14:37
Pardon mais l'analyse en labo n'est:
NI un moyen de maîtrise (comment agissez vous sur le danger ou ses sources exactement?)
NI un moyen de surveillance (puisque il faut attendre minimum 18h donc les produits sont déjà emballés et prêts à partir)
Plan de contrôle analytique = partie du plan de vérification
&nbsp;
De toutes façons, on vous demandera de détailler les analyses faites, leur fréquence et le plan d'échantillonnage, et bien sur de&nbsp;le justifier.

chareyron Jeudi 5. Juin 2008 8:48
Selon vous le plan de contrôle rentre donc dans la documentation qui permet de vérifier l'efficacité de l'HACCP?
Je suis en stage qualité et je me demandais justement si on pouvait intégrer le plan de contrôle à l'HACCP ou si c'est une action à part.
Car si je ne me trompe pas il n'est pas fait mention d'un plan de contrôle dans l'HACCP?


Alain Gonthier Jeudi 5. Juin 2008 9:29
L'un des aspects fondamental de l'HACCP est la triade VALIDATION SURVEILLANCE VERIFICATION qui doit être envisagée dans cet ordre:
Toutes les limites critiques doivent être dans un premier temps validées par la bibliographie ou les données internes de l'entreprise. Ensuite, les caractéristiques fondamentales (Températures, pH, Aw...) doivent être surveillée si possible en continu lors de la production pour se rendre compte d'éventuelles dérives aboutissant au dépassement de la limite de surveillance ou de la limite critique. Si la limite de surveillance est dépassée, on agit sur le procédé de fabrication, si la limite critique est franchie, on agit sur le procédé ET sur le produit selon les mesures correctives envisagées au préalable. Et enfin, quand tout cela est en place, on effectue une vérification par analyse bactériologique pour s'assurer que le système est fonctionnel et efficace. En revanche, la vérification sans surveillance n'a qu'une efficacité limitée liée au limite du plan d'échantillonage.
C'est la base de la méthode HACCP


charlene.tanguy Jeudi 5. Juin 2008 19:35
merci à tous d'avoir répondu cependant tout ceci ne répond pas à ma question principale qui est davantage une question de forme que de fond (car je suis d'accord avec vous): ma question est faut-il mettre les mesures de vérification (auquel appartient le plan de contrôle microbio et physico-chimiques) dans le tableau d'analyse des dangers ou faut-il le donner à part (notamment pour le dossier d'agrément)?


charlene.tanguy Wednesday, June 11, 2008 9:15 AM
j'ai 2 questions:
1/ les analyses libératoires sont elles obligatoires?
2/ Les analyses libératoires peuvent elles être un CCP?


Philippe GUERINEAU Mercredi 11. Juin 2008 17:14
Bon nombre de produits alimentaires sont expédiés avant même de connaitre les résultats bactério par exemple. Bien souvent l'andouillette est déjà sur le barbecue avant même de savoir si le produit répond bien aux critères microbio. Dans ce contexte, on comprend aisément l'intérêt d'un système HACCP efficace : principe 6 de la méthode : vérifier l'efficacité du système. Maintenant quels sont vos produits ?
Les analyses libératoires ne sont pas CCP, mais des éléments de VERIFICATION qui se font après coup, à postériori.
Un CCP est une étape où s'exerce une surveillance ESSENTIELLE en vue d'éliminer un danger identifié ou le ramener à un niveau acceptable
SURVEILLANCE : c'est une série programmée de mesures, d'observations afin de déterminer si le CCP est maîtrisé.
VERIFICATION : application de méthodes, procédures, d'analyses en plus de la surveillance afin de déterminer si il y a conformité avec la plan HACCP


Aurélie DAVID Mercredi 2. Juillet 2008 10:23
Débutante en microbiologie, je recherche des informations sur le contrôle des sucres liquides (75 % de matière sèche): est-il préférable de diluer le produit étant donné le taux de matière sèche élevé, de combien selon vous ? Dans ce cas, doit-on démultiplier les essais parce qu'on a dilué ? Que penser des méthode sur pétrifilm ou compact dry pour ce type de produit ?
Pouvez-vous me conseiller sur une méthode ?
Nous prévoyons de rechercher les flores aérobies revivifiables, les levures et moisissures. Qu'en pensez-vous ?
NB : le process intègre peu de manipulation par les opérateurs : seulement si intervention sur une pompe en cas de panne et un filtre stérile est placé en bout de circuit.
Je reste à votre disposition pour apporter plus d'éléments.
Merci d'avance
Aurélie DAVID


Hubert BAZIN Mercredi 2. Juillet 2008 10:56
quelques pistes .... Notez que la monographie du codex ne parle pas de la microbiologie...
http://www.minefe.gouv.fr/directions_services/dgccrf/documentation/panorama/themes/sucres.htm
http://www.ladocumentationfrancaise.fr/catalogue/9782110748911/
http://r0.unctad.org/infocomm/francais/sucre/qualite.htm
http://www.codexalimentarius.net/download/standards/338/CXS_212f.pdf




Nicolas BUJAUD Vendredi 4. Juillet 2008 8:09
Petites questions:
Selon votre historique, quel est le niveau moyen de contamination de votre produit en cas de problème?
Vous avez un filtre stérilisant en bout de circuit, donc votre demande est la mise en place d'un test de stérilité. Or, le dilemme pour vous est que sur des produits très sucrés, le risque d'avoir des microorganismes très stressés ou non cultivables (effet inhibiteur de la matrice) en l'état est important. Aussi, il faudrait, en effet, diluer votre matrice avant analyse. Le problème est qu'en diluant, vous ne pourrez pas analyser beaucoup d'échantillon, sauf à multiplier les boites.
L'autre solution est de mettre en place des méthodes basées sur un enrichissement de votre matrice. Ceci permet à la fois de diluer l'échantillon, et de garder des masses de matrices mises en oeuvres importantes. L'inconvénient de cela est que vous augmentez le délai de rendu des résultats (exemple: 24 à 72 heures d'enrichissement, suivi de 72 H pour FT et 120 h pour LM)
Autre solution, l'enrichissement suivi d'une méthode rapide d'analyse (exemple cytométrie en flux). Mais là, deux options: Soit vous avez besoin de faire plus de 10 tests par jour, et donc vous pouvez vous équiper, soit votre plan de contrôle est plus faible, alors il faut vous adresser à un prestataire équipé (je peux vous donner quelques noms)
Espérant vous avoir aidé
Nicolas BUJAUD


MARDI 29 AVRIL 2008

FSAI 28/04/08 FSAI NEWS. Au sommaire:
http://www.fsai.ie/news/newsletter/nl_08/newsletter_531.pdf
Examination of the microbiological status of food preparation surfaces



MERCREDI 21 MAI 2008

FRANCE

EMBALLAGES MAGAZINE 21/05/08 Asept chez Eurofins
http://www.emballagesmagazine.com/article/page_article.cfm?idoc=138874&navartrech=1&id_site_rech=12&maxrow=358


JEUDI 22 MAI 2008

FRANCE

PROCESS 19/05/08 Microbiologie - Le groupe Eurofins acquiert Asept
http://www.editionsduboisbaudry.fr/bi/article.php?action=pa&id=38486
SILLIKER 08/02/08 FUSION ABSORPTION DE CLABO CONSEIL FRANCE AU SEIN DE
SILLIKER SAS DEPUIS LE 8 FEVRIER 2008
http://www.silliker.fr/home/pdf/CourrierFusionClaboSillikerFev08.pdf


MARDI 27 MAI 2008

FRANCE

OUEST FRANCE 26/05/08 Analyses d'Eurofins : mondialement reconnues
http://www.ouest-france.fr/Analyses-d-Eurofins-mondialement-reconnues-/re/economieDet/actu_3634-636165------_actu.html


MARDI 17 JUIN 2008

Polish Journal of Microbiology - Volume 57,2008
http://www.pjm.microbiology.pl/archive1.html


JEUDI 26 JUIN 2008

FOOD SAFETY MAGAZINE JUIN/JUILLET 2008 Au sommaire:
http://www.foodsafetymagazine.com/productshowcase.asp?sub=sub1
Bacterial Contamination Screening
http://www.foodsafetymagazine.com/article.asp?id=2505&sub=sub1


MERCREDI 02 JUILLET 2008

FRANCE

LE TELEGRAMME 02/07/08 COTE D ARMOR - Les Laboratoires DépArtementaux
concurrencés par les privés
http://www.letelegramme.com/gratuit/generales/regions/cotesarmor/analyses-20080701-3370652_1380905.php


LUNDI 07 JUILLET 2008

FRANCE

ST LO MA VILLE 04/07/08 Un nouveau laboratoire de virologie en 2010
http://www.saint-lo.maville.com/Un-nouveau-laboratoire-de-virologie-en-2010-/re/actudet/actu_loc-658318------_actu.html


lise_grandin Mercredi 23. Juillet 2008 13:01

j'aimerai savoir si un laboratoire de confinement de pathogènes pour l'environemment peut être considéré comme une installation classée pour la protection de l'environnement?

Si oui, est-ce obligatoire et quels sont les avantages et inconvénients?



Georges Opdebeeck Mercredi 23. Juillet 2008 15:22

Les pathogènes ne sont pas repris dans la nomenclature ICPE.

En revanche, , les pathogènes sont classifiés de P1 à P4 selon leurs niveaux de dangerosité selon la Directive 93/88/CEE, l’arrêté du 18/7/94, l’arrêté du 17/4/97, la directive 97/59/CE et l’arrêté du 30/6/98

L’Arrêté du 13 août 1996 fixe les mesures techniques de prévention, notamment de confinement, à mettre en œuvre dans les industries et les laboratoires de recherche et d'enseignement où les travailleurs sont susceptibles d'être exposés à des agents biologiques pathogènes. Ce texte est modifié par l’Arrêté 2007-07-16 du 4 août 2007

Par prudence, il est toujours recommandé de respecter les règles de laboratoire de niveau P3 même si l’on ne manipule que du P2.

Bien cordialement

SA2D - Sécurité Alimentaire et Développement Durable

Georges Opdebeeck



jourdan hugues Mercredi 23. Juillet 2008 15:22

Voir si votre activité rentre dans la nomenclature des ICPE

http://aida.ineris.fr/textes/nomenclature.pdf



jnjoffin Mercredi 23. Juillet 2008 15:40

La recommandation de prudence est justifiée mais irréaliste.

On pourrait ajouter que si l'on manipule des P3 il faut prendre les règles du P4 mais il n'existe que deux P4 en France !!!!

D'autre part, ceux qui manipulent les P3 sont avant tout les laboratoires d'analyses médicales. Or, contrairement à la législation, ils ne sont en général équipés que pour les P2, et encore. Et, vu le déficit de la sécurité sociale, on ne voit pas comment transformer tous ces laboratoires pour les mettre en conformité (coût en matériel mais aussi humain). Peut -être faut-il s'interroger sur la pertinence de la législation...

Le plus curieux est de voir des laboratoires d'analyses alimentaires aux normes, et les médicaux, où est concentré le danger, hors normes...

Il faut bien dire que le nombre très réduit d'accidents ne permet pas toujours de convaincre de la pertinence des mesures règlementaires.

Cordialement,

jn joffin

PS : parmi les mesures obligatoires en P2 il y a le port de chaussures ne quittant pas le laboratoire. Que ceux qui les visitent (y compris dans les établissements scolaires) témoignent de la réalité de cette pratique "OBLIGATOIRE"... Dans les industries agroalimentaires et les cuisines, on n'imagine pas rentrer dans la zone de production sans protection des chaussures ou des chaussures adaptées !



jourdan hugues Mercredi 23. Juillet 2008 15:50

Je veux bien qu'ils ne sont pas repris mais l'article en vigueur pour

les ICPE cite le code du travail R 231 - 51/ R4411-6

Et comme le risque biologique pointe sur le même article....



Hubert BAZIN Mercredi 23. Juillet 2008 18:13

Désolé de m'inscrire en faux, mais on trouve mention des pathogènes à la rubrique 2681 : "Micro-organismes naturels pathogènes (mise en oeuvre dans des installations de production industrielle), quelle que soit la capacité : soumis à autorisation"

http://www.ecologie.gouv.fr/IMG/pdf/BrochureNom_v15-oct07.pdf

quoi qu'il en soit, et pour répondre à la question initiale, c'est à l'exploitant de connaître la nomenclature des ICPE, puis de s'adresser à la DRIRE pour sa déclaration ou son autorisation. Il n'y a pas à proprement parler "d'avantage" ni "d'inconvénient". C'est la loi, et on l'applique...



Lise Grandin Jeudi 24. Juillet 2008 7:37

Merci pur vos informations. Cependant, je tient à préciser que c'est un laboratoire de recherche et qu'il ne produit pas de pathogène, il ne peut donc pas être compris dans la rubrique 2681.

De plus, ce ne sont pas des pathogènes pour l'homme mais pour l'environnement. Les exigences de confinement sont-elles les mêmes?



jourdan hugues Jeudi 24. Juillet 2008 9:10

l'esprit des ICPE est de protégé l'humain et l'environnement.

Dans l'accident à la base des ICPE et de SEVESO II, il y a un accident technologique qui a fait des victimes mais qui a aussi contaminé la nature autour de l'usine pour des années.

http://www.aria.developpement-durable.gouv.fr/barpi_stats.gnc?Destination=contexte&contexte=/barpi_2559.jsp



jn joffin Jeudi 24. Juillet 2008 10:50

Comment peut-on affirmer que votre laboratoire "ne produit pas de pathogènes" ?

On trouve évidemment de nombreux pathogènes dans l'environnement. Parmi les bactéries citons Clostridium botulinum, Clostridium tetani, Bacillus anthracis, Listeria monocytogenes, de nombreux E. coli... Pour les champignons Aspergillus fumigatus... très courant !

De plus, quand on isole une bactérie de l'environnement, on ne peut pas savoir si elle est ou non pathogène pour l'homme ou les animaux : il y a lieu donc de prendre quelques précautions ! On trouve cela dans les textes sous la forme de "susceptible de contenir un agent de classe II ou III ou IV...", ce qui, règlementairement, impose un laboratoire adapté au risque.

Bien entendu, une évaluation du risque doit être faite en fonction des produits que vous manipulez et le choix des installations appropriées pourra alors être conduit logiquement.



rimbaultludovic Jeudi 21. Août 2008 13:10

Je confirme les clost perfringens sur les échantillons environnementaux par une méthode normative assez laborieuse (1ere étape gelose TSC, puis bouillon thioglycolate, puis lacto-sulfite pour un délai de rendu de résultat assez long).

Ma question: est il possible de faire plus court pour la confirmation exemple: isolement apres TSC sur une gélose Nagler (gélose avec sur la moitié de la boite l'antitoxine)? les normes sur les analyses environnementales (eaux, sols, boues) nous le permettent elles?



Pascal Rudeaux Jeudi 21. Août 2008 15:50

En laboratoire,

Toujours se réferer a une méthode de référence.

Lorsque l'on veut utiliser une methode d'analyse alternative, vérifier si elle est validée par rapport a celle de référence

Si elle ne l'est pas. Il faut se donner la peine de la valider en interne.

Voir la Norme ISO 17025 : le point "Validation des methodes d'analyse"

ISO 5725 "Répétabilité et reproductibilité"

XP V03-110 : "protocole de validation pour les produits alimentaires" je ne connais pas si il existe la même pour l'environnement.



qualiseb Samedi 30. Août 2008 21:25

Un cas pratique, beaucoup de reproche de la part d'un adjoint hygiène alimentaire de la DSV ( avec la confirmation de la part d'un ingénieur du laboratoire départemental que cette personne "remue" le département depuis 2 ans... ).

Bien sur qu'il faut s'améliorer, bien sur qu'il faut être irréprochable tant du point de vu de la manipulation des denrées des denrées alimentaires que du référencement des fournisseurs...

Mais quand même, prenons l'exemple du "trie" des fournisseurs de carcasses de boeuf sur leur qualité bactériologique: critère 500 germes/g ( en flore totale selon une note DGAL )...les fournisseurs sont presque tous mauvais...

Mais la DSV oubli de vérifier le mode prélèvement: en surface...alors que les critères en questionS sont basés sur un prélèvement en profondeur après cautérisation de la surface...OU VA T'ONT, sachant que cet adjoint hygiène alimentaire à le pouvoir de retirer l'agrément CE...



QUALITE Alexia Lundi 1. Septembre 2008 4:21

Je pourrais complétée l'objet par "ne pas se remettre en question", en DDSV certaines personnes (certains vétérinaires) ont un peu tendance à prendre leurs interlocuteurs de haut (en leur associant une réputation de maquignon, ils mettent tout le monde de la viande dans le même panier).

Il est vrai qu'il faut savoir défendre ses idées et leur tenir un peu tête. Ce que Laurent explique ci-dessous, je l'ai pratiqué durant 5 ans et la note de service de juin 2001 a fait changer les choses. Je déplore cependant ce retour en arrière avec les nouveaux réglements européens au niveau des critères microbiologiques.



sandy42400 Lundi 1. Septembre 2008 21:16

Je partage entièrement votre avis et j'ai vu même pire : destruction "arbitraire" de marchandise qui respectait la réglementation mais pas les diktats de la DDSV, le tout sans laisser aucun document au professionnel (contrairement à ce que prévoient les procédures... Où va-t-on !!!

En plus j'ai l'impression que ces abus de pouvoirs sont de plus en plus fréquents...

Je crois qu'il ne faut pas hésiter à utiliser le référé liberté devant de tels agissements lorsqu'ils grèvent vos droits et liberté d'entreprendre.

Bon courage tout de même



Pascal Rudeaux Mardi 2. Septembre 2008 0:13

C'est bien pour cela qu'il faut toujours avoir un oeil sur les prestataires de services.

A deux on n'a moins de chance de se tromper que seul.

Voir le point 7.4.1 de la Norme ISO 9001 premier paragraphe, car pour le deuxieme paragraphe..........

De plus, plus le temps passe , moins l'Homme comprends ce qu'il lit. un problème d'éducation Nationale.



qualiseb Jeudi 4. Septembre 2008 22:15

Merci à toutes et à tous...le bal est lancé...suite au prochain épisode...

Cordialement

laurent

Ou comment convictions VS expérience...parfois je me dit que le "vieux" RQ est comme le "vieux" producteur..."j'ai toujours fait comme çà", la différence étant que le "toujours fait comme çà" du RQ est une réelle expérience de gestion de la SSA...NON...



Isabelle Seulin Mardi 9. Septembre 2008 21:36

Je travaille dans un laboratoire d'analyses alimentaires et j'ai une question concernant les ensemencements dans la masse dans le cas des dénombrements de petits nombres (par exemple valeur guide à 1 pour les coli thermo, ou à 2 pour les ASR). Nous faisons une dilution au 1/5ème puis 1mL par boîte sur 5 boîtes pour revenir à la dilution 0. Mais cela consomme énormément de milieux. Quelqu'un aurait-il une autre solution pour diminuer les coûts? Est-il nécessaire d'ensemencer 5 boîtes aussi bien pour une valeur guide à 0, 1 ou 5?

Merci pour votre aide,



Pascal Rudeaux Mardi 9. Septembre 2008 23:21

Vous pouvez utiliser une Gelose double concentration. 5ml dilution 0 dans 5 ml de gelose double.

Je ne sais pas si cette technique est validée pour milieu coliformes. (Attention si vous êtes ISO 17025) En fait vous pouvez la valider en interne.



VENDREDI 25 JUILLET 2008

AFSSAPS DEC 2006 Dossier BPL relatif à l'état des lieux des installations d'essai / sites d'essai soumis aux principes de bonnes pratiques de laboratoire (BPL)
http://afssaps.sante.fr/htm/3/dossier_etat_lieux_bpl.rtf



MERCREDI 30 JUILLET 2008

OCDE 2207/08 Environment, Health & Safety News
http://www.oecd.org/dataoecd/30/61/41068451.pdf
Au sommaire:
GOOD LABORATORY PRACTICE



VENDREDI 05 SEPTEMBRE 2008

PROCESS 04/09/08 Qualité - Laboratoire interne ou prestataire externe : un
choix économique ?
http://www.editionsduboisbaudry.fr/bi/article.php?action=pa&id=41336



MARDI 23 SEPTEMBRE 2008

REVUE DE MEDECINE VETERINAIRE AOUT 2000 La place des analyses
microbiologiques de denrées alimentaires dans le cadre d'une démarche
d'assurance-sécurité
http://revmedvet.com/affiche.php?id=2000&vol=8




erick.mifresdon Mercredi 8. Octobre 2008 6:44

Réponse à la question:

> Bonjour,

> Je souhaiterais effectuer des tests microbio sur les produits que

nous fabriquons (pâtisseries et glaces) après décongélation. J'avais

pensé effectuer une décongélation 24h à 4°C puis 24h à 8°C.

> Y a t-il une règlementation concernant ce type de test?



Je souhaiterais vous aider mais je ne saisi pas tout à fait votre besoin. Le challenge test correspond à une contamination artificielle d'un produit (fini ou matière première)par des souches connues à une quantité connue.

L'analyse se conduit ensuite par des analyses bactériologique à des intervalles réguliers définis par le laboratoire.

Ces analyses vont permettrent de déterminer le comportement des souches en questions dans les différents produits....et ainsi conclure au risque de developpement, a la stabilisation ou à la réduction des germes.

Les seules références règlementaires a ma connaissance sont contenues dans la domaine de la cosmétique ( pharmacopée européenene v5)

Dans mon laboratoire nous avons mis au point des techniques pour évaluer le comportement de L. mono(typique du besoin de challenge test) dans des rillettes fumées et autres variantes...La contamination doit toujours être réalisée au niveau de la fabrication (assemblage du produit) à moins que le risque soit identifier après ( peu probable au niveau de la décongélation)

Je pense que votre question porte plutôt sur les effets d'une décongélation à +8°C au lieu des +4°C habituellement recommandé.

Dans ce cas il n'esxiste pas de règlementation pour l'industriel que vous êtes et il est de votre responsabilité de définir les "conditions normales d'utilisation". A votre charge de démontrer que ces préconisations sont fondées

Pour mon avis personnel vous devriez constater que cette "rupture" de décongélation va vous permettre de gagner du temps( combien?) pour raccourcir les DLC ou flirter avec des analyses NC en fin de vie par exemple. L'enjeu vaut t'il la chandelle?? je serais interressé par votre conclusion

Erick



JEUDI 16 OCTOBRE 2008

OMS OCT 2008 Manuel d'entretien et de MAINTENANCE des appareils de
laboratoire
http://whqlibdoc.who.int/publications/2008/9789242596359_fre.pdf



Gilles TIXIER Dimanche 26. Octobre 2008 16:17

Le 26/10/08 11:11, « nesrine tahari » a écrit :

> Bonjour,

> Que signifie la présence de germe aérobie sur carcasse bivine !

> Peut on considérer le produit de mauvaisie qualité microbiologique .

> Je recherche la méthode de prélévement sur carcasse.

> Merci d'éclairer ma lanterene.

>

Bonjour,

Vous aurez peut-être une réponse dans les deux notes de la DGAL sur le CONTRÔLE MICROBIOLOGIQUE DES CARCASSES et des surfaces.en abattoirs et en ateliers de découpe d¹animaux de boucherie. lCs deux notes sont accessibles dans les fichiers de la Liste Hygiène

1. Note de service DGAL/SDSSA/N2002-8087 du 10 juin 2002

<http://fr.groups.yahoo.com/group/hygiene/files/NOTES/N20028087.PDF>

La présente note de service définit le cahier des charges relatif aux contrôles microbiologiques des carcasses et des surfaces de travail, qui s¹applique aux abattoirs et aux ateliers de découpe de viandes d¹animaux de boucherie en application de l¹arrêté modifié du 17 Mars 1992.

Afin d¹évaluer l¹hygiène générale en ce qui concerne les conditions de production dans les établissements de viandes d¹animaux de boucherie : les exploitants des abattoirs doivent effectuer des autocontrôles portant sur les produits, les outils, les installations et les machine

En Annexes

A. Échantillonnage bactériologique des carcasses (bovins,porcins,ovins,caprins et équidés)dans les abattoirs

B. Échantillonnage bactériologique pour les contrôles du nettoyage et de la désinfection dans les abattoirs et les ateliers de découpe

---------

2. Note de service DGAL/SDSSA/N2002-8184 du 20 Decembre 2002

<http://fr.groups.yahoo.com/group/hygiene/files/NOTES/NS2002-8184>

La présente note de service complète les dispositions de la note de service DGAL/SDSSA/N2002- 8087 du 10 juin 2002 relative à l¹HACCP en abattoir d¹animaux de boucherie - Contrôle microbiologique des carcasses et des surfaces.

Elle donne les conditions de réalisation des autocontrôles de surface dans les petits établissements, et précise les modalités de calcul des contaminations de surface des carcasses dans le cadre des prélèvements par excision.

1- Dispositions concernant les contrôles de surfaces

2- Dispositions concernant les contrôles sur carcasses

----------------

J¹en déduis que ce ne serait pas faire preuve de la part d¹une << DSV d¹ABUS ou de MANQUE DE COMPÉTENCE >> que de demander des contrôle de surface des carcasses, comme s¹insurgeait Qualiseb le 30/08/08.

La charge bactérienne en surface des carcasses signera les conditions d¹hygiène lors du processus d¹abattage, de préparation et de ressuage des carcasses, ces même bactéries que l¹on retrouver dans les steak hachés.

Quant à la charge bactérienne trouvée au coeur de la viande (prélèvement après cautérisation de la surface) , elle indiquera s¹il y a ou non une bactériémie, et donc informera sur l¹état de santé de l¹animal avant son abattage.

Il existe des méthodes normalisées pour effectuer ces deux types de prélèvement et d¹analyses bactériologiques.



qualiseb Dimanche 26. Octobre 2008 19:20

"d¹ABUS ou de MANQUE DE COMPÉTENCE >> que de demander des contrôle de surface"

Vous avez lu çà où ?

Interpréter des résultats de surfaces avec des critères de profondeur...vous parait pertinent ?



nesrine tahari Lundi 27. Octobre 2008 18:37

Ni de l'abus ni un manque de compétence Mr



nesrine tahari Lundi 27. Octobre 2008 18:44

Ni de l'abus ni un manque de compétence

Je cherche juste une aide ou orientation dans un forum qui justemenent est destiné pour l'échange d'information

Pour info :

Je suis face à une réglementation qui n'a ps évolué depuis 15 ans et de plus j'exerce un métier trés nouveau dans mon pays .

Merci pour votre réponse pertinente !



qualiseb Lundi 27. Octobre 2008 21:01

Ce n'est qu'un dérapage de discussion. Vous trouverez des réponses européennes:

PAGE 322/20

Chapitre 2 Critères d'hygiène des procédés

2.1 Viandes et produits à base de viande

http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=OJ:L:2007:322:0012:0029:FR:PDF

Satisfaisant jusqu'à 3,5 log, acceptable jusqu'à 5 log, non satisfaisant au delà...mais pour la conversion numérique j'ai un peut de mal...

Je reste sur le principe que la bactério de la matière première est liée à celle du produit fini...et en viande hachée, je ne considère pas que la présence de salmonelle sur carcasse soit une indication "hygiène"...



nadege.crustimex Mercredi 29. Octobre 2008 11:26

Nos résultats d’analyse microbio suite à des dénombrements sont exprimés en UFC/g. Nous avons un fournisseur étranger qui nous envoie ses analyses d’E.coli en MPN/g (most probable number). Est-ce que quelqu’un sait à la suite de quelle analyse/méthode/calcul ? on obtient un résultat exprimé en MPN ?

Je précise que je ne suis pas une experte en microbio alors désolé pour les puristes si ça parait évident !



jourdan hugues Mercredi 29. Octobre 2008 11:33

la méthode de dénombrement MPN est une méthode en milieu liquide qui permet après l'ensemencement d'un certain nombre de tube (2, 3 ou 5) de milieu de déterminer le Nombre le plus probable à l'aide de table de calcul de mc GRADY par exemple...

http://www2.ac-lyon.fr/enseigne/biotech/macgrady.htm



Pascal Rudeaux Mercredi 29. Octobre 2008 13:43

Pour connaitre le niveau de contamination d'un aliment, il es nécéssaire d'effectuer un dénombrement de bactéries vivantes.

pour cela il faut effectuer un prélevement (gr. aliment solide et ml. Aliment liquide)

après cela il faut faire une préparation pour mettre en culture l'échantillon et une fois cultivé pouvoir compter le nombre de colonies (ou bactéries présentes)

Les tecniques appliquées sont Normalisées

Deux grandes tecniques existent (en oubliant la PCR et autres)

Dénombrement en milieu solide ou liquide

En milieu solide il est simple de compter les colonies (une colonie correspond a une bacterie initialement dans l'aliment) et l'on vous donne un résultat en nº de colonies par gr.

En milieu liquide, on ne peut compter les colonies, on peut seulement voir si les bactéries se sont développés. Par un phénomene de dilutions et ensemencements multiples associé a une analyse statistique. Il peut être déterminé le MPN, nombre le plus probable par gr. (probabilités statistiques)



bendeddouche badis Mercredi 29. Octobre 2008 21:35

la reglementation algérienne (le pays que vous évoquez) ne vous oblige pas à rechercher les germes de la flore de contamination superficielle qui représente un indicateur de mauvaises conditions hygieniques d'abattage, de transport, de manipulations ou de conservation.

Par contre "la vieille reglementation" impose des critères microbiologiques universellement admis et représentés par les pathogènes et la MAMT.

Concernant la méthodes de prélevement, il en existe 02 celle des écouvillons sur 04 sites à la surfaces d'une carcasse ( voir note de la DGAL 2002) ou celle des lambeaux.

Enfin la mauvaise qualité bactériologique d'une viande se prononce uniquement à partir d'analyses profondes.



nesrine tahari Dimanche 2. Novembre 2008 14:19

Le laboratoir avec lequel je soustraite les prélevements at analyses se base le decret microbio

Quand à la méthode de prélévement il n'y a rein de bien précis le decret cite suelement la cautérisation !

Serait possible de m'envoyer cette note de DGAL ? Ce qui m'aiderait mieu a comprendre notre chére réglementation !



SAMEDI 08 NOVEMBRE 2008

(WO/2008/133719) METHODOLOGIE ET APPAREIL DE DETECTION DE SUBSTANCES
BIOLOGIQUES
http://www.wipo.int/pctdb/fr/fetch.jsp?LANG=ENG&DBSELECT=PCT&SERVER_TYPE=19-10&SORT=41249117-KEY&TYPE_FIELD=256&IDB=0&IDOC=1653597&C=10&ELEMENT_SET=B&RESULT=16&TOTAL=36&START=1&DISP=25&FORM=SEP-0/HITNUM,B-ENG,DP,MC,AN,PA,ABSUM-ENG&SEARCH_IA=US2007083825&QUERY=(salmonella)+AND+(DP%2f06.11.2008)+

(WO/2008/133705) DOSAGES ET DISPOSITIFS POUR IDENTIFIER DES PATHOGÈNES
http://www.wipo.int/pctdb/fr/fetch.jsp?LANG=ENG&DBSELECT=PCT&SERVER_TYPE=19-10&SORT=41249117-KEY&TYPE_FIELD=256&IDB=0&IDOC=1658495&C=10&ELEMENT_SET=B&RESULT=18&TOTAL=36&START=1&DISP=25&FORM=SEP-0/HITNUM,B-ENG,DP,MC,AN,PA,ABSUM-ENG&SEARCH_IA=US2007082096&QUERY=(salmonella)+AND+(DP%2f06.11.2008)+





JEUDI 20 NOVEMBRE 2008

A PROPOS - AFSSA

Bulletin N°12 Mars 2006. Au sommaire:
http://www.afssa.fr/Documents/APR-mg-aPropos12.pdf
Un outil de pointe pour aider les laboratoires dans la gestion de leur
activité


benanisrine Lundi, 24 Novembre 2008, 3h26mn 38s

je suis responsable qualité dans une société d'agro-alimentaire, dernièrement les anlayses bacteriologique des germes totaux sont negative(GT= 0)ce qui n'est pas normale puisgue le produit n'est pas sterile, j'ai verifier la méthode opératoire, elle se fait correctement, j'ai pas pus savoir la cause de problème, prière de m'aider.



kamel kherchache Lundi 24. Novembre 2008 16:01

Il n'y a pas d'anomalie quand on trouve le résultat du decompte total (germes aérobies) = absence. tant mierux pour vous,moi je travaille dans une compagnie d'aliments biologiques pour bébés au canada et souvent je trouve ce résultat.

certe la norme est de 10000, mais pas de quoi s'inquieté .

Bonne chance



Bennani Nisrine Lundi 24. Novembre 2008 16:01

les méthodes de prélèvement et de manipulation sont correcte est ce l'absence de d'étalonnage de l'étuvé peut être le problème



bouherid madjid Mardi 25. Novembre 2008 9:16

Je ne crois pas que ce soit en relation avec un probléme d'étallonge des enceintes thermiques vu que la plage de croissance des germes totaux est assez vaste.

Il est impératif de connaitre la matrice analysée pour y voir un peu plus clair.



larbi chouguer Mardi 25. Novembre 2008 10:19

Si vous préparez vous meme vos milieux de culture s'assurer que l'eau et le produit l ne contiennent pas des inhibiteurs de croissance.



benanisrine Mardi 25. Novembre 2008 12:11

je veux dire que l'eau de source normalement ne doit pas etre sterile comme montre nos analyses précedentes

On fait le denombrement des germes totaux sur le gélose nutritif aprés incubation durant 48 h à un température de 37C

comment je fais pour savoir s'il ya des inhibiteurs de croissance dans l'eau

MERCI



Pascal Rudeaux Mardi 25. Novembre 2008 15:59

Il est normal de ne pas trouver de germes totaux a 37ºC 48h00 (flore de contamination)

La recherche de la flore dans les eaux se fait a 30ºC et 22ºC lecture a 48-72 Heures

De plus le volume d'eau filtré est important

voir Normes analyse de l'eau

Le jour ou vous trouverez des germes a 37ºC, votre eau de source sera a traiter avant consommation



Bennani Nisrine Mardi 25. Novembre 2008 9:50

On fait la production de l'eau, l'absence de germes totaux même en source veux dire eau stérile ,ce qui n'est pas le cas.

Est ce que vous pouvez m'expliquer votre point de vue?merci



jourdan hugues Mardi 25. Novembre 2008 12:27

Dans le cas d'eau de source, il y a tjs quelques GT.

Bien controler votre matériel de prélèvement, la méthode de filtration utilisé, chauffage trop important du porte filtre, état de la verrerie de prélèvement.

Passage pendant une séquence de nettoyage?

Nous avons une unité de formation en analyse d'eau dans mon établissement je leur demande.



Mesellem Magid Mardi 25. Novembre 2008 13:52

Nous pour une analyse D1 on utilise du PCA sans glucose.

Prélèvement dans flacons avec thiosulfate (permet d'inhiber le chlore) mais bon dans une eau de source...???

Vérifier si l'étuve est à la bonne température en général 30°C pour la FT.

(37°c pour les pathogènes).



Hugues JOURDAN Mardi 25. Novembre 2008 14:33

Suis passé voir mon collègue spécialiste des eaux.

Il confirme ce que j'avais dis ce matin.

Il devrait y avoir des GT quoi qu'il arrive dans les eaux de sources.

Donc problèmes de prelèvement ou d'analyses.

Creuser aussi le process.



olivier.carette Mardi 25. Novembre 2008 22:21

Selon l'article I section 1 de l'arrêté du 14 mars 2007 relatif aux eaux de consommation, les eaux doivent être exemptes de germes témoins de contamination fécale, de parasites et de microorganismes pathogènes, A l'emergence et au cours de leur commercialisation.

Ainsi, pour les germes totaux, les limites de qualité microbiologiques fixées par le code de santé publique sont absence (0) par 250 mL.

Il n'est pas rare pour les eaux de réseaux d'observer après analyse des dépassements de ces seuils, surtout dans les eaux "potables" distribuées en fontaine dans les restaurants et grandes surfaces.

Pour les eaux en bouteille type eaux minérales naturelles et eaux de source, les résultats sont majoritairement conformes.



Pascal Rudeaux Mardi 25. Novembre 2008 23:22

Absence a 37ºC si je ne me trompe pas et sur milieu PCA.

Non?



Bennani Nisrine Jeudi 27. Novembre 2008 10:34

Pourquoi on est obligé de dénombrer les germes totaux à 22C° et on se contente pas de ceux de 37C°



Pascal Rudeaux Jeudi 27. Novembre 2008 21:59

parce que l'on ne recherche pas les mêmes flores.

Les flores qui poussent a 37ºC en 48-72 h sont des flores de contaminations celles a 30 ºC aussi (contaminations plus anciennes)

Celles a 22ºC sont des flores telluriques



Mesellem Magid Vendredi 28. Novembre 2008 8:56

En microbiologie une température de 37°C permet le dénombrement de germes pathogènes (ex: coli, strepto, pseudo, asr....etc.). Une température de 22°C permet plutôt de donner un information sur le niveau de contamination global de l'eau (ex: comparer plusieurs résultats d'analyse du même point de prélèvement et déterminer s'il y a une modification dans le réseau d'eau pouvant entraîner une dégradation futur de la qualité de l'eau).

voili!!!!


helena Wednesday, January 14, 2009 3:17 PM

pourriez vous me dire quelle est la norme de reference sur les bonnes pratiques en labo santé animal?

de plus, pour un laboratoire d analyses alimentaires, y a il une reglementation relative aux clim,vmc,hottes...frequence de nettoyage et de changement des filtres...

et dernierement pour un labo alimentaire et animal, y a t il une norme relatant des controles de surfaces?



elise.chasseignaux Dimanche 18. Janvier 2009 12:22

Reportez vous au programme 116 du COFRAC pour les analyses en santé animale et au programme 59 du COFRAC et à la nomre ISO 7218 pour les analyses agroalimentaire.



ayralmj Dimanche 18. Janvier 2009 15:32

-- Dans hygiene@yahoogroupes.fr, "hananelouadi" <hananelouadi@...> a

écrit :

>

> bonjour,je suis nouvellement inscrite dans ce groupe que j'ai bien

> aimer, et j'espere que ça va m'aider dans le travail!!!

> je suis entrain d'elaborer une procedure d'habilitation au sein d'un

> laboratoir d'analyses, et j'aime bien voir vos experience dans le

> domaine!merci d'avance.

> de hanan.

bonjour,

dans mon labo, ns avons eu un audit pr59, ns avons eu un écart pour le maintien de l'habilitation...donc ns allons rédiger un doc qualité...pr

la procéd d'habilitation ns avons écrit une procédure: tests sur matrices (sm raema conservées congelées) par paramètre en dnt. Pour list et salmo sm innoculées avec une cryobille, puis eil pour valider les résultats...



LUNDI 23 FEVRIER 2009

Université Montpellier II - Sciences et Techniques du Languedoc SEPTEMBRE
2007 MICROBIOLOGIE ALIMENTAIRE
I - Les relations microorganismes / aliments / consommateurs
II - Les maladies microbiennes liées à la consommation d´aliments
III - Les agents antimicrobiens
http://diffusiondessavoirs.uomlr.fr/balado/wp-content/uploads/2007/10/poly-cours-bio-stia2-007.pdf

Département Sciences et Technologies des Industries Alimentaires
MICROBIOLOGIE ALIMENTAIRE
CONTROLE MICROBIOLOGIQUE DES ALIMENTS
http://diffusiondessavoirs.uomlr.fr/balado/wp-content/uploads/2007/10/analyses_-biologiques.pdf



MERCREDI 01 AVRIL 2009

OMS - 2008 - Manuel d'entretien et de maintenance des appareils de
laboratoire
http://whqlibdoc.who.int/publications/2008/9789242596359_fre_2_red.pdf



Constant Depièreux Jeudi 2. Avril 2009  10:56

Une référence utile découverte dans le cadre de mes recherches pour le Qualitionnaire

http://www.hc-sc.gc.ca/fn-an/alt_formats/hpfb-dgpsa/pdf/res-rech/appendix-annexe_g-fra.pdf

Désolé pour celles et ceux qui connaissaient déjà.



LUNDI 20 AVRIL 2009

Le site de l'ADILVA - Association française des directeurs et cadres de
laboratoires vétérinaires publics d'analyses
http://www.adilva.com


JEUDI 14 MAI 2009

DGCCRF janvier-février-mars 2009 Les nouvelles méthodes d'analyse... Article
extrait de la revue trimestrielle "concurrence & consommation" du n° 163
janvier-février-mars 2009
http://www.dgccrf.bercy.gouv.fr/documentation/publications/revue/articles/methodes_analyse.htm


JEUDI 25 JUIN 2009

SEMINAIRE EHESP - 29 juin 2009 - Contrôle des maladies infectieuses : vers
le typage systématique et à grande échelle des principales bactéries
pathogènes grâce au polymorphisme des séquences répétées en tandem (pdf, 11
ko)
Gilles VERGNAUD, ingénieur chef, Ministère de la défense (DGA)
http://www.ehesp.fr/seminaires-du-lundi-ehesp/



JEUDI 09 JUILLET 2009

BLOG D'ALBERT AMGAR:
- Appel d’offres et analyses microbiologiques officielles
http://amgar.blog.processalimentaire.com/?p=37

 

Fab Hygiene Jeudi 9. Juillet 2009 12:14

une question pour les microbiologistes

pour le dénombrement d'un même germe, mon labo veut pratiquer différents tarifs en fonction du critère :

- pour les Coli thermotolerants, une limite de 1 UFC/g me reviendra presque trois fois plus chere qu'une limite de 10 UFC/g ;

- pour les ASR, une limite de 1 UFC/g me revient presque deux fois plus chere qu'une limite de 2 UFC/g.

etc

Je ne comprends pas bien pourquoi. Dans les explications du labo j'ai cru comprendre que c'était parce que plus la limite est basse, plus il faut faire de dilution. Mais il me semblait que au contraire les dilutions étaient faites pour dénombrer de fortes populations microbiennes (flore totale par exemple).

Quelqu'un a-t-il une explication à me donner pour que j'y vois un peu plus claire ?



Pascal Rudeaux Jeudi 9. Juillet 2009 19:56

Pour vous donner une réponse simple.

La preparation d'un echantillon amène a diluer celui-ci généralement au 1/10 (dilution 10-1)

c'est pour cela que la limite de détection est de 10/g.

En continuant a faire tres simple, vous comprenez qu'il faut alors ensemmencer 10 boites pour arriver a un résultat a 1/g (dilution10 º)

tout cela pour vous dire qu'il se peut que la technique utilisée soit plus coûteuse.

Vous parlez bien de UFC et pas de NPP?

Maintenant en faisant plus compliqué:

les techniques d'analyses sont généralement des techniques normalisées.

a vérifier si la technique qui va s'utiliser est normalisée.

Une lecture fiable sur une boite de pétri doit être de 30 a 300 colonies.

<30 comme > a 300 le résultat n'est pas fiable.

comment arrivent-ils a un résultat de 10/g comme niveau de détection minimum ? Question que je fais au personnes du forum



Jean-Yves François Jeudi 9. Juillet 2009 20:26

> Une lecture fiable sur une boite de pétri doit être de 30 a 300 colonies.

> <30 comme > a 300 le résultat n'est pas fiable.

> comment arrivent-ils a un résultat de 10/g comme niveau de détection minimum ? Question que je fais au personnes du forum

Bonsoir,

le terme fiable me déplaît car non normalisé, il est préférable de dire que ce résultat est entaché d'une plus grande incertitude. C'est ce qui est appelé dans les normes "les nombres estimés" pour lesquels des tables statistiques existent (en général en annexe de la norme et, en tous cas en annexe de la norme ISO 7218)

Cependant, une méthode microbiologique même si parfaitement maîtrisée est dans tous les cas sujette à une incertitude qui sera généralement comprise entre 0,5 et 1 log pour des résultats obtenus dans 2 laboratoires distincts sur un même échantillon avec la même méthode.

Le nombre estimé en devenant presque anecdotique.

Malheureusement, le législateur oublie l'imprécision des méthodes microbiologiques (non pas parce que les méthodes sont mauvaises mais simplement parce qu'on évalue du vivant) et édicte des critères –parfois lourd de conséquence – alors que la technique ne permet pas de les vérifier. C'est le cas des 100 cfu/g pour Listeria monocytogenes dans les produits prêts à être consommés.

Si un industriel se voyait sanctionné parce qu'un laboratoire a denombré p.ex. 120 cfu/g de L. monocytogenes, il aurait toutes les chances de gagner un procès car le résultat est critiquable d'un point de vue statistique.



Pascal Rudeaux Jeudi 9. Juillet 2009 21:13

vous avez raison en parlant d'incertitude.

Justement, les incertitudes d'une analyse s'aditionnent et lorsque je vois qu'une analyse (préparation de l'échantillon, ensemencement et lecture) doit se répeter 3 à 5 fois dans des conditions de lectures indiquées (entre 30-300) avec des techniques Normalisées et laboratoires certifiés......

Je maintiens la question de comment le laboratoire peut rendre un résultat de l'ordre de 10/g ce qui veut dire lecture de une colonie sur boite avec une prise d'échantillon de 1cm3 a dilution 10-1 et le tout sans indiquer l'incertitude du résultat?

soit un résultat: 10 /g +- 100. (1 log)

en chimie, on parle de limite de détection et de quantification, pourquoi cela ne se fait pas en Bacteriologie????

Sûr que cela serait un problème pour toute notre legislation basée sur des numéros de bactéries.Et sur l'aura du laboratoire.

comme vous le dites si bien Listeria < 100/g +- 1000



Ilane SIMON Vendredi 10. Juillet 2009 8:49

bonjour pour faire simple et répondre uniquement à votre question :

plus on veut une sensibilité importante (<1 plus sensible que <10) plus il faut de de dulitions et par conséquents plus il faut boîtes : le coût au labo s'en fait donc ressentir

ensuite 2 politiques tarifaires : soit vous avez des tarifs intéressants, et dans ce cas le labo ne peut assumer les coûts supplémentaires engendrés par les dilutions complémentaires (d'où la répercussion obligatoire sur votre tarif), soit vous avez des tarifs permettant au labo de couvrir toutes les situations

à noter que l'on parle des dilutions basses, mais le problème est aussi présent pour les sensibilités élevées (dénombrement des flores aérobies, pseudo...)

votre solution pour un critère <1 c'est aussi de faire une recherche (par contre vous n'aurez pas de dénombrement si le germe est présent, résultat absence/présence) - le tarif dans ce cas est peut-être inférieur au triple coût du dénombrement...



Olivier RONDOUIN Vendredi 10. Juillet 2009 9:51

Je vous invite à vous assurer des méthodes utilisées. Il est possible qu’elles ne soient pas identiques (ensemenceur spiral versus technique classique par exemple).

Il également possible que le laboratoire ne soit pas « organisé » pour faire des dilutions supplémentaires : standardisation des analyses oblige pour disposer de tarif en phase avec ceux du marché.



Alain Gonthier Vendredi 10. Juillet 2009 10:12

Ces considérations pratiques, à mon sens, sont un très gros freins aux approches de types FSO (food safety objectives) et PO (performance objectives).

Autant cette approche est intéressante au point de vue conceptuelle (théorique) autant elle me parait inappliquable sur le terrain.

Il est impossible de mettre en oeuvre une procédure de contrôle à un coût acceptable permettant de montrer le respect des FSO ou PO en tenant compte de l'hétérogénéité de la répartition des germes dans l'aliments d'une part et la variabilité analytique d'autre part.

Pour pallier en partie ces inconvénients, on part du principe que le lot et la matrice sont homogènes sans en avoir la preuve. Si l'on mesure les coefficients de variation des méthodes d'analyse bactériologique pour des taux de 100 UFC/g, on doit être proche des 100% (en unité log).

En gros, c'est comme si l'on mettait sur les routes des radar qui pour une vitesse réelle de 100 km/h (2log) donnaient des estimations de vitesse comprises entre 10 (1log) et 1000 km/h (3log) en fonction du trafic, de la température, de la couleur de la voiture et des nuages dans le ciel...

Pensez vous qu'un tel système puisse faire diminuer le nombre de morts sur les routes?

Et je ne parle pas des méthodes qualitatives (présence ou absence) pour lesquelles on a aucune idée de la variabilité.



Pascal Rudeaux Vendredi 10. Juillet 2009 22:43

Quand une voie mêne a une impasse, le mieux qu'il nous reste a faire est de changer de voie

Dans le PAC hýgiene n'apparait plus d'obligations de moyens mais seulement de résultats. Il serait temps par consequent de révolutionner la bactériologie et son utilisation en alimentaire.

Quand je voie la question qui amène a cette conversation, on est loin de pouvoir esperer que ce changement se fasse a partir du terrain.

De la même facon une marchandise retourne a son envoyeur pour un resultat au dessus de l'espéré.



Fatnassi Khemais Vendredi 6. Novembre 2009 14:45


je suis entrain de remettre à jour le plan de controle , je me pose un question sur la recherche des spores mésophile totale a 30°c :

est ce qu'il existe une methode d'analyse pour ce parametres ?

ce parametres peut il nous indiquer sur l'efficacité d'un processus de traitement thermique ?



Eric KALINOWSKI Vendredi 6. Novembre 2009 15:21


Pour info : peut-être une méthode officielle belge SP comme Santé Publique à savoir la Norme SP M008 de 1998 : Méthode de dénombrement des spores de microorganismes aérobies en routine par comptage des colonies à 30°C) DISPONIBLE sur demande auprès du Laboratoire National de Référence en microbiologie des denrées alimentaires (ISP-WIV, Rue Juliette Wytsman 14, 1050 Bruxelles, 02/642 51 83 marie.polet (a)ph.fgov.be ).




jnjoffin Mercredi 18. Novembre 2009 20:38


Fatnassi Khemais a écrit :

>

> bonjour

> svp j'aimerai connaitre le type de forme ( sporulés ou végétatives )

> des bacteries sulfito- reducteur en contacte du sol ?

> MERCI

>


Les ASR, qui ne font plus partie des recherches depuis le paquet hygiène (sauf décision locale) sont à la fois sporulés et végétatifs dans les

selles.

Il est fort probable qu'il en soit de même dans le sol mais je doute fort que vous trouviez dans la littérature une information sur ce sujet...



Fatnassi Khemais Jeudi 19. Novembre 2009 8:23


svp qu'est ce que vous pouvez me dire avec "Les ASR, qui ne font plus partie des recherches depuis le paquet hygiène "

d'autre part les selles et le sol sont deux milieux trés différents ( ph, aw, O2, température.......ext ) donc la logique de chose est que les ASR n'ont pas la meme forme dans ces deux conditions( l'une favorable et autre dévaforable ) , bref a ce moment pour annuler la secretion de beaucoup d'encre je pose la question plus claire : quel est la forme des ASR qu'on peut les dénombrés dans l'air comprimé ( chargé avec de poussieres etd'autre impuretés en absence de maitrise )qui se mettre en contacte avec les denrées alimentaires au cours de fabrication?

MERCI




jnjoffin Jeudi 19. Novembre 2009 15:13


Les ASR ne sont pas dans les recherches effectuées depuis l'apparition du paquet hygiène (voir les textes).


La sporulation et la germination des spores sont des phénomènes extrêmement complexes. Il n'est pas possible d'affirmer grand chose... car

les données que nous pouvons avoir portent souvent sur un nombre réduits de bactéries.

Quant à savoir ce qui déclenche la sporulation, les choses sont peu claires : on colporte toujours l'idée de "conditions défavorables" ce

qui est en partie vrai mais sous contrôle génétique. Pourtant, nous avons des cultures très sporulées en quelques heures de Bacillus alors

qu'il reste probablement encore de quoi manger dans le milieu !

Il arrive même que certains Bacillus secrètent des toxiques contre leurs congénères pour que leur lyse apporte les nutriments utiles à la

sporulation (voir en annexe)...


MAIS il n'empêche que les deux formes cohabitent le plus souvent, y compris dans l'intestin. Il en est sûrement de même dans la nature.


Quant aux conditions écologiques, les situations sont tout aussi complexes : il existe une flore annaérobie stricte (Propionobacterium

acnes par exe) dans la peau ! pourtant largement exposée à l'air...


Enfin, pour dénombrer il faut cultiver : comment savoir si la culture est celle des spores qui ont germé ou celle des formes végétatives

présentes ?

Si l'on veut éliminer les spores, il faut chauffer à 80°C 10 min par exemple MAIS d'une part, des spores peuvent être tuées, d'autre part des

spores peuvent germer à cause du chauffage, qui n'auraient pas été dénombrées sans ce chauffage... Il y a donc beaucoup d'incertitudes quant aux résultats possibles au niveau théorique du moins.


Pourquoi rechercher ces ASR dans l'air comprimé ?

Cordialement,

jn joffin


NB : extrait d'un article lu probablement dans "Le Monde" :


BACTÉRIES CANNIBALES

Mots clés : microbiologie, spore, bacillus, cannibalisme

Que la nourriture se fasse rare, et Bacillus subtilis, comme nombre de microorganismes, forme des spores qui lui permettent d'attendre des

temps meilleurs. Or, une équipe de l'université Harvard vient de montrer que la protéine qui déclenche ce mécanisme, SpoA, commence d'abord par le retarder. Elle stimule la synthèse d'une toxine et d'une pompe permettant la sortie de cette toxine, laquelle détruit les bactéries B. subtilis qui n'expriment pas SpoA. Une fois mortes, ces dernières constituent un supplément nutritif qui permet à leurs consoeurs de

retarder un peu leur entrée en sporulation : un délai bien utile quand les ressources nutritives du milieu retrouvent rapidement un niveau normal.

(JE. González-Pastor et al., Science, 301, 501,2003)



Fatnassi Khemais Vendredi 20. Novembre 2009 12:25


bonjour Mr Jn Joffin merci pour votre attention, et vos reponse qui nous guide vers les meilleurs solutions a ce sujet

et je vous informe svp par ce message que je suis d'accord avec vous : le temps , les conditions et la cinétique de sporulation sont des sujets trés délicats et l'encre a etait énorment ecoulé a ces sujets,

notre objectif est de garantir la salubrité de notre produit donc il faut prouver que l'air comprimé qui est utilisé au cours de l'étape de battage /blanchiment du pate sucre cuite est exempte des germes pathogenes les plus resisatants a la température ( clostridium botilinum qui est le germe ref ) , donc il faut le controler , pouvez vous me dire svp queles sont les parametres qu'on doit les suivres , voila le diagramme de production de l'air :

etape 1 : aspiration , etape 2: filtration ( elimination des poussiere et tout autre impureté phisique ), etape3: compression ( 6.5à8bar) etape 4: stockage : ( 8bar), etape 5: sèchage : etape 7: distribution

noté bien svp les pression qui est trés élévés ( voir la resistance des bacterie au pression )

merci



jn joffin Vendredi 20. Novembre 2009 18:12


Les quelques remarques concernant les ASR ne me donnent pas compétence dans votre processus d'utilisation de l'air comprimé.

Il faudrait qu'un colistier compétent pisse vous apporter une réponse sérieuse.

Donc juste une petite réflexion : le risque d'avoir des microbes dans l'air est relativement faible si l'air est propre. De toutes façons il y

en a très peu habituellement. De plus, faire un contrôle à une date donnée ne garantira pas l'innocuité à une autre date vu la variabilité

probable de l'air entrant.

Il y a de plus une étape de "séchage" que j'imagine à la chaleur : cette étape n'est pas quasi stérilisante ?


Désolé de ne pouvoir faire plus.



Albert Amgar Vendredi 20. Novembre 2009 18:44


Il me semble que le risque de contamination par l'air vient principalement de l'endroit où vos prenez l'air. Est-ce que l'air aspiré est "propre" donc neuf où bien est-ce qu'il est pris (ou aspiré comme vous dites) au sol ou dans un local déjà contaminé ?

Le nombre de bactéries dans l'air neuf peut être faible mais du fait des volumes d'air utilisé cette contamination peut devenir importante.

Les paramètres principaux de maîtrise de l'air comprimé découlent des technologies de compression. En gros si votre compresseur est à

huile, c.a.d à lobes lubrifiés, vous avez l'huile, les vapeurs d'huile et l'eau (surveiller le point de rosée).

Le problème que vous rencontrez est classique. Vous mettez une filtration en début ce qui est bien en soi mais vu le cheminement de

la tuyauterie il est indispensable d'avoir un système de filtration ad hoc (pour les dangers listés plus avant). Plus votre filtration ou

chaîne de filtartion ou d'une façon générale vos mesures de maîtrise sont proches du produit plus vous êtes efficaces.

Je pense que vos principaux dangers microbiologiques sont aussi Bacillsu cereus et Salmonella spp.



LUNDI 07 DECEMBRE 2009

Voici le(s) dernier(s) post(s) paru(s) dans le blog d'Albert Amgar,
http://amgar.blog.processalimentaire.com/
- A propos des normes en microbiologie,
http://amgar.blog.processalimentaire.com/?p=4099

MERCREDI 17 FEVRIER 2010

Voici le(s) dernier(s) post(s) paru(s) sur mon blog,
http://amgar.blog.processalimentaire.com/
- Montrez ses analyses pour prouver que ses produits sont sûrs,
http://amgar.blog.processalimentaire.com/?p=6274



VENDREDI 19 FEVRIER 2010

Voici le(s) dernier(s) post(s) paru(s) sur le blog d'Albert Amgar,
http://amgar.blog.processalimentaire.com/
- L’univers impitoyable des laboratoires publics d’analyses,
http://amgar.blog.processalimentaire.com/?p=6384

 

MERCREDI 17 MARS 2010


Current Opinion in Biotechnology, In Press, Corrected Proof, Available online 17 March 2010
Advances in subtyping methods of foodborne disease pathogens
http://www.sciencedirect.com/science/science?_ob=GatewayURL&_method=citationSearch&_urlVersion=4&_origin=SDSRCHALERTHTML&_version=1&_uoikey=B6VRV-4YMGBH7-1&md5=7433e67b6d67ff59a47c4ce6b0e6258e&graphAbs=y
a Minnesota Department of Health, United States



Hélène LAURENT Samedi 24. Avril 2010 12:47


Les textes exigent, si je me souviens bien, que des analyses bacétriologiques soient réalisées de façon régulières.


Lorsqu'un restaurant a une activité saisonnière, ou fait peu de repas (par exemple 5 couverts par service) etc. quelles sont les règles en la matière? A quelles fréquence les services vétérinaires peuvent-ils exiger des analyses?



Christian Felter Samedi 24. Avril 2010 14:07

Il n'y a aucune fréquence d'imposable par l'Autorité, ce n'est pas son rôle

Même au titre du regretté arrêté de 1995, disparu trop jeune hélas puisque n'ayant jamais connu son application effective.

La NS DGAL concernant cet arrêté soulignait bien le caractère obligatoire de la formation et non du recours à un laboratoire de contrôle.

Le GBPH validé en 1998 pour les restaurateurs l'a été dans cet esprit je pense.



jn joffin Samedi 24. Avril 2010 14:32

Il me semble assez clair que la règlementation a évolué avec le paquet hygiène !

Les analyses ont un intérêt très mineur si la préparation des aliments est réalisée de manière propre : la probabilité de trouver des non-conformes est très faible et les résultats négatifs vont donner une fausse impression de sécurité.

Il me semble donc qu'il faut insister sur l'importance du respect des bonnes pratiques plutôt que de faire des analyses qui vont se révéler généralement négatives.



Bertrand CARLIER Samedi 24. Avril 2010 16:23

merci,

cependant , j'ai souvenir, d'avoir dialogué avec une personne de la liste en réalisant régulièrement. Le taux de dépassement était de 50 % de mémoire.



Hélène LAURENT Mardi 27. Avril 2010 22:24

Merci pour vos réponses.

Que les analyses aient un intérêt mineur, j'en suis convaincue, mais...

VOici un extrait du

Règlement (CE) n° 852/2004 du Parlement européen et du Conseil

du 29 avril 2004

relatif à l'hygiène des denrées alimentaires.

CHAPITRE II

OBLIGATIONS DES EXPLOITANTS DU SECTEUR ALIMENTAIRE

Article 4

Exigences générales et spécifiques d'hygiène

3. Les exploitants du secteur alimentaire prennent, le cas échéant, les mesures d'hygiène spécifiques suivantes :

a) respect des critères microbiologiques applicables aux denrées alimentaires ;

b) procédures nécessaires pour atteindre les objectifs fixés afin que le présent règlement atteigne son but ;

c) respect des exigences en matière de contrôle de la température applicables aux denrées alimentaires ;

d) maintien de la chaîne du froid ;

e) prélèvement d'échantillons et analyses.;



Je pense que c'est sur les points a) et e) de cet article du réglement CEE que se base la demande de cet inspecteur vétérinaire.

C'est un réglement, il me semble donc que ce texte s'applique donc France directement, sans traduction dans le droit national.(alors qu'une directive ne s'applique pas tant qu'elle n'est pas transcrite dans le droit national)

Il s'applique donc, mais comment?

qui tranche sur "le cas échéant"?

N'y aurait-il qu'un seul département français où un inspecteur réclame des analyses microbiologiques régulières à des restaurants?

Amicalement,

Hélène LAURENT



Christian Felter Mercredi 28. Avril 2010 7:39

N'y aurait-il qu'un seul département français où un inspecteur réclame des analyses microbiologiques régulières à des restaurants?

En 2004 cela avait été tenté par la DDSV du 06, qui a du en abandonner l'idée car la doctrine qui leur était opposable, savoir la NS DGAL sur l'arrêté de 1995, (dont je ne retrouve pas la référence à l''instant malheureusement), indiquait que la formation était obligatoire, et non le recours à un laboratoire de contrôle.

Cet arrêté était encore cité en référence des contrôles officiels l'année passée. Cité et souvent joint en copie documentaire aux rapports des inspecteurs, (DGCCRF surtout).

Or il a été abrogé le 21 décembre passé.

Tout comme l'arrêté de 1997 relatif à la restauration collective et dont la note de service DGAL/SDHA/N98-8126 précisait ainsi les objectifs :

"La date d’application de l’article 5 est fixée au 23 octobre 1998. Toutefois, compte tenu des délais de validation du Guide de Bonnes Pratiques d’Hygiène de la restauration collective à caractère social, il convient d’appliquer avec discernement cet article. L’objectif essentiel réside dans la mise en oeuvre de la démarche et non dans la rédaction rapide d’un ouvrage théorique.

Attention, la note N98-8126 citée ci-dessus a été abrogée par la Note de service DGAL/SDSSA/N2011-8117 du 23/05/2011 Application de l’arrêté du 21 décembre 2009 relatif aux règles sanitaires applicables aux activités de commerce de détail, d’entreposage et de transport de produits d’origine animale et denrées alimentaires en contenant.

 jeudi 28 mars 2002 21:22

A cet égard, les procédures concernant les points suivants :

- réceptions des matières premières,

- contrôles des températures,

- nettoyage - désinfection,

- formation du personnel,

constituent la base du dossier HACCP, qu’il convient de mettre en place dès à présent."

A aucun moment il n'est question de l'obligation d'un recours à un laboratoire de contrôle en plan de surveillance.

Donc et selon moi, en l'attente d'une nouvelle doctrine, je pense que c'est l'ancienne qui s'applique.

Formation aux BPH obligatoire : oui.

Recours à un laboratoire de contrôle : non.

Qu'en pensent les colistiers confrontés à de telles demandes ponctuelles d'analyses microbio aux TPE en remise directe?



P.LEGLISE Mercredi 28. Avril 2010 9:01

A la suite de vos reflexions : "les analyses ont un intérêt mineures" : non, elles doivent servir soit à valider l'analyse HACCP mise en place (critères d'hygiène des procédés), soit à valider un lot d'un point de vue sécurité (critères sécurité). Dans le cadre des critères d'hygiène, il s'agit de détecter une déviation des pratiques ou un oubli dans l'analyse HACCP avant que cela ne devienne un gros problème (intoxication alimentaire, présence de pathogène...). C'est pourquoi, ils doivent être pertinents. Elles sont complémentaires des bonne pratiques d'hygiène et de l'HACCP et font partie de la validation de l'HACCP.

les critères d'hygiène ne sont pas là par contre pour valider un lot. La fréquence et les critères d'hygiène doivent être définis dans le cadre de l'analyse HACCP. (voir les attendus du règlement européen 2073 et particulièrement le 4 et le 5). Les professionnels sont donc devenus responsables de leurs critères d'hygiène. Les interprofessions se sont penchés sur les critères à appliquer et la DGAL met en ligne des critères par profession. Attention ils ne sont pas validés par l'administration mais on fait l'objet de plusieurs avis de l'AFSSA dont la saisine 2006-SA-0215.

liens : http://agriculture.gouv.fr/sections/thematiques/alimentation/securite-sanitaire/criteres

Attention également, tous les critères validés par les professions ne sont pas sur le site de la DGAL, entre autre pour les critères de la FCD (critères en ligne pour les fabrications ou manipulation sur place dans les rayons trad mais d'autres critères existent pour les fournisseurs de la grande distribution).

A terme les Guides de Bonnes Pratiques devraient intégrés ces critères et l'administration dans ce cadre les validera.

Donc pour répondre à la remarque initiale : aucune exigence réglementaire de fréquence mais une obligation d'en faire, et de réfléchir la fréquence et les critères à utiliser au cours de l'HACCP de l'entreprise. Les DDPP doivent vérifier la pertinence des fréquences et critères en fonction des arguments apportés par le professionnel. La référence aux critères de l'interprofession me parait valable dans ce cadre.



MOULIN arnaud Mercredi 28. Avril 2010 12:25

Pour notre part, nous gérons des centres d'accueil de mineurs (colos, classes vertes)

Nous sommes tenus par les DDPP de réaliser une analyse micro chaque mois de l'été car nos équipes ne sont pas les même en juillet et en Aout.

Volontairement, nous avons rajouté une ou deux analyses dans l'année selon les centres.

J'appuie donc les participants précédents qui disaient obligation d'en faire mais pas d'obligation quantitative tant que le PMS est validé ... c'est que c'est bon ...

Je ne sais pas si c'est le cas dans toutes les DDPP mais je crois que la copie des contrats d'analyse se doivent de figurer au PMS avant d'être validé



Christian Felter Jeudi 29. Avril 2010 19:15

A terme les Guides de Bonnes Pratiques devraient intégrés ces critères et l'administration dans ce cadre les validera.

La question porte sur la Restauration commerciale. Le GBPH validé en 98 est toujours d'actualité il me semble.

http://www.ladocumentationfrancaise.fr/catalogue/9782110750945/

Il n'en fait pas mention si ce n'est pour valider des durées de vie de produits.



P.LEGLISE Vendredi 30. Avril 2010 9:30

Le GBPH est de 1998 comme vous le mentionnez. Il ne prend donc pas en compte la réglementation de 2005. Ce qui est prévue c'est la validation par les familles professionnelles (fait pour les restaurants commerciaux) puis l'intégration dans les guides de bonnes pratiques. Sous quelles formes, avenant ou révision, je n'ai pas plus d'info. Il me semble que de toute façon les guides doivent être remis à jour régulièrement (ce qui serait logique).



Hélène LAURENT Vendredi 30. Avril 2010 13:49

Jen'ai pas très bien compris votre message. Qu'entendez-vous par "Ce qui est prévue c'est la validation par les familles professionnelles (fait pour les restaurants commerciaux) "

Qu'est-ce qui est validé exactement?

Le contenu de cette validation permet-elle à un inspecteur de réclamer des analyses tous les mois à un restaurant saisonnier?



P.LEGLISE Vendredi 30. Avril 2010 13:57

Allez sur le site de la DGAL. (Voir le lien précédent) En bas de la page vous avez les critères déjà validés entre autre pour la restauration (commerciale et collective). Comme je l'ai dit precedemment, il ne s'agit pas de critères réglementaires, (ils ne sont pas validés par la DGAL) mais de critères définis par les familles professionnelles (voir les syndicats qui les ont validés en en-tête du tableau des critères).



jn joffin Vendredi 30. Avril 2010 15:05

Des analyses sont obligatoires soit, mais il faut tout de même prendre en compte le fait que, si le taux de non-conformes est faible, la probabilité de les découvrir sera très faible. On pourra donc justifier qu'à une date donnée les analyses étaient conformes. C'est pourquoi, le règlement européen ne se contente pas d'analyses terminales, mais demande (ou demande au producteur de faire) des analyses en cours de fabrication, et surtout d'organiser sa fabrication pour éliminer tout problème d'hygiène (les b, c, d de l'article cité).

Quant aux restaurants, leur demander de faire des analyses sur les différents plats proposés chaque jour n'est pas réaliste. Même en restauration collective où le nombre de plats est plus limité, on ne voit pas comment cela serait organisable et finançable ! Mieux vaut une organisation contrôlée de la fabrication qui limite les risques.

Peut être des colistiers pourront-ils contester ces affirmations qui restent théoriques puisque je ne suis pas restaurateur !



Albert Amgar Vendredi 30. Avril 2010 15:34

Je suis assez d'accord avec vous mais alors pourquoi fait-on ou pourquoi continue-on à faire des analyses dans le secteur de a restauration commerciale, collective, etc. ?

Comme réponse j'hésite entre rassurer le consommateur ou laver plus blanc que blanc ?



P.LEGLISE Vendredi 30. Avril 2010 15:45

Et on pourrai élargir à tous les domaines...

Plus sérieusement, il ne s'agit pas de détecter des pathogènes, parfois en très faibles quantité, mais de détecter une faille dans le système de maitrise , ou une dérive des process de fabrication; D'ou l'intérêt de bien choisir ces critères pour qu'ils soient le plus représentatifs des dérives possibles et de travailler en particulier en restauration collective sur des produits les plus à risques possibles. Une salmonelle sera detectée trop tard, une contamination à cause des pratiques ou du mauvais lavage des mains pourra par contre être repérée assez rapidement par les niveaux de contamination en E.coli ou en coliformes thermotolérants.



jnjoffin Vendredi 30. Avril 2010 15:46

J'espère qu'un colistier va pouvoir répondre à cette interrogation.

On peut peut être envisager que des contrôles positifs sont suffisamment nombreux pour détecter les entreprises défaillantes.

On peut imaginer aussi que si une entreprise est défaillante, il y a toute chance de pouvoir la contrôler positif car la probabilité de trouver les non conformes sera beaucoup plus importante dans ce cas.

Mais il faut absolument laisser la parole aux spécialistes du contrôle…

Merci d'avance,



Albert Amgar, Vendredi 30. Avril 2010 16:38

Tout en étant sérieux, vous constatez avec moi que pour les pathogènes la détection sera trop tardive. Sur les pratiques d'hygiène comme pour le lavage des mains, une sensibilisation ad hoc, une information dynamique et crédible (et non pas une formation comme d'hab) et une surveillance adaptée valent mieux que des analyses microbiologiques.



Hélène LAURENT Samedi 1. Mai 2010 19:49

Je crois que nous ne nous comprennons pas.

Pour un petit restaurateur, les critéres ne sont pas un problème. Il n'est pas spécialiste, et va donc déléguer cette question à un laboratoire compétent.

Mais ma question porte sur le plan d'échantillonnage.

C'est ce point là où il y a question: qu'est ce que l'on doit analyser, et à quelle fréquence?

"doit" s'entend ce qui est exigeable par un inspecteur vétérinaire.



Bernard PICHETTO Samedi 1. Mai 2010 23:59

Il est intéressant de noter, dans ce débat, l'absence des organisations professionnelles (je comprends, par contre, celle des instances officielles -devoir de réserve- même si une voix officielle, de temps en temps, ne ferait pas de mal ici) et les questions que se posent, plus généralement, les acteurs de la restauration commerciale n'en prennent que plus d'ampleur.

Si je devais résumer un croisé d'expérience entre resto-coll et resto-com, cela pourrait s'écrire "Gaffe ! gaffe ! TIAC ! " pour la 1ère et "On n'a jamais tué personne" pour la seconde.

Deux mondes donc a priori antinomiques, mais dont les acteurs sont issus des mêmes cursus, qui vont de l'un à l'autre, et plutôt de l'autre à l'un... et qui ont en commun de vouloir faire bien à manger.

L'hygiène est coûteuse en terme de temps de formation, de production et ce n'est pas l'absence de données réelles sur les TIAC qui pourra motiver quelques changements.

Peut-être se posera t-on aussi un jour la question que les restaurants ne sont pas au juste prix social et que leurs personnels mériteraient d'être mieux payés et mieux formés...

Même si j'entends souvent, trop souvent, que "trop d'hygiène tue l'hygiène"...

Cordialement,

Bernard.

PS : Est-ce que les services de Bercy et de la Santé pourraient nous chiffrer, en discriminant les origines, le coût annuel des 'gastro' pour le budget de la sécu, et plus largement pour le budget de l'État ?



Hélène LAURENT Lundi 3. Mai 2010 22:18

Quand aux deux mondes antinomiques, c'est à mon point de vue vrai pour tout le monde des IAA: c'est l'artisan versus l'industriel.

"je comprends, par contre, celle des instances officielles -devoir de réserve-même si une voix officielle, de temps en temps, ne ferait pas de mal ici"

Pour ma part, je le regrette, d'autant plus qu'il n'en a pas toujours été ainsi sur cette liste, si mes souvenirs sont exacts.

Echanger ensemble sur ses difficultés de terrain permet à chacun de comprendre les difficultés de l'autre. Cela faisait avancer les choses dans le bon sens, me semble t-il.



Pascal Rudeaux Mardi 4. Mai 2010 0:16

Je me décide à mettre mon grain de sel (pas trop rassurez vous vu l’image que colporte ce grain de sel)

Il n’y a pas de plan d`échantillonnage type.

Tout dépend de votre réalité.

- Bonnes pratiques de manipulation

- Structures

- Matières premières

- Hygiène équipement et personnel

- Procès

- Client

Et j’en passe….

Si vous effectuez une bonne analyse des dangers avec la mise en place de bonnes pratiques en process (en fin de compte BPA + HACCP)

Votre ou vos analyses sur produit ne serviront qu’à confirmer le bon fonctionnement de votre système de gestion de l’innocuité. (Sécurité alimentaire)



Alain Gonthier Mardi 4. Mai 2010 10:25

loin de moi la prétention d'apporter la voix officielle, mais je pense qu'il faut remettre l'analyse bactériologique dans son contexte et analyser son rôle dans le processus de production.

Pour les critères d'hygiène des procédés, ils servent à vérifier que l'on travaille de façon hygiénique dans le temps. Mais ils n'ont d'intérêt que si on a la preuve que le niveau d'hygiène de la production est stable dans le temps. Et pour cela, il faut que chaque processus soit reproductible: on a établi des procédures à priori efficaces, on les applique à la lettre et on en apporte la preuve par des enregistrements pertinents. Si cela est déjà mis en place, l'analyse bactério a un intérêt. Sinon, si l'on est pas capable de refaire à l'identique une même étape, ni d'apporter la preuve que l'on a une production reproductible dans le temps, l'analyse bactério n'a pas d'intérêt.

Reste à voir à quel niveau d'exigence on place la preuve de la reproductibilité. Soit on a un paramètre mesurable (Température, durée) et il suffit de l'enregistrer pour apporter cette preuve. Soit on se base sur un caractère observable (couleur, aspect, texture...) et il faut prendre en compte la capacité de jugement de la personne. Dans le premier exemple, il faut avoir préalablement valider le paramètre à prendre en compte et dans le deuxième il faut accréditer la personne pour être sur que son jugement est efficace et reproductible.

On rejoint le problème évoqué dans la discussion pour la cuisson des pâtés. Soit on enregistre le couple température durée pour prouver qu'on a bien respecté le barème de cuisson attendu, soit on a un charcutier qui est capable de différencier un pâté pas assez cuit, d'un pâté bien cuit et d'un pâté trop cuit. En l'absence de ce charcutier, on ne peut pas produire de pâtés.

Malheureusement, les inspecteurs ont souvent plus confiance à ce qui est inscrit sur un appareil de mesure qu'à la capacité de jugement d'un professionnel.




MERCREDI 26 MAI 2010

PROCESS 25/05/10 Qualité - Laboratoire. Les plates-formes web tracent la voie
http://www.processalimentaire.com/Qualite/Laboratoire.-Les-plates-formes-web-tracent-la-voie
(source Gilles TIXIER)



MERCREDI 09 JUIN 2010

MEDECINE ET ARMEES - AVRIL 2007 - Revue du Service de santé des armées
http://www.ecole-valdegrace.sante.defense.gouv.fr/IMG/pdf/T35-N2_Medecines_et_armees_avril_2007.pdf
Au sommaire:
Évaluation des performances d'un test de diagnostic ou de dépistage biologique.



Abdelaziz El Ouardani Samedi 18. Septembre 2010 17:16

Notre hotel souhaite créer un labioratoire d'analyse interne,

j'ai besoin de votre aide concernant criteres techniques pour la création et la mise en place de ce laboratoire,



fatima ezzohra safsafa Dimanche 19. Septembre 2010 21:20

qu'est ce que vous voulez dire par laboratoire alimentaire?



Chakib Zizi Lundi 20. Septembre 2010 11:42

Un laboratoire d'analyse de microbiologie nécessite des broyeurs, des appareils de filtration sous pression, des étuves des milieux de cultures une hotte...

Un laboratoire d'analyse chimique nécessite un photomètre de flamme, un spectrophotomètre.....

tout dépendra de quel type d'analyse il s'agit.



Abdelaziz El Ouardani Lundi 20. Septembre 2010 18:36

merci pour votre réponse, mais un laboratoire nécessite beaucoup plus : étuves, bains marie, réfrigérateur / congélateur, autoclave, four à air chaud, balance, mélangeur, broyeur, mixeur, hotte, microscope, verrerie, milieux de culture, distillateur d'eau ...

et surtout des critères techniques lors de la conception ...



bahloul mariem Lundi 20. Septembre 2010 20:46

je vais essayer de résumer mes connaissances

dabord il faut respecter la marche en avant: l'entrée du produit alimentaire- conservation des échantillons avant analyse- mise en culture- incubation- salle de lecture des pathogènes pour finir par la salle de décontamination et finalement la laverie. à l'entrée une salle de stérilisation et préparation des milieux de culture et à la fin sortie poubelles déchets et sortie de secours

ça c'est le premier principe

-la réception avec un réfrigérateur doit etre séparée

la mise en culture séparée

l'incubation séparée et climatisée

la salle de lecture séparée

prévoir des éviers partout

prévoir le gaz dans une niche à l'extérieur du labo et la canalisation eau et gaz sur toutes les paillasses

une autoclave à la stérilisation et une à la laverie

sinon:

les murs lisses en peinture lavable sans faillence de préference sans coins

les paillasses lisses en matériau non poreux lavabre résistant à la corrosion type corian

quoi encore!!!

les portes larges et couloir larges pour prévoir les étuves grand format

Mise en culture: balance, bec benzène, Broyeur, stomacher, si possible Dilumat

incubation: étuves bactériologiques : 27, 30, 37, 40, 44°C

compteur de colonies

réfrigérateurs

congélateurs distillateur

plaque chauffante avec agitateur

agitateur vortex

n'hésitez pas à me poser des questions!



fatima ezzohra safsafa Lundi 20. Septembre 2010 21:11

exactement,

la première chose à faire c'est lister les manipulations à réaliser. puis leurs modes opératoires automatiquement vous aurez le matériel nécessaire qui sortent.

remarque: pour le laboratoire microbiologique veiller dans l'aménagment du local qu'il soit loin des courants d'air.

zorqane samir Lundi 20. Septembre 2010 21:32

je ne pense pas qu'un hôtel ait besoin d'un laboratoire pour faire des analyses

le meilleur serait de confier toutes vos analyses à un laboratoire agrée par l'état ça ne côute absolument pas grand chose (creer un budget à cet effet)



bahloul mariem Lundi 20. Septembre 2010 22:16

je suis daccord avec samir, installer un labo exige beaucoup d'implication et après les anlyses demandent beaucoup de rigueur, et l'intérprétation n'est pas évidente!!! moi j'opterais pour la sous-traitance des aoto-controles



jnjoffin Mardi 21. Septembre 2010 6:38

Il ne faudrait pas oublier que la manipulations d'agents de classe 2 ou de produits susceptibles d'en contenir, impose des contraintes règlementaires majeures avec des installations NSB2 ou même 3. Il faut donc se mettre au courant d'une règlementation européenne avant tout, même si elle n'est actuellement pas totalement appliquée pour des raisons culturelles et financières.

Ces installations imposent notamment des PSM, la mise en place de la filière des DASRI… Donc si vous ne pouvez traduire ces sigles, il faut trouver des personnes compétentes pour le faire.

Il est certain, comme dit par un colistier, que la sous-traitance des analyses est une solution financièrement et techniquement préférable !



Abdelaziz El Ouardani Mardi 21. Septembre 2010 17:36

On sous traite actuellement,

mais les décideurs ont dans leurs plans de créer ce labo interne !



Abdelaziz El Ouardani Lundi 20. Septembre 2010 18:30

je veux dire par laboratoire alimentaire, labo d'analyses microbiologiques



H. HICHRI Mardi 21. Septembre 2010 9:24

Les besoins, en ressources économiques et humaines d'un laboratoire d'analyses de microbiologie alimentaire, sont totalement disproportionnés pour assurer la satisfaction d'un seul client et en plus un hôtel . Il est souhaitable de s'orienter vers un laboratoire sous traitant.



Bertrand CARLIER Mardi 21. Septembre 2010 10:38

maintenant votre besoin pourrait, peut être, permettre l'implantation, dans votre univers proche, d'un laboratoire.

Dit autrement, vous pensez être la seule unité à avoir ce type de besoin dans votre coin ?

L'existence d'un noyau de demandeurs aux besoins complémentaires, cela peut beaucoup aider.



bahloul mariem Mercredi 22. Septembre 2010  16:49

c'est pareil: c'est un labo d'analyse alimentaires, et en plus les normes sont moins rigides pour les laboratoires d'analyses , qui peut le plus peut le moins!!



Jean Claude DAUDY Lundi 3. Octobre 2011 11:27

Un inspecteur m'a soutenu la semaine dernière que les analyses bactério alimentaires classiques, faites dans le cadre des autocontroles, pouvaient très bien ne pas être effectuées dans un laboratoire COFRAC.

En effet, selon lui, il n'y a aucun texte de loi obligeant à cela.

J'ai fait des recherches, mais je n'ai rien de formellement concret.

Sur les règlements 178 852 et 2073 rien.

Dans le code rural il y a bien l'article r202-22 (et suivants) qui indique :

Seuls les laboratoires reconnus peuvent réaliser les analyses d'autocontrôle dont la liste est fixée par arrêté du ministre chargé de l'agriculture, dans les limites du domaine analytique pour lequel ils sont reconnus.

Cette liste est établie au regard, notamment, du risque lié à l'objet des analyses d'autocontrôle considérées.

C'est quoi les analyses considérées ?

http://droit-finances.commentcamarche.net/legifrance/3069568-code-rural-et-de-la-peche-maritime/139633/article-r202-22

Il y a également des échanges à ce propos sur la liste en date du Vendredi 5

Octobre 2007

http://www.liste-hygiene.org/arcanaly.html

Alors, selon vous, y a t'il obligation de faire appel à un laboratoire COFRAC, ou pas ?

Et c'est justifié par quel texte ?

A bientôt de lire vos réponses.



Jean Claude DAUDY Lundi 3. Octobre 2011 17:36

Pour ceux qui ont lu ma question et qui voudraient me répondre :

Deux notes de service tendent à dire que l'accréditation est obligatoire, mais c'est seulement de l'infra reglementaire :

Note de service DGAL/SDSSA/N2009-8247 du 25/08/2009 Mise à jour et complément d'information concernant les modalités de mise en œuvre desanalyses microbiologiques de denrées alimentaires et d'exploitation desrésultats.

http://agriculture.gouv.fr/sections/publications/bulletin-officiel/2009/bo-n-34-du-27-08-09/note-service-dgal-sdssa/downloadFile/FichierAttache_1_f0/DGALN20098247Z.pdf?nocache=1134040585.85

NOTE DE SERVICE DGAL/SDPPST/N2009-8211 du 22/07/09 Laboratoires agréés pour la réalisation des analyses officielles dans le domaine de la microbiologie des aliments.

http://agriculture.gouv.fr/IMG/pdf/DGALN20098211Z.pdf



O. Cerf Lundi 3. Octobre 2011 17:50

Que les services officiels doivent faire faire leurs analyses dans des laboratoires répondant à certains critères de qualité, ce me semble logique, sachant que les résultats peuvent éventuellement être invoqués dans un procès. Mais que cela soit obligatoire pour des autocontrôles .... je n'ai rien trouvé dans le paquet H, sauf ceci :

"Pour se prononcer sur le classement, l'ouverture ou la fermeture des zones de production, l'autorité compétente peut prendre en compte les résultats des contrôles réalisés par les exploitants du secteur alimentaire ou par les organisations qui les représentent. Si tel est le cas, l'autorité compétente doit avoir désigné le laboratoire qui procédera à l'analyse et, le cas échéant, l'échantillonnage et l'analyse doivent avoir été réalisés conformément à un protocole convenu entre l'autorité compétente et les exploitants ou l'organisation concernés du secteur alimentaire" (854/2004).



Jean Claude DAUDY Mardi 4. Octobre 2011 9:45

C'est la 2e fois que vous me parlez du paquet hygiène.

Vous savez qu'il existe autre chose comme règlementation ?

Vous avez vu que j'ai mis des textes du code rural et des notes de services ?

Vous croyez que si je pose une question sur la liste, c'est pour avoir une réponse bidon comme celle la ?

Vous me prenez pour un de vos élèves ?



O. Cerf Mardi 4. Octobre 2011 14:24

En plus du cas particulier décrit dans le règlement européen déjà cité, je n'ai trouvé que le texte suivant, mentionnant que les autocontrôles doivent être faits dans des laboratoires "officiellement reconnus pour ces analyses" :

Arrêté du 18 juin 2010 fixant les conditions générales de demande de reconnaissance des laboratoires d'analyse d'autocontrôles en vue de la recherche d'agents infectieux chez les mollusques marins NOR: AGRG1012596A

L'arrêté fixant "la liste des laboratoires reconnus peuvent réaliser les analyses d'autocontrôle", mentionné dans l'article R202-22 du Code rural et de la pêche ne semble pas avoir été publié.

Sans prétendre que mon analyse bibliographique ait été complète, il me semble néanmoins que ce que l'inspecteur vous a dit est correct pour la majorité des autocontrôles.

Quand vous aurez d'autres reproches à faire, pourrez-vous les faire sans être désagréable ?



Jean Claude DAUDY Mardi 4. Octobre 2011 16:27

Donc selon vous exit le code rural section 4 sous section 1 : laboratoires reconnus ?

Et selon vous, la définition "d'analyses d'autocontrole" est différente dans l'article R202-22 de ce meme code, que dans les règlements ?

Pouvez vous me donner dans ce cas la définition d'analyses d'autocontrole ?

Pareil pour la note de service DGAL/SDSSA/N2009-8247 ?

Page 4 : Les conditions générales d'agrément des laboratoires sont précisées dans l'arrêté publié le 19 décembre 2007.

L'accréditation COFRAC, lorsqu'elle existe pour l'analyse considéré, est une des exigences nécessaires à l'obtention de l'agrément.

Page 14 : Les critères généraux de fonctionnement, organisationnels et techniques, des laboratoires d'essais sont énoncés dans les normes internationales en vigueur. Les exigences générales concernant la compétence des laboratoires sont définies dans la norme NF EN ISO/CEI 17025, qui sert de référentiel pour l'accréditation COFRAC.

L'accréditation permet en conséquence de s'assurer de la compétence d'un laboratoire pour la réalisation des essais considérés. Un laboratoire est accrédité par le COFRAC pour un programme (n°59 « analyses microbiologiques des produits agro-alimentaires » par exemple) et pour des essais donnés à l'intérieur de ce programme.

Etc...

En complément de votre improbable arrêté du 18 Juin 2010, limité à la seule recherche d'agents infectieux chez les mollusques marins.

Décret n°2006-7 du 4 janvier 2006 relatif aux laboratoires nationaux de référence, ainsi qu'à l'agrément et à la reconnaissance des laboratoires d'analyses dans le domaine de la santé publique vétérinaire et de la protection des végétaux, et modifiant le code rural NOR: AGRX0500214D

http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000634799&fastPos=1&fastReqId=1055865899&categorieLien=cid&oldAction=rechTexte

Arrêté du 19 décembre 2007 fixant les conditions générales d'agrément des laboratoires d'analyses dans le domaine de la santé publique vétérinaire et de la protection des végétaux

NOR: AGRG0771326A

http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000017936605&dateTexte=&fastPos=5&fastReqId=640988303&oldAction=rechTexte

Vous me trouvez désagréable ? C'est votre impression.

La mienne est que vous êtes hautain et pompeux.

Je ne vous salue pas non plus

Jean Claude DAUDY



Mathieu Colmant Lundi 3. Octobre 2011 17:52

Au niveau belge et européen, il n'y a pas d'obligation en ce sens pour les entreprises. Le choix du labo est à la discretion de l'entreprise.

En lisant la DGALN20098247Z, il est mentionné que les analyses doivent se faire selon une méthode normalisée et que, pour les analyses officielles, les laboratoires doivent être agréés.

Il y a une différence entre l'accréditation et l'agrément. L'accréditation est la mise en oeuvre de la norme ISO 17025 ou autre norme similaire, tandis que l'agrément découle d'un appel d'offre.

A mon sens, les analyses officielles sont celles réalisées par les services sanitaires, pour réaliser les plans nationaux d'analyse, ainsi que, éventuellement, les analyses qui doivent avoir une valeur légale (justice ou autre).

Certains référentiels exigent également des laboratoires accrédités pour certaines analyses, mais on ne parle jamais à ce niveau de labo agréé.



Arnaud Boulanger Mardi 4. Octobre 2011 15:52

je prends le risque de faire moi aussi une "réponse bidon".

J'espère, cependant que vous ne me tiendrez pas grief de prendre le temps de vous faire part de mes réflexions sur la question que vous soumettez à la liste...

Je vais abonder dans le sens de M. Cerf sur la base de mon expérience qui, je l'admets volontiers, ne saurait constituer un argument réglementaire.

Dans ma contrée reculée de Guyane Française, département où la réglementation nationale et européenne s'applique, j'ai travaillé dans le labo d'analyse de l'Institut Pasteur de 1997 à 2005.

Ce labo était le seul sur ce territoire de 250000 habitants à proposer des analyses microbiologiques et physico-chimiques d'aliments et d'eaux (potables, piscine, rejets, hémodialyse, etc...). Il était, donc par défaut, le laboratoire référent agréé par les autorités locales chargées des contrôles officiels (DDCCRF, DDSV, DDASS, DAF Police de l'eau).

Mais en 1999, ces autorités ont informé l'Institut Pasteur que pour rester agréé, le labo devait être accrédité, pour les programmes du COFRAC : 59 pour la microbio alimentaire, 100-1 pour la physico-chimie des eaux, 100-2 etc....

En effet, comme expliqué par M. Cerf, les résultats des analyses, s'ils sont mauvais, peuvent servir de base à des poursuites. Il est donc indispensable que les résultats ne puissent être contestés.

A l'époque, le labo a choisi de se faire accrédité pour les Prg COFRAC d'analyses des eaux, mais pas pour le Prg 59. Ce choix a été dicté par des considérations budgétaires. En effet, le nombre d'analyses d'aliments générait un CA trop faible pour financer le coût de l'accréditation pour le Prg 59.

Ainsi, suite à son accréditation partielle le labo est resté agréé par la DDASS et la DAF pour les analyses d'eaux. Mais les prélèvements d'aliments effectués par la DSV et DDCCRF ont été confiés à d'autres labos accrédités pour le Prg 59.

Cependant, le labo continue aujourd'hui d'effectuer les analyses d'aliments dans le cadre des autocontrôles des professionnels de Guyane dont certains établissements de grands groupes (SERVAIR, SODEXO, YOPLAIT, Abattoir Régional, Centre Spatial Guyanais, etc...)

Il est donc fort probable que l'inspecteur, que vous citiez dans votre premier message, dise vrai.

Seules les obligations réglementaires sont opposables. Il est très possible que "l'absence d'obligation de faire appel à un labo accrédité" ne soit écrite nulle part, autrement dit que le texte réglementaire que vous recherchez n'existe pas. Et comme le suggère l'inspecteur "tant que ce n'est pas une obligation réglementaire, chacun fait appel au laboratoire qui lui convient".

Je connais même des établissements qui effectuent pour partie leurs autocontrôles microbiologiques dans leur laboratoire interne (dénombrement de levures-moisissures dans des yaourts - analyses libératoires des lots).

Il est vrai que dans le contexte de forte concurrence entre labos qui existe en France Métropolitaine, l'accréditation est incontournable pour maintenir la confiance des clients. Aussi les labo non accrédités doivent se faire rares.

Je précise que les labos que je connais en Guyane qui ne sont pas accrédités pour le Prg 59 du COFRAC, ne sont pas farfelus pour autant. Le labo de l'Institut Pasteur est accrédité pour d'autres programmes et participe à des essais interlabo pour les analyses alimentaires. L'usine de yaourts qui dispose d'un labo interne est certifié ISO 22000.

Ainsi sans être accrédité COFRAC pour la microbiologie des aliments, la culture de la qualité n'est pas totalement absente de ces structures.

Jean Claude DAUDY Mardi 4. Octobre 2011 16:45

Ne vous inquiétez pas des querelles de clocher.

Je vous remercie d'avoir répondu.

Cela démontre votre courage et votre intérêt.

Pour info, dans la note de service que j'ai cité 2 fois et que Mr O. CERF avec son omniscience n'a pas relu :

(Son CV : http://sites.google.com/site/oliviercerf/ )

il est aussi écrit :

Une distinction doit être faite en fonction du contexte à l'origine de la demande d'analyse.

- Analyses officielles

Selon le décret n°2006-7, toute analyse effectuée sur un échantillon prélevé dans le cadre d'un contrôle officiel doit être réalisée dans un laboratoire agréé par le ministre chargé de l'agriculture, avec une méthode officielle, qui est en général une méthode de référence normalisée ou une méthode commerciale certifiée par AFAQ AFNOR Certification.

L'accréditation COFRAC (Comité français d'accréditation ) est une des exigences nécessaires à l'obtention de l'agrément.

Les conditions générales d'agrément seront sont précisées dans un arrêté d'application des articles R. 202-8 à R. 202-21 du code rural, à paraître en janvier 2008 l'arrêté du 19 décembre 2007.

L'accréditation COFRAC, lorsqu'elle existe pour l'analyte considéré, est une des exigences nécessaires à l'obtention de l'agrément.

La liste des laboratoires agréés pour la réalisation des analyses officielles dans le domaine de la microbiologie des aliments, définie dans la note de service DGAL/SDPPST/N2009-8211, est consultable sur le site Internet du Ministère de l'alimentation, de l'agriculture et de la pêche.

- Autocontrôles

Selon le décret n°2006-7, les analyses réalisées sur des échantillons prélevés dans le cadre des autocontrôles, dont la liste est fixée par arrêté du ministre chargé de l'agriculture, doivent être effectuées dans un laboratoire reconnu, avec une méthode reconnue. Un laboratoire reconnu doit satisfaire aux critères généraux de fonctionnement des laboratoires d'essais énoncés dans les normes internationales en vigueur. Il peut être ou non accrédité par le COFRAC.

Les conditions générales de reconnaissance seront précisées dans un arrêté d'application des articles R. 202-22 à R. 202-32 du code rural.

Donc je ne trouve pas tout ca très clair. C'est un peu le chat qui se mord la queue. Ou des pirouettes langagières ...









  ARCHIVAGE THEMATIQUE DES MESSAGES DU FORUM HYGIENE

FIN DU DOCUMENT

Page d’accueil de l’archivage thématique avec moteur de recherche

Accès au formulaire d'inscription à la liste de discussion HYGIENE

Page d’accueil du site HYGIENE ALIMENTAIRE